Comment ne pas se laisser influencer



Amis, médias ou réseaux sociaux nous influencent forcément mais comment ne pas être "sous influence" ? Comment apprendre à penser par soi-même pour forger ses idées en cohérence avec sa personnalité? Sens critique, mode d'emploi.




Image : Rudie / Fotolia
Image : Rudie / Fotolia
Mauvaise journée pour Vanessa. Douchée par une cascade de sales notes, elle rentre du lycée découragée. Sur Facebook, ses amis y vont de leurs commentaires : "T'en fais pas, les notes on s'en fout", "Moi j'ai lâché tout ça depuis longtemps"...
Le soir, elle voit à la télévision un reportage sur le chômage des jeunes diplômés. Quand sa mère rentre, sa décision est prise : elle arrête ses études, "puisque même ceux qui ont des diplômes ne trouvent pas de travail".

Prenez du recul, activez votre sens critique

Si Vanessa avait lu l"excellent livre de Bruno Dufay, Ne vous laissez plus influencer !, elle aurait sans doute compris qu'elle s'était laissé mener : par ses émotions d'abord, par ses amis ensuite qui eux-mêmes ont fait peu d'études, et par une émission de télé entendue d'une oreille.

Elle aurait compris que s'il y a bien des diplômés sans emploi, ce taux de chômage diminue quand le niveau d'études s'élève. Elle aurait, surtout, pris le temps de réfléchir, de demander conseil à des personnes compétentes et de confronter leur avis à ses envies profondes, de façon à bâtir un projet personnel réaliste et motivant.

"Il faut activer notre sens critique en continu, écrit Bruno Dufay dans son ouvrage : il faut s'obliger à faire le point, à prendre du recul très fréquemment car il nous faut à chaque instant distinguer entre informations brutes et structurées, entre intuitions et émotions, entre faits et opinions, entre forme et fond afin de tirer nos conclusions personnelles".

La science : de toutes façons, j'y connais rien...

Comment ne pas se laisser influencer
Face aux sciences par exemple, nous avons du mal à évaluer toutes les informations qui nous arrivent  : découvertes médicales, nouveautés high tech, avis de chercheurs... Tout cela nous fascine et nous intimide. "Nous faisons une confiance aveugle aux sciences et aux scientifiques eux-mêmes, estime Bruno Dufay, ce qui ouvre la porte à toutes sortes de manipulations et d'erreurs de jugement"... Ainsi des sectes ou des Etats comme le régime  nazi, ont pu invoquer de pseudo théories scientifiques pour fonder leur idéologie.

Sans renier les apports des sciences, il nous faut au contraire mieux les comprendre pour mieux les utiliser.

Conseils :
- Etre curieux, avoir un minimum de culture scientifique et technologique
- Bien comprendre la démarche scientifique qui formule des hypothèses et aboutit à des résultats par étapes : toute connaissance peut donc être remise en question ou complétée par une découverte ultérieure
- Eviter les amalgames: ce n'est pas parce qu'un médicament présente des dangers, que tous les médicaments sont à éviter
- Ne pas mélanger les genres. "Aucune théorie, aucun résultat scientifique ne peut venir au secours d'une idéologie", dit Bruno Dufay.  La science n'est pas non plus une religion, et ne peut être la boussole de notre  vie. Sachons la confronter à nos valeurs et aussi à notre bon sens pour mener notre vie.

Les médias : c'est vrai, je l'ai vu sur Youtube

Comment ne pas se laisser influencer
Là encore, les médias nous abreuvent d'informations : aux journaux papier, aux radios et télés sont venus s'ajouter les médias web et la possibilité de se connecter partout depuis nos tablettes et smartphones. Nous voilà surinformés, mais sommes-nous mieux informés ? 

Pas sûr car l'abondance et l'immediateté de l'information peuvent nous empêcher de comprendre tous ces faits, de les intégrer, de les peser. C'est pourtant ainsi que nous pouvons prendre du recul,  comprendre  quelles idées sont à l'oeuvre et tirer de ce flot  désordonné de quoi forger notre culture et notre compréhension du monde.

Conseils :
- Mieux comprendre comment l'information est traitée par les médias : savoir distinguer un média professionnel qui ne publie que des faits vérifiés et d'autres émetteurs qui peuvent diffuser des rumeurs, bien repérer la force émotionnelle des images, savoir distinguer un  fait d'une opinion, etc.
- Varier les médias visuels et écrits, ceux qui donnent des informations brutes (quotidiens gratuits) et ceux qui analysent les faits (magazines, émissions de débat)
- Consulter des médias de tendances différentes pour apprendre à repérer les arguments et vous faire vos propres opinions.

Amis, réseaux sociaux : ça peut faire du buzz !

Comment ne pas se laisser influencer
Publié en 2003, le livre de Bruno Dufay n'évoque pas l'influence des communautés web 2.0 qui n'ont fait que grandir. Cette possibilité que nous avons de tisser des réseaux est extraordinaire... à condition de ne pas s'y enfermer.

Il y a fort à parier en effet que votre réseau "d'amis" ait les mêmes centres d'intérêt et les mêmes opinions que vous. Plutôt que de vous ouvrir, vous risquez alors de fonctionner en circuit fermé en ne  communiquant qu'avec ceux qui vous ressemblent. Sympa pour partager des musiques, cela n'aide pas beaucoup à forger son sens critique. Gare aussi au buzz et aux effets de groupe qui peuvent vous entraîner : c'est si facile de partager la photo ridicule de quelqu'un...

Conseils :
- Dialoguer avec des amis d'avis différents
- Dans un groupe, apprendre à dire non
- Ne pas se contenter de partager et de faire suivre les idées des autres : commenter, tenir son blog, faire connaître ses propres idées pour être aussi acteur
- Faire des rencontres et des activités dans la "vraie vie" pour ne pas rester dans le virtuel et fonder ses idées sur le  contact avec le réel.

Emotions : d'abord, j'aime pas la prof !

Comment ne pas se laisser influencer
Quand bien même nous suivrions tous ces conseils, "dans beaucoup de cas, nous empêchons notre sens critique d'agir ou nous le laissons faire à demi, explique Bruno Dufay. Nous nous automanipulons".

En effet nos émotions, positives ou négatives, nos sentiments et nos préjugés finissent souvent par prendre  le dessus. Vincent a eu un conflit violent avec une prof d'anglais au collège, et il refuse depuis toutes les occasions d'améliorer cette langue. Jennifer a toujours admiré son oncle, engagé en politique, et  cette admiration l'a conduite à adhérer au même parti. Laura s'est trouvée si seule lors d'un semestre d'études à l'étranger, qu'elle s'est laissée entraîner par un groupe d'étudiants qu'elle n'aurait sûrement pas apprécié dans d'autres circonstances.

Certes, nous ne pouvons agir et vivre sans tenir compte de notre affectivité. Mais attention à l'impulsivité qui peut nous faire prendre de mauvaises décisions et aux réactions émotionnelles qui nous empêchent d'être raisonnables et fidèles à nous-même. Et attention aussi à ceux veulent nous "conseiller" mais sont menés par des émotions qui les empêchent d''être objectifs.

Conseils :
- Apprendre à mieux se connaître : êtes-vous impulsif(fe), avez-vous tendance à vous laisser mener par vos émotions ou examinez-vous rationnellement les choses ?
- Prendre l'habitude de prendre du recul et du temps avant une décision ou une action importante
- Se demander si nos avis et opinions sont fondés sur des arguments rationnels ou bien des réflexes et des préjugés

Faire éclore sa personnalité, trouver son équilibre

Au final, il ne s'agit pas de tout critiquer et de se croire sans cesse victime de manipulation mais de bien utiliser les éléments précédents pour forger nos opinions de la façon la plus équilibrée possible.

En prenant le temps de s'informer à des sources différentes, de comprendre ce qui nous est dit, de dialoguer avec des personnes d'opinions diverses, nous pourrons éviter de  nous "laisser influencer" parce que nous aurons une connaissance suffisamment large de la question.

Il n'y aura plus alors qu'à confronter cela à ce que nous sommes, ce que nous avons vécu, ce que nous désirons pour  faire ainsi éclore, peu à  peu, notre personnalité. Et nous sentir plus libres.



Mercredi 3 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions









S'abonner à la newsletter gratuite