Antoine, entrepreneur social : l’innovation au service des plus pauvres




Après plusieurs années dans l'ONG "La Voûte nubienne", Antoine Horellou est devenu un pro de l'innovation sociale. Avec son cabinet de conseil (BOPS), il aide les entrepreneurs et les intrapreneurs à bâtir des projets rentables et utiles au plus grand nombre.



Antoine Horellou présente un projet d'habitat social au profit de populations n'ayant pas accès aux services vitaux de base.
Antoine Horellou présente un projet d'habitat social au profit de populations n'ayant pas accès aux services vitaux de base.
Son truc, c'est le "Bottom of the Pyramid" (BoP), ces 4 milliards d'êtres humains placés par les économistes tout en bas de la pyramide du revenu par habitant : "Ces populations ne peuvent pas satisfaire leurs besoins de base, explique Antoine. Par exemple, il manque 400 millions de logements dans le monde et 1,5 milliard de personnes n'ont toujours pas accès à l'électricité."

C'est pendant ses études en école de commerce, lors d'une mission bénévole au Niger pour une ONG d'aide aux enfants sourds qu'il a ouvert les yeux sur ce "bas de pyramide" : "J'ai vu les besoins énormes des gens, le manque de solutions efficaces, et j'ai eu envie d'utiliser ma formation économique pour trouver des solutions." Naissance d'une "vocation".

La Voûte Nubienne : une technique africaine de construction durable

Maçons utilisant la terre comme matériau
Maçons utilisant la terre comme matériau
A la sortie de l'Ecole des créateurs et des dirigeants d'entreprise (EDC) en 2005, il a donc choisi l'entrepreneuriat social, comme d'autres l'automobile ou la finance.

Il affine sa formation par un master2 en économie du développement à Nanterre, puis fourbit ses premières armes chez Ashoka, une organisation internationale d'entrepreneurs sociaux innovants.
En 2007, Antoine devient directeur du développement de La Voûte Nubienne, une ONG qui développe une technique africaine de construction de maisons en terre. Ce matériau plus économe que les tôles et moins destructeur de l'environnement que le bois permet de construire des maisons accessibles aux plus grand nombre…
 
Jusqu'en 2014, Antoine se donne à fond pour assurer la pérennité économique de La Voûte Nubienne, la faire connaître en Afrique et dans les autres pays en voie de développement, recueillir des fonds, organiser le réseau... et aussi encadrer la formation de maçons pour que la technique se diffuse localement…

Accompagner les entrepreneurs sociaux, booster l'innovation pour le BoP

Antoine Horellou à Ouagadougou pour La Voûte Nubienne.
Antoine Horellou à Ouagadougou pour La Voûte Nubienne.
En 2014, fort de cette expérience, Antoine a tourné une nouvelle page. Le voilà désormais consultant : il a fondé BOPS (Base Of the Pyramid Strategies), un cabinet de conseil en innovation sociale (www.bops.io) qui veut aider tous les entrepreneurs et les intrapreneurs, les ONG ou les entreprises à monter des projets viables, utiles, solidaires…

Il faut dire qu'entre-temps, la vague de l'économie sociale et solidaire a déferlé sur le monde de l'entrepreneuriat. Les grands groupes eux-mêmes s'engagent dans une politique de "responsabilité sociétale des entreprises" (RSE).

Antoine s'en réjouit, tout en rappelant que "les belles idées ne suffisent pas". Lui apporte justement sa connaissance des deux bouts de la chaîne : le terrain, par exemple le monde des paysans africains d’un côté, et l'univers des organisations internationales, des réseaux de donateurs, des fondations mondiales de l'autre. "J'essaye aussi d'aider les ONG et les startups à mieux comprendre les décisions internationales, les fonds qui existent et les bonnes pratiques".

Faire émerger des marchés, trouver de vraies solutions économiques

Antoine, entrepreneur social : l’innovation au service des plus pauvres
La première de ces bonnes pratiques, c'est de faire émerger de vrais marchés, de monter des projets qui ne reposent pas uniquement sur les dons mais les échanges économiques locaux.
"Un entrepreneur social, ce n'est pas quelqu'un qui va faire la charité, explique Antoine, mais qui va trouver de vraies solutions économiques aux problèmes sociaux. Il a cette double logique : professionnelle et humaine."
 
C'est cette compétence qui séduit d'ailleurs  les entrepreneurs qu'il accompagne comme ce groupe industriel français de province qui tente de se lancer sur le marché de l'éclairage solaire pour le plus grand nombre en Afrique. "C'est vraiment un projet comme je les aime, dit le fondateur de BOPS, car cette entreprise familiale se rend compte qu'elle est sur un vieux marché en France, mais elle a un business qu’elle veut mettre au service d’une vision sociale".
 
De ce point de vue, la crise mondiale est selon lui une chance : "Notre modèle économique classique est à bout, cela force à se réinventer. En France, nous avons un marché de 1 milliard de personnes à nos portes en Afrique : il serait temps d'y penser plutôt que de voir ce continent comme un réservoir de problèmes !".

Former des entrepreneurs et des artisans locaux

Antoine, entrepreneur social : l’innovation au service des plus pauvres
Le trentenaire évoque les travaux du Poverty Action Lab, un laboratoire de recherche sur la pauvreté lancé par le département d’économie du célèbre Massachusetts Institute of Technology : "Ces chercheurs ont mené des études scientifiques sur l’efficacité des politiques de développement qui montrent que le don n'est pas forcément la seule solution ; parfois le marché peut être plus efficace et il vaut mieux alors former des entrepreneurs et des artisans locaux qui pourront vendre leurs produits."
 
Souvent, il faut pourtant amorcer les projets grâce aux dons ou aux financements publics, et c’est tout l'art d'un expert comme Antoine Horellou de savoir jongler entre les dons, les prêts et les revenus. "Avec la Voûte Nubienne, par exemple, plusieurs partenaires travaillent pour monter un fonds d'investissement social dédié à l’habitat qui mixe une logique lucrative avec une logique de don et aussi de renforcement de compétences".
 
Avec Seatizens, un réseau mondial d'entrepreneurs sociaux spécialisés dans le monde maritime, Antoine a aussi accompagné Watever, une association qui tente d'aider les populations du littoral au Bengladesh. L'idée est cette fois de leur permettre d’acquérir des bateaux adaptés, un équipement de base qui permet de se déplacer, de pêcher et ainsi de gagner sa vie. L'association cherche donc à concevoir des bateaux solides et économiques en matériaux locaux et à former les artisans pour les fabriquer sur place.
 
Autre projet auquel le jeune consultant a collaboré, le CompteEpargneCO2.com qui vulgarise le "Climate Coin", première monnaie numérique dédiée au changement climatique…

Face aux problèmes du monde, il y a des solutions

Pas de pessimisme donc, mais toujours beaucoup de projets pour Antoine Horellou. Basé à Brest lorsqu'il n'est pas en voyage, il garde aussi son intérêt pour toutes les innovations à orientation maritime et les questions de développement durable.
 
A l'approche de la grande conférence sur le climat COP21 à Paris, le jeune consultant est d'ailleurs mobilisé : "L'idée de la France est de montrer qu'il y a maintenant des solutions, c'est cela qui est intéressant, la RSE n'est plus un truc à part. On prépare le monde de demain"…
 
Seuls les désordres politiques mondiaux peuvent selon lui ralentir ce mouvement d'innovation sociale, "car les gens peuvent alors se refermer sur eux-mêmes".
 
Lui ne se referme pas mais trace sa route avec constance. Cela vous tente ? Le site de Seatizens donne les 5 «todo» pour se lancer.

Antoine Horellou conseille simplement d’éviter le zapping et de s'engager résolument sur le long terme. Comme lui en somme. Mais sans regret à l'arrivée : "On a de plus en plus besoin de donner du sens à son travail, et on peut vivre très bien et sans perdre sa vie à la gagner !". Surtout pour aider les 4 milliards d'humains qui n'ont pas accès aux services vitaux de base.



Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?







S'abonner à la newsletter gratuite