Réussir sa vie : des pistes de réflexion pour construire son projet de vie
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS

Améliorer l'anglais en regardant des séries et des films



De nouvelles solutions pédagogiques utilisent les séries télé et le cinéma pour nous faire progresser en anglais. Avec l'appli e-dutainment, on peut même préparer son TOEIC et son TOEFL en regardant Breaking Bad, le rêve !




Améliorer l'anglais en regardant des séries et des films
Bien sûr, il y a longtemps que vos profs vous ont conseillé de regarder des séries anglosaxonnes en version originale ou au moins, si vous n'êtes pas "fluent in English", de choisir des sous-titres en anglais pour valoriser les longues heures passées devant vos écrans.

Mais la motivation n'est pas toujours au rendez-vous. Et puis, il est difficile de persister quand on ne peut noter le vocabulaire ou mesurer ses progrès. Pour cela, il faudrait mêler la pédagogie au plaisir, joindre apprentissage et loisirs, education and entertainment, dirait-on en anglais... 

Ce rêve, deux jeunes entrepreneurs français par ailleurs frères en ont fait une réalité :  Corentin et Clotaire Marmignon ont conçu une application d'apprentissage de l'anglais entièrement basée sur des séries et des films américains. C'est e-dutainment.com, qui permet non seulement de progresser en compréhension, en vocabulaire, en grammaire et même, de préparer les fameux tests d'anglais TOEIC et TOEFL. They did it !

E-dutainment : regarder son film, répondre aux questions, gagner des cadeaux

Concrètement, e-dutainment propose de choisir son film ou sa série, de la regarder, puis de répondre aux diverses questions qui s'adaptent au niveau de départ de chacun (basé sur le CECRL)  : "Watch, play, progress", le slogan de l'appli résume la méthode.

Puis comme l'étudiant est dans son canapé, toute sa progression est "gamifiée" : il ne travaille pas, il remplit des missions, il ne comble pas ses lacunes, il franchit des niveaux, il n'est pas noté ou évalué, il gagne des badges, des points, et enfin des cadeaux (goodies des sagas américaines)...

L'air de rien, ceux qui ont pris l'option "tests" voient leur score de TOEIC s'élever. "On voulait que l'étudiant progresse sans avoir l'impression de travailler, que l'anglais devienne un jeu", explique Clotaire.

Dernier bonus, des sorties régulières : plutôt que dire à l'étudiant qu'il doit être assidu pour progresser (ce qu'il sait mais ne fait pas), on le titille chaque mois avec de nouveaux films proposés 4 mois après leur sortie en salle. 


Le tuto de l'appli E-dutainment


Une solution adoptée par plusieurs écoles de commerce

L'outil est séduisant, mais est-ce qu'il marche ? Peut-on réellement améliorer son niveau d'anglais ? En tout cas les établissements d'enseignement supérieur qui ont déjà intégré l'application à leurs cours d'anglais semblent séduits.

C'est le cas du groupe IGS, qui compte plusieurs écoles de commerce comme l'ICD ou l'ESAM dont sont issus les frères Marmignon. "Nous utilisons déjà beaucoup les séries télé dans nos formations, reconnaît le directeur de l'ICD. Des séries comme Walking Dead ou Madmen sont excellentes pour évoquer le management".

Le directeur du CFA-IGS a testé l'appli avec ses apprentis qui n'ont que trois jours de cours par quinzaine : "Nos étudiants ont en moyenne un TOEIC de 600, ce qui est assez faible. Or avec cette méthode, ils ont gagné un peu plus de 100 points en quelques semaines !". 

Il faut dire que pour décider les écoles, les universités et même les entreprises, les "Marmignon Brothers" ont ajouté aux films et aux séries quelques contenus "métiers" : des vidéos évoquant des sujets de business, de communication ou d'ingénierie.

Et une appli grand public pour les étudiants

Si votre établissement n'a pas intégré E-dutainment , vous pouvez cependant l'adopter puisque la version de l'application pour les particuliers a été mise en ligne sur Google Play et sur l'App Store  en février 2019.

Pour l'acquérir, il faut débourser 9,99 euros par mois pour l'offre d'entrée, 12,99 euros pour celle qui inclut la préparation aux tests d'anglais. Un prix qui pourrait bien baisser si la startup des "Marmignon Brothers" engrange de plus en plus de clients, ce qui semble bien parti.


Le fabuleux destin des frères Marmignon

Comment une application montée par deux jeunes diplômés peut-elle obtenir les droits de diffusion de films américains 4 mois à peine après leur sortie sur les écrans ? 

C'est que Corentin et Clotaire n'ont pas perdu de temps pour vivre leur rêve américain et leur passion pour le cinéma. Alors même qu'ils n'avaient ni réseau dans ce milieu ni contact aux US.

Dès 2013, Corentin intègre l'ESAM car cette école de commerce offre la possibilité de partir à l'étranger tous les ans. Au bout de 500 mails de motivation, 20 entretiens Skype et 25 appels, il décroche un stage dans une petite maison de production à Hollywood ! Il va y faire tous ses stages durant trois ans, et au passage, convier son frère - lui aussi étudiant à l'ESAM - à le rejoindre.

Ils apprennent ainsi sur le terrain toutes les ficelles de la production et la distribution de films américains, tout en se démenant pour se faire financer par des entreprises françaises du Nord (leur région d'origine), des commerces, le Rotary Club, sans oublier de fructueuses ventes de tartes au maroilles.

A la fin de leurs études, ils creusent l'idée de diffuser en France des films des petits producteurs américains, mais se rendent compte que les frais de doublage seraient trop élevés. D'autant que le niveau d'anglais des Français reste faible. Alors, "on a pensé à utiliser les films pour aider les Français à élever améliorer l'anglais". Ils contactent Gauthier Vasseur, un Français enseignant à Stanford, qui leur apporte son expérience pédagogique : E-dutainment is born.

Pour en savoir plus : www.marmignonbrothers.com
Clotaire (à g.) et Corentin Marmignon sur la colline de Hollywood, durant leurs stages aux USA.
Clotaire (à g.) et Corentin Marmignon sur la colline de Hollywood, durant leurs stages aux USA.

English Attack : des extraits de films et des exercices orientés lycée

Améliorer l'anglais en regardant des séries et des films
Une autre application, plus ancienne, propose d'améliorer ou d'apprendre l'anglais à partir d'extraits de films : c'est English Attack, conçue par des enseignants et des pros des jeux vidéo.

L'apprentissage ne se fait pas sur des films ou des épisodes entiers, mais des extraits de moins de trois minutes qui peuvent être issus de séries (comme Vice, Game of Thrones, Cars 3, Wonder Woman...), des films (Harry Potter, Pirates of the Carribean...), des séquences d'actualité, des concerts ou des présentations de jeux vidéo.

On est donc moins dans le cinéma en liberté et un peu plus dans l'apprentissage, mais la brièveté des extraits permet de pratiquer 10 minutes par jour. Après chaque extrait, une série d'exercices de compréhension écrite et orale, de grammaire et de jeux de vocabulaire est proposée. L'application comporte aussi des "cartes visuelles" de vocabulaire (par thème) et des jeux en ligne pour apprendre les verbes irréguliers. 

English Attack vise en priorité les collégiens et lycéens et a d'ailleurs été adoptée par plusieurs établissements du second degré, par exemple les lycées d'Ile-de-France.

Après un test gratuit, l'abonnement est aussi proposé aux particuliers au tarif de 9,99 euros/mois, 6,99euros/mois si l'on s'abonne 12 mois. 

Fleex : mieux comprendre vos séries favorites

Pour les étudiants qui regardent déjà beaucoup de séries et souhaitent en profiter pour apprendre du vocabulaire, il faut aussi signaler Fleex qui n'est pas une application mobile mais un site entièrement responsive (fleex.tv ).

L'outil permet de travailler sur 4 types de vidéos : des épisodes de séries publiés sur Youtube et sélectionnés par Fleex (à regarder en streaming), des vidéos Netflix (si l'on est abonné au service), des fichiers vidéos personnels que l'on a sur son disque dur, et, intéressant, des conférences TedX de personnes inspirantes.

Une centaine de films (des classiques), du dessin animé au western en passant par le thriller, l'aventure ou le documentaire sont aussi disponibles.

Des sous-titres intelligents cliquables

Une fois la vidéo lancée, l'extension Fleex vous permet d'afficher les sous-titres en anglais et surtout, de découvrir la traduction exacte d'un mot en cliquant dessus. Ces mots sont ensuite enregistrés dans des fiches de vocabulaire que l'on peut revoir. Dans les sous-titres, les expressions idiomatiques sont aussi surlignées.

"J'utilise Fleex depuis quelques semaines, et je trouve ca juste génial, témoigne une étudiante de l'ESSCA dont le cursus est 100% en anglais.. Je m'en suis servie pour préparer mon dernier entretien en business ressources."

Autre avantage, Fleex comporte une version gratuite... qui fonctionne uniquement durant 60 minutes. Après quoi l'abonnement coûte 6,90 euros par mois, ou 25 euros pour six mois, ou 39 euros pour un an.

Former son oreille et intégrer l'accent

Une chose est sûre : pour des Français qui peinent souvent à intégrer les accents anglais ou américains et qui veulent progresser en compréhension orale, la vidéo est l'outil idéal. 
"Les études en neurosciences confirment l'effet positif de la vidéo sur l'apprentissage", souligne par ailleurs Cynthia Eid, directrice de la pédagogie et de l'innovation (DPI)et professeur-chercheur du Groupe IGS.

Alors, plus d'excuse pour repousser votre remise à niveau. 



Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger













Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.