Réussir sa vie : des pistes de réflexion pour construire son projet de vie
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS

Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)



Que ce soit en philo, en droit ou en histoire, la dissertation fait souvent peur. Réussir cet exercice d'analyse n'a pourtant rien d'inaccessible : il faut d'abord en comprendre l'esprit et respecter ses règles, et pour commencer, bien poser son sujet. Comment donc trouver une problématique et faire un plan ? (1ère partie).




Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)
Depuis plus de 30 ans, il corrige les copies de bac philo. "La plus grosse erreur, c'est le hors-sujet, confie Bernard de Castéra, enseignant. Il y a un manque d'analyse du sujet, et au lieu de réfléchir par lui-même, l'élève se contente souvent de réciter un cours et du coup, il tombe à côté".

La dissertation n'a donc rien à voir avec un étalage de connaissances. Vous n'êtes pas noté au nombre de lignes ou de pages produites, ni évalué sur sur la capacité de votre mémoire. Ce n'est pas non plus un texte d'opinion personnelle ni de pure création qu'on vous demande.

Qu'attend-on de vous dans une dissertation ?

Disserter consiste à développer par écrit, de façon logique et argumentée, l'analyse d'un sujet. Il s'agit de répondre de façon complète  à une question précise, un peu comme on cherche, en maths, à résoudre un problème particulier. Or dans ce cas il ne vous vient pas à l'esprit de répondre en faisant un simple rappel de cours, sans partir de votre énoncé ni faire aucune démonstration, n'est-ce pas ? 

De même la dissertation pour être réussie doit-elle répondre à une question assez précise. Le cours n'est qu'une boite à outils où vous pourrez piocher - selon la matière - des concepts philosophiques, des références littéraires ou historiques - mais c'est vous l'architecte de la démonstration. "Le plus important, dit Bernard de Castéra, c'est la réflexion !"

Savoir lire son sujet mot à mot

Il vous faut donc lire votre sujet de dissertation aussi précisément qu'un énoncé de maths. Analyser tous les mots qui le composent et prêter attention, parfois, au sens exact d'une question ou d'une expression.

Par exemple, en droit, "Doit-on supprimer l'élection au suffrage universel du président de la République ?", n'est pas la même chose que "Peut-on supprimer l'élection au suffrage universel du président de la République". Le "Doit-on" revient à se demander s'il y aurait des raisons impérieuses de changer ce mode de suffrage. Le "peut-on" conduit à réfléchir à la possibilité de le faire. Vous comprenez que cela ne donnera pas du tout le même devoir !

De même, le sujet "La recherche de la liberté peut-elle tout justifier ?" est un sujet sur la liberté et la morale ; tandis que "La liberté est-elle le pouvoir de tout faire ?" touche à la liberté et la contrainte.

Respirez et prenez de la hauteur...

Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)
Dans des conditions d'examen, il s'agit donc de s'accorder 5 bonnes minutes pour analyser son sujet.

Respirez bien et résistez à l'envie de vous jeter sur votre stylo pour noircir vos feuilles de brouillon. Eventuellement, soulignez ou encadrez les termes importants du sujet et crayonnez quelques mots-clés si cela vous aide.  

Définir sa problématique à partir de la question du sujet

Cette analyse chirurgicale vous évite donc de partir tête baissée dans une mauvaise direction ou d'être un peu "à côté". Dans le sujet "La recherche de liberté peut-elle tout justifier ?", vous soulignez bien sûr la liberté, mais aussi le "tout justifier" qui indique où est le vrai problème.
 
Vous pénétrez ainsi au coeur de la question que l'on vous pose et vous réfléchissez à ce qu'elle recouvre. "La recherche de liberté est essentielle, vous dites-vous, elle justifie bien des combats, mais non les crimes... Il y a d'autres valeurs sans doute à prendre en compte..."

Du coup, vous pouvez reformuler votre sujet, ce qui donne par exemple  : "La liberté est-elle une valeur absolue qui pourrait justifier tous les comportements ou doit-elle prendre en compte d'autres valeurs ?" Vous précisez ainsi en la développant la question à laquelle vous allez répondre : vous tenez votre "problématique".

Dans ce cas, la problématique est déjà contenue ou suggérée par la question de l'énoncé, comme souvent dans les épreuves du bac. Mais le fait de la reformuler avec vos propres mots montre que vous avez bien compris le sujet. Et cela vous aide à pousser les bonnes portes pour trouver des réponses.


L'exemple de l'épreuve de la dissertation au bac français


Trouver sa problématique quand le sujet n'est pas une question

Parfois aussi, notamment dans le supérieur, le sujet n'est pas formulé sous forme de question mais ressemble au titre d'un cours. Exemple type Sciences Po  : "Les ouvriers dans la société française de 1930 à nos jours".

Et pourtant ce n'est pas une restitution de cours qu'on vous demande, mais bien une dissertation ! Il faut donc absolument dégager une problématique sous forme de question pour vous permettre de faire une véritable analyse.

Cela nécessite d'abord de bien connaître son cours afin de repérer derrière un énoncé très bref les points théoriques importants qui peuvent être évoqués. Mais il faut aussi un esprit d'analyse bien affûté pour poser une question pertinente qui soit à la fois dans le sujet, et qui traite un thème central et non secondaire.

Dans l'exemple donné ci-dessous, une problématique pourrait être : "Les ouvriers ont-ils disparu en tant que classe sociale en France entre 1930 et l'époque contemporaine ?"  

Votre problématique est-elle assez solide ?

Vous l'avez compris, votre problématique va poser les fondations de votre dissertation. Vous allez bâtir tout votre devoir en développant une réponse qui comportera plusieurs pans, comme quand on élève les murs d'une maison. 

Il vous faut donc des fondations solides : la problématique doit être assez riche pour ouvrir plusieurs portes. Il faut éviter une question trop plate, qui appellerait une réponse évidente ou banale.
Par exemple : "Les ouvriers ont-ils disparu en tant que classe sociale en France depuis 1930 ? " est une problématique beaucoup plus stimulante que : "Quelles sont les évolutions du milieu ouvrier en France depuis 1930 ?"

Car la bonne problématique doit... poser des problèmes, présenter des tensions et des contradictions. Si vous n'en sentez pas, il faut replonger pour en trouver au coeur de votre sujet !

Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)
Rentrer dans le sujet comme si vous faisiez de l'accrobranche !

Dans l'excellent "Guide de survie au bac philo" publié par Philosophie Magazine en 2016, le philosophe Charles Pépin invitait l'élève à "rentrer dans le sujet" en commençant par l'écrire en gros caractères sur son brouillon. Puis il utilisait une image amusante pour décrire ce travail de réflexion  :

"Et imaginez. Vous êtes un petit bonhomme. Et vous rentrez dedans. Avec vos petits bras, vous reliez d'une corde verte les différents termes (du sujet) qui vont ensemble, et vous tirez une corde rouge entre ceux qui vous semblent incompatibles. Avec vos petits pieds, vous donnez des coups dans certains termes pour voir comment ils réagissent lorsqu'ils se heurtent à leurs voisins." (extrait de l'article A la conquête du sens, p. 11).
 

Trouver ses idées... en réponse à la problématique

Votre problématique a émergé de votre corps-à-corps avec le sujet ? Il faut maintenant chercher à y répondre et pour cela, faire jaillir vos idées au brouillon. Selon vos préférences, utilisez des mots-clés ou de courtes phrases.

Pour ne pas vous noyer, tâchez de garder en tête votre question centrale. Ainsi les idées seront plus faciles à organiser et à nouveau vous éviterez de vous écarter du sujet... De même si vous pensez à des éléments de cours : vérifiez aussi qu'ils répondent bien à la question que vous vous posez. Pas tout à fait ? Alors, ne les gardez pas !

Illustrer avec des exemples bien choisis

Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)
Enfin, pensez à trouver des exemples et des illustrations pour chaque idée : une bonne argumentation suppose toujours quelques exemples.

En français, vous les tirerez d'abord des textes qui accompagnent le sujet s'il y en a, puis des auteurs étudiés en classe ou de vos lectures (ce sera un "plus")... En histoire, on citera des événements correspondant à l'espace-temps du sujet ; en droit, des faits d'actualité traités sur un plan juridique, etc.

En philosophie, tout dépend de votre problématique : un sujet sur la science pourra bien sûr vous amener à citer des savants, à faire allusion à de grandes découvertes ou à des innovations. Un sujet sur l'art nécessite au moins deux ou trois références à un artiste (peintre, musicien, poète) ou à des courants artistiques. Mais attention toutefois à ne pas citer pour citer. L'exemple doit venir appuyer un pan de  votre démonstration philosophique.

Méfiez-vous également des exemples tirés de la vie quotidienne qui peuvent tourner au "lieu commun" et évitez les phrases utilisant le sujet "on".

Faire un plan clair et logique

Vous avez vos idées, il reste à les organiser afin de répondre à la question de façon ordonnée.  Prenez une nouvelle feuille de brouillon et faites un plan assez détaillé. La dissertation n'évalue pas seulement les idées exprimées, mais la façon dont elles s'articulent, dont l'élève fait progresser son raisonnement. Il faut donc de la logique et de la clarté.

Faut-il adopter le classique plan en trois parties bâti sur le schéma "thèse / antithèse / synthèse" ? Non si cela vous conduit à plaquer systématiquement les réponses "oui / non / peut-être" sur n'importe quelle question !

Pour le sujet "La recherche de la liberté peut-elle tout justifier ?" par exemple, cela vous conduirait à admettre dans la première partie que la liberté peut tout justifier... Mieux vaudra procéder par approfondissement progressif :
1/- La conquête de la liberté est une valeur essentielle pour le progrès des sociétés et des personnes
2/- Mais cette conquête peut aboutir à de graves atteintes à l'ordre social et à la vie et ne peut donc tout  justifier
3/- La recherche de la liberté ne peut s'exercer qu'en lien avec d'autres valeurs morales et civiques.

Mais éviter de faire du remplissage !

Le plan doit donc découler de vos idées et non l'inverse. Il doit certes présenter plusieurs parties et sous-parties, mais il ne faut surtout pas chercher à faire "du remplissage" ! Or c'est le risque si vous partez d'un modèle de plan prédéfini.

Ancienne enseignante dans le supérieur et auteur du blog donnezdusens.com, Hélène Weber explique qu'il ne faut jamais bâtir un plan de devoir comme on remplit une armoire. "Une fois toutes ses idées trouvées au brouillon, l'étudiant a souvent tendance à vouloir les faire rentrer toutes dans un plan prédéfini, un peu comme on range ses vêtements sur les étagères d'une armoire".

Or la bonne dissertation n'est pas une armoire à remplir ! Encore une fois, vous n'êtes pas évalué sur la quantité de vos connaissances mais sur la qualité de votre réflexion. Mieux vaudra donc laisser tomber certaines idées que d'aboutir à un texte confus qui cherche à tout caser sans rien démontrer.

Bien suivre le fil directeur de sa démonstration

Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)
Le plan doit au contraire découler de ce que vous voulez montrer. Il constitue alors un fil rouge, ou fil directeur, qui permet de suivre les étapes de votre raisonnement.

Tout en ayant toujours en tête votre question centrale, placez-vous donc face à vos idées : vous voyez que certaines sont similaires,il faut les regrouper. D'autres apportent un complément, une nuance ou un autre point de vue : c'est une autre partie ou bien une sous-partie de la première.

Mais quel est le lien entre elles ? Au moment de bâtir votre plan, il est très important de l'avoir en tête pour ne pas vous contenter de juxtaposer des idées les unes à côté des autres. Vous avez échappé à l'armoire, mais il ne s'agit pas non plus de faire "un plan à tiroirs" ! Des flèches, de petits mots de liaison ou une numérotation (selon vos habitudes) vous permettent d'exprimer les liens logiques entre vos parties. 

Votre texte pourra ainsi passer de façon fluide et bien articulée d'une idée à l'autre, comme un gymnaste parcourrait une échelle en lançant ses bras d'un barreau à un autre.

A la fin, votre démonstration vous amène  naturellement à la conclusion : vous apportez une réponse claire à la problématique, sans répéter ce que vous avez dit mais en prenant plus de hauteur. 

Utiliser une méthode visuelle ?

Si vous avez du mal à faire vos plans de dissertation, la méthode enseignée par l'organisme Week-End Bac pourra peut-être vous aider. Créée par une enseignante il y a plus de 40 ans, la méthode brevetée "des cercles dynamiques" propose de bâtir son plan avant de se lancer dans la recherche des idées.

"C'est une méthode visuelle qui consiste à isoler les grands thèmes du sujet dans des cercles, explique Josette Ripoll, dirigeante de Week-End Bac. Souvent il y a un thème mineur à l'intérieur du thème majeur. On en tire très vite un plan, et l'on cherche ses idées ensuite, ce qui fait gagner beaucoup de temps". 

Lors des stages de révisions qu'elle organise, l'association complète ce travail sur le plan par une révision systématique des auteurs et des idées (en français, philo  ou histoire-géo). "Il faut absolument remettre les auteurs dans leur espace-temps", souligne Josette Ripoll, ancienne enseignante de français.

Les élèves peuvent ainsi les citer où il faut dans leur devoir et enrichir leurs exemples.

Utiliser des couleurs pour identifier ses idées

Faire une dissertation : la problématique et le plan (I)
Les visuels pourront aussi utiliser des couleurs pour faire ressortir leurs idées. C'est ce que propose aux étudiants en droit Maxime, élève-avocat et auteur du blog fiches-droit.com dans un article sur la dissertation juridique.

"Sortez votre arme fatale d’étudiant en droit : j’ai nommé vos surligneurs, écrit-il pour expliquer comment bâtir son plan après avoir réfléchi à son sujet. Prenez 4 couleurs différentes, et surlignez d’une même couleur les idées/informations qui sont liées, qui peuvent être regroupées entre elles.

Si l'étudiant conseille d'utiliser 4 couleurs, c'est que la dissertation juridique doit traditionnellement comporter deux parties de deux sous-parties chacune, ce qui fait donc 4 sous-parties. 
Mais personne ne vous empêche d'utiliser des surligneurs dans d'autres disciplines, et de trouver votre propre code couleur : par exemple une pour les grandes parties, une autre pour les sous-parties et une pour les illustrations.

Comment s'exercer ?

Tout cela n'a donc rien de compliqué mais reconnaissons qu'il faut un peu de pratique pour intégrer toutes ces règles avec aisance. Or vous pouvez tout à fait vous exercer à trouver une problématique et à faire un plan sans rédiger tout un devoir (ce qui serait trop long et que vous ne ferez pas).

Pour cela :
- Prenez des sujets d'annales et accordez-vous un temps limité pour trouver la problématique et faire le plan. Ne regardez surtout pas le corrigé car cela empêche de penser par soi-même et ne vous fera pas progresser.
- Faites ce travail à plusieurs : pendant 15 minutes, chacun cherche une problématique, puis vous les confrontez. A tour de rôle, chaque étudiant présente alors aux autres le plan qu'il envisagerait. La méthode est stimulante et vous permet de réviser sans en avoir l'air. Elle vous habitue aussi à envisager un sujet sous différents angles.
- En parallèle, continuez à apprendre classiquement vos fiches de cours.

Il vous faudra ensuite travailler la rédaction de votre dissertation, ce que nous verrons dans un deuxième article. Car pour passer maître dans l'art de la "dissert", il faut maîtriser le fond et la forme.


Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger | Spécial Bac













Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.