Bac 2021 : des épreuves finales maintenues malgré l'incertitude



Les deux épreuves de spécialités que les lycéens de terminale doivent passer en mars sont toujours maintenues pour le moment. Mais la crise sanitaire fait encore planer beaucoup d'incertitudes sur cette 1ère édition du nouveau bac.





Jean-Michel Blanquer annonce le maintien des épreuves de spécialités en mars 2021, au Grand Jury RTL/ LCI/ Le Figaro du 10 janvier © capture écran RTL
Jean-Michel Blanquer annonce le maintien des épreuves de spécialités en mars 2021, au Grand Jury RTL/ LCI/ Le Figaro du 10 janvier © capture écran RTL
La crise sanitaire tombe décidément bien mal pour la mise en place du nouveau bac. En 2019-2020, les élèves de première ont d'abord inauguré le passage d'épreuves communes (EC) devant compter pour la note de contrôle continu.

Perturbées par les opposants à la réforme, ces épreuves ont finalement pu se tenir tant bien que mal, mais la crise du Covid a ensuite empêché les premières de passer de l'épreuve anticipée de français - la note étant remplacée par la note du bulletin scolaire.

Or en 2020-2021, la perspective d'un retour à la normale ne cesse de s'éloigner et les élèves de terminale risquent bien d'être privés à nouveau des épreuves du bac qu'il leur restait à passer.

Les épreuves communes (EC) annulées et remplacées par les notes de bulletin

Dès le début novembre - date du deuxième confinement - Jean-Michel Blanquer a annoncé l'annulation des "épreuves communes" (EC). Deux sessions d'évaluation devaient normalement avoir lieu en terminale, en janvier-février et en avril-mai dans les matières du tronc commun : enseignement scientifique, langue A et langue B, et histoire-géo. En première, une épreuve sur la troisième spécialité arrêtée en terminale était aussi prévue.

Ces épreuves n'auront donc pas lieu et leurs notes seront remplacées par celles figurant sur le bulletin de l'élève dans chaque matière.

Le contrôle continu qui doit globalement représenter 60% de la note finale du bac va donc reposer entièrement sur le travail au lycée : les notes de contrôles, de devoirs maison, de participations en classe ou d'exposés vont toutes "compter" pour le bac.


Un peu moins d'équité, mais moins de stress et d'épreuves à préparer

Cela accentue la prise en compte du contrôle continu et la simplification de l'examen que visait la réforme du bac. Les élèves auront moins d'épreuves à préparer ce qui supprime une cause de stress.

Par contre, cela risque de relancer les craintes de ceux qui redoutent une perte d'équité face à l'examen. Les épreuves communes devaient en effet porter sur des sujets nationaux et être corrigées par d'autres enseignants que ceux de l'élève, un point auquel les circonstances obligent à renoncer.

Les élèves des lycées réputés plus "sévères" dans leur notation vont-ils être désavantagés ? Dès 2020, beaucoup d'établissements d'enseignement supérieur qui ont recruté sur Parcoursup disent avoir pris en compte le niveau du lycée d'origine des candidats. Il est vrai que lors cette session, toutes les épreuves du bac en terminale ont été annulées, ce qui ne sera peut-être pas le cas en 2021.

Les deux épreuves de spécialités maintenues en mars... pour l'instant

En ce début janvier 2021, l'Education nationale maintient en effet pour l'instant les 4 épreuves finales de terminale qui doivent constituer 40% de la note globale du bac :

- les deux épreuves de spécialités qui doivent avoir lieu entre le 15 et le 17 mars
- l'épreuve écrite de philosophie, prévue le 17 juin.
- le Grand Oral, prévu entre le 21 juin et le début juillet.

Mais alors que la crise sanitaire s'éternise et que la reprise de tous les cours en présentiel et en classe complète ne peut se faire comme espéré le 20 janvier, une pétition signée par plusieurs syndicats enseignants, lycéens et des associations de professeurs spécialistes a demandé au ministre de repousser les épreuves de spécialités à juin et de supprimer le Grand Oral.

Les signataires soulignent l'impossibilité, avec le confinement et l'enseignement "hybride", de couvrir les programmes. Ils dénoncent également le manque de moyens prévus pour préparer la toute nouvelle épreuve du Grand Oral.

Un calendrier lié à celui de Parcoursup

Interrogé sur ce point lors du Grand Jury RTL/LCI/ Le Figaro le 10 janvier,  Jean-Michel Blanquer a pourtant rejeté tout report des deux épreuves de spécialité

"La note obtenue dans ces deux spécialités en mars peut être prise en compte dans Parcoursup et crée donc une chaîne de cohérence entre ce qu'on fait en terminale et dans l'enseignement supérieur", a expliqué le ministre.

Cette articulation entre le choix des spécialités de l'élève et son orientation postbac est en effet l'un des buts premiers de la réforme du bac qui a voulu redonner du sens à l'examen : chaque élève est invité à choisir ses spécialités en fonction de ses goûts et de son projet d'avenir afin de personnaliser son profil. 

Les établissements d'enseignement supérieur, eux, se sont préparés en 2021 à examiner les dossiers scolaires des candidats sur Parcoursup au regard de leur choix de spécialités et de leurs notes au bac dans ces enseignements. Et un report ou une annulation des épreuves de spécialités les priverait donc d'un élément important.

Un contexte d'incertitude difficile pour les lycéens

Pourtant il est clair que les conditions d'enseignement chaotiques imposées en 2020 et 2021 par la crise sanitaire ne permettent pas une préparation sereine des épreuves.

Le ministère l'a concédé en annonçant en novembre que les épreuves de spécialités comporteraient deux sujets au choix. Il a aussi promis de la "compréhension" dans la correction des épreuves. 

Il n'en reste pas moins que les élèves et leurs enseignants sont confrontés à la préparation d'épreuves nouvelles, sur un programme d'enseignement inédit, et dans des conditions pédagogiques et psychologiques difficiles.

La menace toujours présente d'une modification des épreuves

Le plus difficile reste l'incertitude qui continue malgré tout à planer sur l'organisation du bac 2021. Malgré les déclaration de Jean-Michel Blanquer le 10 janvier, le ministère  semble se préparer par ailleurs à toute éventualité si la situation sanitaire ne permettait pas d'organiser les épreuves de mars puis de juin.

Une ordonnance publiée le 24 décembre donne en effet le droit aux responsables d'établissement de modifier les épreuves du bac dans "leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d'organisation, qui peut notamment s'effectuer de manière dématérialisée" !
En cas de modification, les élèves devront être prévenus dans un délai minimum de deux semaines avant l'examen. 

Voilà qui ne permet pas vraiment de rassurer les élèves et leur famille, d'autant que les cours en lycée vont se poursuivre en demi-groupe là où ils étaient déjà en place.



Rédigé par le Mardi 12 Janvier 2021 modifié le Mardi 12 Janvier 2021

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests | Le site reussirmavie







Vos articles préférés !



Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "La checklist pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.



Guides à télécharger