Web@cademie : l'informatique comme seconde chance



La Web@cadémie propose à des jeunes passionnés par l'informatique mais sans le bac une formation pour devenir en deux ans développeur ou intégrateur web. Atouts non négligeables : la formation est gratuite et elle conduit à l'emploi !




Photo : Web@académie
Photo : Web@académie
Fondée en 2010 à Paris, la Web@cadémie est un peu l'école de la seconde chance pour les geeks et les fans d'informatique. Le cursus s'adresse en effet aux jeunes de 18 à 25 ans sortis sans diplôme du système scolaire traditionnel, les fameux "décrocheurs"... qui voudraient devenir des pros du web.

"Arrivé en 1ère S, j'ai quitté le lycée car je trouvais les enseignements trop théoriques", explique Saïd, l'un des étudiants de la première promotion.

Une histoire classique que partagent bien des étudiants de la Web@académie.

Nicolas, lui, a arrêté le lycée en première STI électronique "car le système scolaire classique ne me convenait pas, explique-t-il. Après une première incursion dans le monde du travail, j'ai vite compris que je ne pourrais pas évoluer sans formation".

Il a alors découvert la Web@cadémie, "enfin une formation qui me permettait d'évoluer et d'apprendre le développement même si je n'avais pas eu mon bac." L'étudiant est entré dans le dispositif en 2013 et après un an de formation, a pu faire sa deuxième année en contrat de professionnalisation chez Expertime.

"Tout se passe bien en entreprise pour moi, je vois enfin mon avenir dans le monde du développement grâce à la Web@cadémie. Maintenant je peux même espérer devenir chef de projet ! De quoi me motiver après mes précédents emplois !"

L'expérience d'Epitech : le learning by doing

Il faut dire que pour monter leur "Star'Ac du web", les fondateurs, issus du groupe d'enseignement supérieur privé Ionis, n'ont rien laissé au hasard.

Ils se sont appuyés sur l'une des écoles d'informatique du groupe, Epitech, qui fournit un réseau d'enseignants très professionnels, mais surtout sur sa pédagogie par projet. Ici on n'apprend pas en écoutant les enseignants donner des cours, mais en travaillant soi-même sur des problèmes, comme dans une entreprise. Une clé pour raccrocher des décrocheurs allergiques au système scolaire classique.

Autre atout : la Web@cadémie a des liens étroits avec des entreprises partenaires de prestige tels que Microsoft, la fondation Orange, venteprivée.com ou Samsung. Ces recruteurs proposent des contrats de professionnalisation et des emplois à la sortie aux Web@académiciens dont ils apprécient la forte adaptabilité et l'autonomie.

Une formation gratuite mais exigeante

Web@cademie : l'informatique comme seconde chance
La Web@cadémie a aussi le grand avantage d'être gratuite. Un impératif pour ce projet promu par l'association Zupdeco qui lutte pour l'égalité des chances.

Durant la première année, les étudiants ont le statut de stagiaire de la formation continue : ils se forment en travaillant sur divers projets personnels ou par équipes, encadrés par des professionnels.

En deuxième année, ils poursuivent leur formation en alternance en entreprise,   grâce à un contrat de professionnalisation.
 
"Il faut s'engager à fond"

Un programme qui exige pourtant une forte motivation car le rythme est intensif : "En deux ans, l'évolution a été folle, raconte Nicolas. C’est la première année, celle de l’apprentissage à proprement parler, qui a été la plus dure pour moi. Tous les jours on avait des projets, on se préparait à l’année que l’on allait passer en entreprise. Et quand on y est, on se rend finalement compte qu’on a été vraiment bien préparés".

"Il n'y a pas de miracle non plus, il faut s'engager à fond, confirme Saïd. Il faut être motivé car c’est très prenant et demande beaucoup de rigueur".

Une formation web très technique... pour répondre à la demande des recruteurs

Les fondateurs de la Web@cademie sont partis d’un constat simple : 140 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme ni qualification et près de 30% d'entre eux sont condamnés au chômage ou à la précarité.

Dans le même temps, avec le développement sans précédent du web et du numérique, près de 30 000 emplois restent à pourvoir en France, notamment sur le métier très recherché de développeur web. D'où l'idée de proposer à certains de ces jeunes, les passionnés d'informatique, de "raccrocher" une formation qui les propulse vite vers l'emploi.

Une façon de faire d'une pierre deux coups : donner un avenir à des jeunes, et fournir aux entreprises françaises les compétences dont elles ont besoin.

Une belle montée en puissance

Très expérimentale au lancement en 2010 avec 12 étudiants seulement, la web@cadémie a vite fait ses preuves et sa deuxième promotion a accueilli 24 jeunes puis 67 à la rentrée d'avril 2013.

Il faut dire que les résultats sont au rendez-vous : sur les 250 jeunes formés depuis 2010, 47% sont en emploi, 50% poursuivent des études (souvent pour décrocher un bac+5 en informatique) et 3% seulement cherchent un job.

Une deuxième antenne de la Web@académie a donc ouvert à Lyon en 2013 et en 2014, une nouvelle promotion de 50 étudiants a été lancée à Paris et de 30 à Lyon. Par ailleurs, une Web@cadémie a été lancée en partenariat avec Samsung sur son campus de Saint-Ouen pour 50 jeunes.

En 2015, la Web@académie accueille sa 5ème promotion sur Paris (50 étudiants), sa 3ème à Lyon (25 étudiants) et sa 2ème au Samsung Campus (50 étudiants). Soutenue par deux syndicats professionnels du numérique, elle est entrée dans le paysage des formations en informatique. L'une des prochaines étapes devrait être le dépôt d'une demande de certification : les étudiants pourraient alors obtenir un titre professionnel de niveau 3 (bac+2) reconnu par le ministère du Travail.

12 mois en alternance... un tremplin vers l'entreprise

Jacques-Antoine Granjeon, patron de ventesprivees.com, l'un des fondateurs (Official LeWeb Photos)
Jacques-Antoine Granjeon, patron de ventesprivees.com, l'un des fondateurs (Official LeWeb Photos)
En plus des solides bases en développement web assurées par 12 mois de cours à Epitech, le cursus comprend donc 12 mois d’alternance au sein d'une entreprise. "C'est vraiment un plus pour valider tout ce que l'on apprend en classe et se retrouver dans un cadre professionnel, explique Saïd.".

D'autant que le contrat en alternance se poursuit souvent par une embauche en CDI.
"Après mon alternance, je suis resté dans l’entreprise où j'étais, témoigne Leila. Au bout de deux ans, j'avais envie d'aller voir ailleurs et j'ai changé d’entreprise.Je n'ai pas mis beaucoup de temps pour trouver un nouvel emploi. Je n'ai pas mon bac, et la Web@cadémie m’a ouvert beaucoup de portes. Même en étant actuellement en poste, je reçois régulièrement des contacts. Les développeurs sont des profils recherchés, et la Web@cadémie est aussi très appréciée car liée à Epitech".

Pousser les portes de l'@cadémie ?

Web@cademie : l'informatique comme seconde chance
Deux rentrées ont lieu chaque année sur Paris et Lyon : une en octobre avec sélection entre juillet et septembre, et une au printemps avec une sélection en hiver.

– Pour postuler, rendez vous sur le site www.webacademie.org  
Vous devez avoir entre 18 et 25 ans et être non bachelier mais surtout, être très motivé et avoir une capacité de travail importante. 
– Votre dossier (cursus, motivation) sera étudié par Mozaïk RH, un cabinet associatif de recrutement spécialiste de la diversité et de l’égalité des chances.
– Vous devez ensuite passer des pré-tests en ligne sur le site www.codecademy.com/fr  puis si vous êtes retenu, passer l'épreuve de la "piscine" : trois semaines pour résoudre des tests informatiques. Ceux qui ne coulent pas peuvent alors pousser les portes de la web@académie.

Un parcours du combattant ? oui, mais le challenge en vaut le coup : "Si je n’étais pas passé par la Web@cadémie, je n’en serais sans doute pas là, dit Nicolas. Je serais encore chez moi à jouer à des jeux vidéo toute la journée, à faire des petits boulots qui ne plairaient pas. Cette formation m’a donné un métier, et un objectif : je sais ce que je fais et où je vais en me levant le matin". 

D'autres formations gratuites de développeurs web
 
La web@cadémie a fait des émules et d'autres formations gratuites se mettent en place pour former des jeunes souvent sans diplôme au métier très recherché de développeur web.
- Ainsi, le patron de Free, Xavier Niel, a lancé en 2013 une école baptisée 42 et ouverte à tous les 18-30 ans sans aucune condition de diplôme. Cette nouvelle école va proposer des formations de trois à cinq ans, selon les profils. Seule condition : être motivé et avoir la passion de la programmation informatique. L'enseignement se veut là encore innovant et centré sur la réalisation de projets concrets.

-Autre initiative, celle de Simplon.co qui veut proposer une formation rémunérée et intensive de six mois aux jeunes des quartiers populaires pour leur apprendre à programmer mais aussi à monter des start-up innonvantes à vocation sociale grâce aux outils numériques.

Lire aussi  Des formations en écoles d'informatique pour les recalés du bac
Vendredi 31 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?





S'abonner à la newsletter gratuite