Donner un sens à sa vie... la clé pour vivre pleinement ?



Et s’il fallait avoir une raison de vivre pour être (vraiment) heureux ? C'est la thèse défendue par Viktor Frankl, psychiatre viennois contemporain de Freud qui a fondé la logothérapie. En partie inspirée de son vécu dans les camps de concentration, cette thérapie propose à chacun de trouver sa propre mission sur terre.




En orientant notre vie vers nos idéaux profonds, nous trouvons sens et plénitude à vivre.
En orientant notre vie vers nos idéaux profonds, nous trouvons sens et plénitude à vivre.
Viktor Frankl, vous connaissez ? Probablement pas. Ce psychiatre et philosophe autrichien né en 1905 et mort en 1997 est moins célèbre que son compatriote Sigmund Freud. Et pourtant Frankl a apporté une pierre fondamentale à la psychothérapie.

Tout au long de sa vie, il a mis au point une thérapie fascinante, la logothérapie, afin de venir en aide à ses patients névrosés ou déprimés.

Son idée centrale rejoint ce que nous pressentons ou cherchons plus ou moins consciemment : pour s'épanouir pleinement, l’homme doit chercher et trouver le sens profond de son existence. Ce sens, logos en grec, est un vrai moteur qui donne goût à la vie et peut même guérir bien des maux : c'est la thérapie par le sens, ou "logothérapie".

Viktor E. Frankl
Viktor E. Frankl
Frankl : une vie de thérapeute marquée par l'expérience des camps de concentration

Dès le début de sa vie, Frankl se découvre une mission de thérapeute et se sent attiré par le soin des autres et la médecine. Il grandit à Vienne et dès l'âge de 16 ans, il entame une correspondance avec Sigmund Freud. Quelques années plus tard, il touche à son but et devient docteur, spécialiste en neurologie. Passionné de psychologie et de psychiatrie, il donne des conférences sur la quête du sens de la vie. Et c’est en 1926, qu’il utilise, pour la première fois en public, le terme de "logothérapie".

Mais  la Seconde Guerre mondiale va bouleverser son existence. Parce qu'il est juif, il est déporté avec sa jeune épouse et ses parents. A Auschwitz où il est transporté, on lui confisque le manuscrit contenant les grandes lignes de sa théorie. Dans ce camp de la mort, le désir de revoir les siens et de poursuivre ses travaux lui permettent de tenir le coup. Il vérifie au coeur même de l’enfer l’importance, pour chaque être humain, de donner un sens à sa vie. "Face à l’absurde, les plus fragiles avaient développé une vie intérieure qui leur laissait une place pour garder l'espoir et questionner le sens",  écrit-il.

A sa libération par les Américains, il apprend la mort de toute sa famille. Mais en dépit de l’affaiblissement physique et du désespoir, il se consacre fébrilement à ses recherches. Il publie rapidement "Un psychologue fait l’expérience du camp de concentration", qui sera suivi de plus d’une trentaine d’ouvrages. Il devient directeur de la polyclinique neurologique de Vienne où il met en pratique, encore et toujours, sa thérapie par le sens.

Pourquoi le vide existentiel est source d'angoisse et de dépresssion

Au cours de ses recherches et consultations, Viktor Frankl constate que ses patients souffrent avant tout d’un grand vide existentiel. "Le vide existentiel peut prendre plusieurs aspects, explique-t-il. La recherche d’un sens à la vie est parfois remplacée par la recherche du pouvoir, incluant sa forme la plus primitive, soit le désir de gagner toujours plus d’argent. Dans d’autres cas, c’est la recherche du plaisir qui y est substituée." ("Découvrir un sens à sa vie").

Désoeuvrés, éloignés de leurs véritables désirs, les hommes et les femmes sombreraient peu à peu dans une forme de dépression. Ainsi, certains affichant une image d’apparente réussite, seraient également en proie au mal-être, car ayant couru après l’argent plutôt qu’après le sens profond de leur existence.
Comme dans la chanson "Le blues du businessman" de Daniel Balavoine, où un homme d’affaires au sommet de sa gloire avoue son désespoir de n’être pas devenu l ‘artiste qu’il rêvait profondément d’être.

Et comment la quête de sens redonne le goût de vivre

Donner un sens à sa vie... la clé pour vivre pleinement ?
Viktor Frankl en est convaincu : c’est en cherchant ce sens profond de leur vie que ses patients retrouveront progressivement volonté et joie de vivre. "Lorsqu’on trouve un sens aux événements de sa vie, la souffrance diminue et la santé mentale s’améliore", écrit-il.

Il appartient donc à chacun de prendre le temps de découvrir ses idéaux profonds. Ai-je envie de fonder une famille? De devenir infirmière ou enseignant ? De donner de mon temps aux personnes sans-abris ?

C’est en apportant, en toute honnêteté, des réponses à ces questions, puis, bien sûr, en se donnant les moyens de les mettre en pratique, que l’on atteint une certaine forme de paix intérieure. Selon le médecin, il est d’ailleurs tout à fait normal de se poser des questions existentielles. Le rôle du thérapeute et de la logothérapie est alors d’aider le patient à trouver les réponses, parfois enfouies au plus profond de son inconscient.

En dépit des obstacles, l'Homme reste maître de sa destinée

Contrairement à certains de ses confrères, Frankel ne considère pas que les êtres humains sont essentiellement motivés par leurs désirs ou par leurs instincts. Ils ne sont, selon lui, pas non plus prisonniers d’un quelconque contexte social. Il les invite donc à prendre en main leur vie et leur destin dont ils sont les uniques responsables.

Par conséquent, inutile de s’apitoyer sur son sort, il faut se donner les moyens d’avancer vers ses objectifs. Si nous ne pouvons rien changer au passé ni réparer certaines de nos erreurs, il est toujours possible de continuer à avancer car l’avenir nous appartient.

Ainsi, il est toujours possible de recommencer, de prendre les devants et de changer le cours de son existence. Si j’ai échoué à un examen, si je ne me plais pas dans ma carrière, plutôt que de blâmer la terre entière ou de perdre du temps à culpabiliser, mieux vaut s’y remettre tout de suite ou étudier l’ensemble des options qui s’offrent à moi.

A chacun, sa mission sur terre

Donner un sens à sa vie... la clé pour vivre pleinement ?
L’un des points clés du raisonnement de Viktor Frankl est le suivant : chacun a, sur terre,  une tâche à accomplir et, en cela, il est irremplaçable. C'est ainsi qu'il avait redonné la force de vivre à un savant rencontré en camp de concentration : en pointant du doigt l’oeuvre qu’il était en train d’accomplir. Qui d’autre que lui pouvait la parachever ?

Lui-même raconte que, durant ses longs mois de captivité, son désir de terminer le manuscrit exposant sa théorie et confisqué par les nazis, l’a grandement soutenu dans son combat pour rester en vie. Puisqu’il était le seul à pouvoir en venir à bout, il se devait de lutter pour sa vie.

Au fond, nous dit-il, nous avons tous besoin d'accomplir une mission librement choisie afin d’accomplir nos talents spécifiques. Par ailleurs, le fait de se sentir utile est toujours source de satisfaction. C'est pourquoi nombreux sont ceux à sortir de leur propre souffrance en s'engageant dans le bénévolat. Solange, une femme endeuillée par la mort de son compagnon, a ainsi repris goût à la vie en cuisinant pour les personnes démunies au sein d'une association.

Aimer et se consacrer aux autres : une piste pour trouver du sens

Dans cette quête de sens, Frankl ouvre des piste. Ainsi, l'amour ou la qualité de nos relations aux autres est une piste majeure pour (re)donner sens à notre vie. il suffit parfois de la diriger vers quelqu’un d’autre que soi-même ou vers quelque chose d’autre.

En nous consacrant à une personne aimée ou à une cause, nous nous humanisons, nous nous réalisons en tant que personne humaine. Et c’est en nous dépassant que nous trouvons le sens de notre vie !

Viktor Frankl raconte ainsi qu’une femme qui avait renoncé à un avenir professionnel séduisant pour s’occuper de son enfant malade avait trouvé beaucoup de réconfort en réalisant qu’elle venait de choisir l’amour plutôt que de céder aux sirènes du pouvoir et de l’argent.


Par ailleurs, une des clés du bonheur serait, toujours selon Viktor Frankl, de pouvoir accepter une situation à laquelle nous ne pouvons rien changer. Pour y arriver, il nous est toujours possible d’avoir recours à notre sens de l’humour. Autant rire, autant que possible, de ce qui est fait et sur lequel nous n’avons de toute manière aucune prise.

Viktor Frankl est mort à Vienne en 1997, laissant derrière lui une trentaine d’ouvrages traduits dans 32 langues. Il existe des associations et des instituts de logothérapie dans une trentaine de pays.

Pour aller plus loin

  • Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, de Viktor E. Frankl.
    Dernière traduction française par Clifford J. Bacon et Louise Drolet, pour les Éditions de l’homme. A commander en ligne chez Amazon en cliquant sur la couverture :

Jeudi 9 Février 2017

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par kelia le 30/01/2017 16:36
waw cette histoire me fascine le coeur parce qu'il est tres triste mais Frankel a realisé son reve le plus cher malgre tout les obstacle qu'il a puis trouver au sein de ces prochain.maintenant Frankel me donne gout à la vie et meme quand la vie me bat je dois recommencer sans decourager.parce que la vie est une luttre pour ce qui croix.

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions









S'abonner à la newsletter gratuite