Réussir sa vie : des pistes de réflexion pour construire son projet de vie
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS

Le Grand oral : quelle méthodo pour la nouvelle épreuve du bac ?



Parmi les nouveautés du bac 2021, l'épreuve innovante du Grand oral fait peur aux candidats. Pourtant une bonne préparation doit permettre de s'en tirer d'autant que les ouvrages et les tutos vidéos ne manquent pas !




Le Grand oral : quelle méthodo pour la nouvelle épreuve du bac ?
Si tout va bien après plus d'une année de crise sanitaire, c'est du 21 juin au 2 juillet 2021 que les élèves de terminale se frotteront à cette nouvelle épreuve emblématique du nouveau bac : le Grand oral.

Mais ne risque-t-il pas d'être annulé, comme l'ont été les deux épreuves écrites de spécialités que les terminales devaient normalement passer en mars ? Pour Olivier Jaoui, expert de la prise de parole qui multiplie les interventions dans les lycées, le risque est faible :

"Le Grand oral ne nécessite pas de rassembler les lycéens, donc l'épreuve devrait avoir lieu normalement et je vous conseille de la préparer sérieusement", assure ce spécialiste qui dirige la collection "Mission Grand oral" aux éditions Nathan.

Une épreuve payante pour le bac... mais aussi pour la suite

Mieux vaut donc ne pas parier sur une annulation, d'autant que l'épreuve est dotée d'un coefficient 10 en filière générale et 14 en voie technologique : en comparaison, l'épreuve de philo est coefficient 8 (sur un total de 100 coefficients).

D'autre part le Grand oral est basé sur les connaissances acquises dans vos deux spécialités. L'épreuve veut vous permettre d'approfondir des sujets correspondant à vos centres d'intérêt, et peut-être à vos futures études. 

Enfin en vous entrainant à bien réussir cette épreuve de bac, vous commencerez à acquérir des compétences qui vous seront utiles dans toutes vos études et votre vie professionnelle.

Une épreuve innovante sur le fond et la forme

Il est vrai que l'épreuve elle-même est différente de ce qu'on vous a demandé jusque-là (lire : La nouvelle épreuve du Grand Oral dévoilée). Pour réussir ce "Grand Oral", il ne suffit pas de mémoriser des connaissances et de "recracher" des réponses toutes faites à n'importe quelle question.

D'abord, première nouveauté, vous choisissez vous-même deux questions liées à vos deux spécialités de terminale. 

Le jour de l'examen, le jury en sélectionne une, et vous avez 20 minutes pour la préparer. Ensuite, durant 5 minutes, vous traitez votre question debout face à deux professeur, une présentation qui devait se faire sans aucune note jusqu'à ce que le ministre annonce le 5 mai 2021 un "aménagement" sur ce point : pour la première édition du Grand oral, les candidats auront finalement droit de garder les notes préparées en amont.

Et qui vous invite à parler de vous !

Les enseignants évaluent vos connaissances, la qualité de votre argumentation, mais aussi celle de votre prestation orale (clarté, fluidité, élocution...). Puis vous échangez avec eux durant 10 minutes, en montrant que vous savez écouter, interagir de façon pertinente et même... présenter un avis.

Enfin, durant 5 minutes, vous êtes invité à présenter votre projet d'orientation. Parler de soi, encore un exercice inédit au lycée !

En tout, l'épreuve ne dure donc que 20 minutes, mais pour bien utiliser chaque temps et s'en sortir avec aisance, une bonne préparation s'impose.

Choisissez deux questions qui vous intéressent

C'est le premier conseil donné par Olivier Jaoui dans les guides de la collection "Mission Grand Oral". Parce qu'il a aussi l'habitude de préparer des étudiants aux oraux de concours, cet expert sait combien les jurys aiment sentir de la motivation chez un candidat.

De même, pour le grand oral : "les deux questions doivent vous intéresser : c'est la clé de la réussite", assure-t-il. Car si vous êtes intéressé, le jury le sentira à votre ton, à votre élan ; vous capterez son attention, vous passerez pour un candidat "engagé dans sa parole", et vous glanerez de précieux points.

Au moment de choisir une question, réfléchissez donc aux passages de vos cours de spécialité qui vous ont marqué, intéressé, ému peut-être : anecdotes, exemples tirés de l'actualité, expériences personnelles, etc. 

Dans la vidéo ci-dessous, Olivier Jaoui précise comment formuler ses questions :

Des idées de sujet par spécialité 

Après des conseils méthodo de préparation, les guides de la collection "Mission Grand Oral" donnent des exemples de questions : un intitulé, un contenu possible d'exposé et aussi un exemple de support pouvant être donné aux examinateurs.

Six titres couvrent six combinaisons de spécialités : maths / physique-chimie, maths / SVT, Physique-chimie / SVT, Maths / SES, SES / HGGSP, et un guide "toutes spécialités". Vous y trouvez donc des exemples de questions pour ces spécialités... mais les meilleures seront bien sûr les vôtres.

Des tutos vidéos et des podcasts complètent chaque ouvrage.

Récoltez une documentation abondante et variée

Une fois vos deux questions cernées et validées par vos enseignants, il faut bien sûr faire un travail de documentation. Ne vous limitez surtout pas au passage du cours qui peut fournir des éléments de réponse ou au résumé de Wikipédia, mais allez explorer des sources variées : études, enquêtes, livres, témoignages...

Quelques conseils pratiques :
- Notez la nature et la source de vos données : le jour du grand oral, les enseignants pourront vous questionner sur votre démarche ; parfois il sera opportun de les noter sur le support que vous leur donnez ; l'ampleur de vos recherches témoignera de votre engagement.

- Ne cherchez pas à construire votre exposé trop vite, mais prenez le temps de lire et d'explorer tous les documents pour vous immerger dans le sujet.

- De même, ne partez pas du principe que vous avez déjà votre avis sur la question, mais attendez d'avoir fait le tour du sujet pour le formuler.

Le Grand oral : quelle méthodo pour la nouvelle épreuve du bac ?
Conseils de journalistes

Même si vous n'avez à parler que 5 minutes (équivalent de 3 feuillets à peine), il ne faut pas avoir peur de récolter une documentation beaucoup plus large. Certes, vous ne pourrez pas tout dire. Il va falloir rassembler et résumer les idées pour aller à l'essentiel.

Mais le fait d'avoir bien travaillé le sujet va vous donner de l'assurance pour l'exposer. Puis quand les examinateurs vous relanceront ou vous poseront une question, vous ne serez pas pris au dépourvu. S'ils demandent une précision, vous pourrez la fournir sans hésiter. Vous comprendrez sans doute mieux leurs remarques, et vous rebondirez de façon pertinente.

Vous montrerez que vous "en avez sous le pied". Et vous gagnerez des points en "qualité des connaissances" et "qualité de l'interaction".

Construisez votre exposé de façon simple

Il reste à ordonner vos idées, en déroulant vos arguments de façon claire et logique . 
 
- Soignez l'introduction. Vous pouvez énoncer d'emblée la question, et expliquer pourquoi vous l'avez choisie (excellent pour montrer votre intérêt et votre personnalité). Ou bien vous attaquerez par une courte anecdote, qui montre l'intérêt de votre question. Allez voir par exemple comment de jeunes chercheurs débutent leur présentation dans le concours "Ma thèse en 180 secondes".

- Enchaînez tout de suite avec les premiers arguments, sans perdre de temps à annoncer le plan. "Tous les types de plan sont possibles, indique Olivier Jaoui : thèse / antithèse / synthèse, avantages-inconvénients, plan chronologique... L'essentiel est de bien relier les idées entre elles avec les bons connecteurs logiques".  

- Aboutissez à une conclusion claire : eh oui, puisque vous avez posé une question, il faut apporter une réponse, même si celle-ci est nuancée. Si le sujet s'y prête, vous pouvez dire "je", et vous engager... en étant prêt à en dire plus dans l'échange.

Exercez-vous face caméra ou avec des amis

Le Grand oral : quelle méthodo pour la nouvelle épreuve du bac ?
Vous avez votre plan, peut-être même votre "texte" devant vous, et ensuite ? Faut-il l'apprendre par coeur ?

"Je le déconseille, car cela peut vous faire perdre votre naturel, dit Olivier Jaoui. On peut rédiger son introduction et sa conclusion et s'exercer à les dire, mais ensuite, il suffit de mémoriser son plan et ses mots-clés."

Ni récitation ni impro totale, il vous faut en réalité vous entraîner à haute voix, dans les 5 minutes imparties. Dans un premier temps, filmez-vous ; puis exercez-vous avec des amis, en jouant alternativement le prof et le candidat. Même si vous avez finalement droit à garder vos notes le jour de l'examen, exercez-vous le plus possible à parler sans lire ou baisser les yeux.

Vous allez peu à peu roder vos expressions, vos liaisons, votre démarrage, votre conclusion et... prendre de l'assurance. Grâce aux questions posées par vos amis, vous allez aussi apprendre à regarder vos interlocuteurs, à leur sourire, à écouter leurs remarques, à répondre, à rebondir...

Travaillez les techniques de l'oral

Deux des cinq critères de notation concernent la qualité de votre expression orale : précision du vocabulaire, clarté, débit, fluidité, élocution, maîtrise du timing... Aïe, aïe, aÏe.

Heureusement, là encore, on trouve déjà sur internet des  tutos vidéo pour apprendre à respirer, à prendre la bonne posture, à régler le volume de votre voix, à faire de petits silences entre les parties de votre exposé pour ménager des pauses...

Exemple avec la série "Les petits tutos du grand oral" de la chaîne éducative Lumni :

Le support : un filet de sécurité à utiliser

Vous êtes mort de trouille à l'idée d'avoir un trou de mémoire ou de perdre les pédales ? Puisque vous avez finalement droit à garder vos notes, il vous suffira d'y jeter un oeil pour retrouver le fil de votre exposé. Vous pouvez aussi commenter le support écrit que vous avez donné à vos examinateurs : plan, mind-map, schéma...

Ce document, que vous élaborez de mémoire durant le temps de préparation de vingt minutes n'est pas obligatoire mais fortement conseillé. Il aide les enseignants à suivre votre explication et si vous perdez le fil, vous pouvez y faire référence et retrouver ainsi un tremplin pour repartir...
"Vous pouvez rédiger votre plan détaillé ou choisir par exemple de dessiner une courbe, un graphique, une carte, conseille Olivier Jaoui. Ce support montre au jury, dès le début du Grand oral, que vous avez sérieusement préparé"

Préparez l'échange sur votre orientation

Le Grand oral s'achève par 5 minutes d'échange avec le jury sur votre projet d'orientation. Là encore, il faut avoir préparé votre coup.

L'idéal est bien sûr de montrer que vous êtes autant motivé par vos futures études que par la question que vous venez de traiter. S'il y a un lien entre cette question et votre projet, il faut partir de là. Sinon, repartez du choix de vos spécialités.

Exemples : vous avez toujours été intéressé par l'actualité internationale, donc vous avez choisi la spécialité Histoire-géo, Géopolitique et Sciences Politiques (HGGSP), vous avez particulièrement apprécié la partie sur la démocratie et vous avez finalement choisi de faire du droit avec l'idée de travailler un jour dans des institutions internationales.
Fin juin vous saurez où vous êtes admis et ce que vous ferez l'an prochain !

Vous rêviez de travailler dans l'industrie du jeu vidéo, raison pour laquelle vous avez choisi la spé NSI, mais vous avez découvert l'informatique et l'an prochain, vous ferez finalement une école d'ingénieur pour découvrir les diverses technologies numériques.

Au passage, vous prendrez soin de préciser quelles démarches  - stages, rencontres, visites, conférence - vous avez faites pour vous renseigner. L'avantage est que fin juin, vous saurez où vous êtes admis et votre projet sera vraiment beaucoup plus précis.

Soyez confiants : le jury veut vous aider !

Le Grand oral : quelle méthodo pour la nouvelle épreuve du bac ?
Et puis, dites-vous que les enseignants qui vont vous évaluer sont là pour vous aider, non vous coincer. Il y a fort à parier aussi qu'ils soient très indulgents pour les bacheliers de la promotion 2021 :

Non seulement vous étrennez le nouveau lycée et le nouveau bac, mais vous avez vécu une année de première et de terminale pas comme les autres. Deux années scolaires marquées par le Covid, des cours en ligne, des épreuves de spécialités annulées, des confinements, des salons de l'orientation uniquement à distance. Tout cela, les enseignants le savent.

Cela ne veut pas dire qu'il faille bâcler votre Grand oral, ou y aller les mains dans les poches, mais il ne s'agit pas non plus de rajouter du stress au stress. Préparez-vous tranquillement, répétez entre amis, prenez confiance en vous et dites-vous que le risque d'avoir une mauvaise note est faible. 

Par contre, il ne tient qu'à vous d'avoir une note moyenne, assez bonne, bonne ou même excellente. Alors, on se détend !


Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger | Spécial Bac













Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.