Que faire après un échec au bac professionnel ?



25 % des candidats au bac pro ne décrochent pas leur diplôme. Si c'est votre cas, ne vous découragez pas car des solutions existent pour sortir de l'échec et aller de l'avant.



Premier échec au bac : mieux vaut redoubler

Que faire après un échec au bac professionnel ?
Dur de rester sur le carreau quand tous les copains l'ont eu. Du coup, vous avez envie de tout laisser tomber, et de commencer à travailler. Mais est-ce le bon choix ?
Si c'est  votre premier échec, vous avez tout intérêt à redoubler votre terminale pour retenter le bac l'an prochain. Marre des études ? Pas envie de retourner au lycée ? OK, votre ras-le-bol est compréhensible. Mais vous ne devez pas prendre de décision sous le coup de la déception. Même si votre secteur professionnel recrute, et que vous avez des perspectives d'embauche en vue, il vaut mieux vous donner un an de plus pour décrocher le diplôme : le bac vous donnera en effet par la suite la possibilité de poursuivre vos études (en BTS ou mention complémentaire), et si vous voulez commencer à travailler, vous pourrez bénéficier d'un meilleur niveau de salaire. Vous devez penser votre avenir à moyen terme, dans les dix ans, et non en fonction de ce que vous avez envie de faire à la rentrée. Si vous redoublez, vous pouvez conserver les notes que vous avez obtenues au bac la première fois et qui sont supérieures à 10/20. C'est un avantage considérable offert aux bacs pros que n'ont pas les bacs généraux ou professionnels. Vous réussirez probablement l'an prochain.

Repréparer le bac en alternance

Que faire après un échec au bac professionnel ?
Si vous vous prépariez le bac en formule scolaire, vous pouvez peut-être le préparer l'an prochain en apprentissage. Cela vous permettra de vous faire une expérience en entreprise, tout en repréparant l'examen. Si votre établissement ne propose pas cette formule, n'hésitez pas à contacter directement un établissement voisin qui le proposerait (cherchez sur Internet le numéro des lycées professionnels des environs, et appelez le standard directement).
Un conseil : ne traînez pas. Prenez contact dès l'annonce de vos résultats. Les établissements sont assez accueillants et compréhensifs pour les terminales qui appellent, mais le 14 juillet, il sera trop tard. Si vous avez déjà des contacts avec une entreprise (qui vous propose de vous embaucher), vous pouvez demander à être pris en contrat d'apprentissage, il n'y a plus qu'à trouver le lycée (le vôtre ou un autre) qui vous acceptera volontiers si vous avez déjà votre entreprise.

Changer de section

Que faire après un échec au bac professionnel ?
Il est toujours possible de se représenter dans une autre section de bac professionnel si un établissement vous accepte. Mais attention : dans ce cas, vous ne pourrez pas garder le bénéfice de vos notes supérieures à 10. Et bien sûr, vous aurez des matières nouvelles à découvrir et à présenter. Ce changement n'est valable qu'à une condition : que votre section de bac ne vous plaise vraiment pas et que vous soyez attiré par un autre secteur professionnel. Avant de faire ce choix, parlez-en à un adulte qui pourra vous conseiller : enseignant, chef d'établissement, conseiller d'orientation...
 Il faut aussi analyser votes notes : si elles sont toutes inférieures à 10, le changement peut être envisagé. Attention cependant à ne pas changer pour changer. Il faut une vraie motivation pour choisir un nouveau secteur professionnel, et être sûr de soi (par exemple en ayant fait un stage). On ne change de section que si l'on a déjà un projet professionnel d'après bac qui le justifie.

Après un deuxième échec : les MOREA pour se repréparer en alternance

Si vous échouez pour la deuxième fois, avant d'abandonner totalement, renseignez-vous auprès de votre lycée ou d'un conseiller d'orientation, ou de la Mission générales d'insertion de l'Education nationale (MGI), pour savoir s'il n'existe pas des Modules de repréparation à l'examen par alternance (MOREA). Cette formule permet de garder un statut d'élève rattaché à un établissement, mais de travailler en alternance et de préparer par ailleurs les matières du bac que l'on doit repasser (si l'on a conservé des notes supérieures à 10).
Et comment se prépare-t-on ? Vous prenez des cours par correspondance, mais pour vous aider à les travailler, vous venez au lycée une ou deux fois par semaine où un professeur rassemble un petit groupe de MOREA pour les encadrer et les aider. On vous donne ainsi le coup de pouce et l'encadrement (encouragement, explications, soutien pour ne pas rester seul) dont vous avez besoin pour réussir vos matières, sans vous imposer à nouveau toute une année de scolarité qui risque de vous démoraliser.
Le fait de commencer à travailler, de gagner en autonomie, aide en effet certains à aller de l'avant et à retrouver le tonus nécessaire pour travailler. Beaucoup d'échecs ont en effet des raisons psychologiques : on rate parce qu'on n'a pas confiance en soi, qu'on est démotivé et qu'on n'a pas l'énergie pour travailler scolairement.

Démarrer une formation sans le bac

Si décidément vous voulez laisser tomber le bac, vous pouvez toutefois vous tourner vers des formations professionnelles accessibles sans ce diplômes en général en alternance : un bon compromis entre l'entrée dans la vie active et la poursuite d'études. Contactez votre mission locale la plus proche.

Il existe en particulier deux types de formation en quelques mois qui peuvent être proposées à des bacheliers ou à des "niveaux bac" : la mention complémentaire (MC), diplôme de l'Education nationale en un an, et les FCIL, formations complémentaires d'intiatives locales. Les FCIL sont montées avec les entreprises locales du secteur. Elles ne vous donnent pas un dipôme de l'Education nationale mais une certification professionnelle qui conduisent directement à un emploi.

Vous pouvez aussi essayer de vous inscrire en BTS dans une spécialité qui correspond au bac que vous avez préparé : par exemple un BTS commercial après un bac pro commerce. Seules les écoles privées vous accepteront à condition que votre dossier de terminale ne soit pas trop mauvais. Et l'on vous demandera de repasser le bac au bout de la première année de BTS. Si vous êtes motivé(e) par ce BTS et les métiers auxquels ils préparent, vous pouvez retrouvez la pèche et une fois votre BTS en poche, peu importe que vous ayez le bac ou non.
Mais attention : choisissez une école qui a un bon taux de réussite pour mettre toutes les chances de votre côté. Vous n'avez pas d'argent pour payer la formation ? Prenez une formule en alternance : l'entreprise va payer l'école pour vous. En résumé, visez le BTS si vous avez raté votre bac de peu, un dossier bon ou moyen (moyenne supérieure à 8), un projet professionnel et une forte motivation.

Travailler et représenter le bac sous forme progressive

Si enfin vous choisissez de rentrer dans la vie active en prenant un emploi, vous pouvez encore présenter le bac en tant que salarié (au titre de la formation continue) ou bien en le préparant à distance (par exemple avec le CNED. Dans ces deux cas, vous avez le choix entre deux voies :
- soit repasser les épreuves de façon globale en une fois
- soit repasser les épreuves de façon progressive, en passant quelques unité une année, puis d'autres une autre année. Vous pouvez ainsi concilier le rythme de la vie professionnelle avec la préparation d'un examen en n'ayant pas à tout passer d'un coup.
Lundi 4 Février 2013

Qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?



S'abonner à la newsletter gratuite










Des cours d'anglais par e-mail, à tester gratuitement