Savoir dire non



Refuser d'aller où on ne veut pas, affirmer ses choix, se faire respecter, ne pas céder aux pressions... Pour tout cela, il faut oser "dire non", que ce soit à des copains, des parents, des collègues, des profs ou d'autres encore. Dire non, oui, mais comment ?




Savoir dire non
Certains, comme Chloé, ont un caractère réservé et craignent toujours de déplaire. D'autres sont impressionnés par des personnes qui leur imposent des choix. D'autres encore se laissent entraîner dans des situations qui les enferment.

A chaque fois, vous n'osez pas ou ne pouvez dire non... Les conséquences peuvent être plus ou moins graves (harcèlement moral, perte de confiance en soi, violences sexuelles), mais une chose est sûre : vous n'exercez pas votre liberté et ne pouvez être vous-même.

Cette impuissance n'est pourtant pas inéluctable : on peut apprendre à s'affirmer voire à s'opposer à quelqu'un, en comprenant d'où viennent nos faiblesses et nos difficultés.

Pourquoi il est difficile de dire non

Savoir dire non
"Je ne voulais pas lui faire de peine, je n'ai pas osé." La première raison qui nous empêche souvent de dire "non" à quelqu'un, c'est que nous ne voulons pas lui faire de peine : par peur de blesser, de décevoir, de déclencher une crise ou une explication, on préfère se taire.
Nicolas n'a jamais osé dire à ses parents qu'il aurait préféré faire des études courtes que son droit. Chloé, elle, savait que Mathieu était amoureux d'elle lorsqu'il l'a invité à ce week-end. Mais elle n'a pas eu le courage de lui dire qu'elle ne voulait pas sortir avec lui, pour ne pas lui faire de peine...

Cette première difficulté est fréquente dans les relations avec les proches, amis, parents, petit copain, avec qui le lien affectif est fort. D'autant plus que celui ou celle à qui vous voudriez dire non risque d'utiliser ce lien pour vous faire craquer :"Quoi ! Tu ne vas pas me faire ça à moi !", "Si tu m'aimais, tu ferais ça pour moi...", "Tu ne veux pas me faire plaisir ?", etc.

A terme, on peut vous soumettre à un véritable chantage affectif : vous perdez votre liberté, et la relation devient pesante. S'il s'agit d'une relation amoureuse, il y a urgence à réagir : si vous vous soumettez à ce que l'autre désire sans oser lui dire non, vous ne construisez pas une relation équilibrée. Et vous risquez d'accumuler tristesse, rancoeur, et de perdre l'estime de vous-même.

Face à la pression d'un groupe

Savoir dire non
Il peut être difficile aussi de résister à la pression d'un groupe. "Tout le monde le fait, alors moi aussi." "Je n'avais pas tellement envie, mais j'y suis allée." En soirée, lors d'une fête, d'une journée entre amis, plusieurs éléments peuvent s'additionner :

- Le manque d'autonomie matérielle : on voudrait partir, mais on ne peut pas. On n'est pas véhiculé, ou bien on dépend d'autres personnes avec lesquelles on est venu. On n'est pas maître des événements, des choix faits par les autres, du style de la soirée, etc.

- La peur du regard des autres : dire non, c'est se distinguer, et peut-être se faire juger, avoir l'air ceci ou cela... Cette peur peut vous empêcher de dire non et faire de vous un mouton prêt à n'importe quoi. Clara a été victime d'un bizutage dont elle garde toujours de mauvais souvenirs. Johann s'est laissé entraîner dans une soirée où des paris et des défis idiots ont été lancés : il s'est retrouvé au commissariat après une dangereuse course poursuite en voiture. certains peuvent ainsi être amenés à être violents, ou perdre le contrôle d'eux-mêmes (ivresse, addiction)...

- Ses propres tentations et faiblesses : Si j'ai arrêté de fumer depuis deux mois et que tout le monde fume lors d'une soirée, j'aurais bien du mal à na pas recommencer... On ne sait pas toujours très bien si l'on veut dire oui ou non. Manque de motivation ? de réflexion ?

Décider de dire non

La première attitude pour être plus for(e) et plus sûr(e) de vous est en effet de prendre le temps de réfléchir avant d'être "au pied du mur"  : est-ce que je veux faire cela ou pas ? Est-ce que c'est bon pour moi ou pas ? Est-ce que j'ai décidé d'arrêter de sortir avec Julie ou pas ? Est-ce que je suis prête à avoir des rapports sexuels avec telle personne ou pas ? Ai-je décidé d'arrêter le cannabis ou pas ? etc.

On peut aussi apprendre à ne pas se laisser influencer en formant son esprit critique face aux médias, aux réseaux sociaux, aux rumeurs...

Souvent, il est utile de pouvoir parler de ces sujets avec quelqu'un en qui l'on a confiance, et qui n'exercera pas de pression, pour y voir clair : médecin traitant, frère ou soeur ainés, ami de confiance, psychologue, etc. Cela permet d'exprimer ses émotions et ses difficultés sans se sentir jugé.

Parfois des conseils plus spécialisés seront utiles, en particulier si l'on a subi des violences. Ensuite, il faut décider de refuser telle ou telle situation et savoir à quoi l'on veut dire non. Il ne reste plus qu'à passer à l'acte : oser dire non et s'y tenir.

Stratégies pour dire non

Savoir dire non
- Avec des personnes que vous connaissez peu ou pas, il est conseillé de dire son refus ou sa décision de façon nette, avec une certaine détermination dans le ton de sa voix : "Non, merci, mais je ne suis pas libre", "Je vais m'en aller".

- Evitez de vous justifier ou d'émettre des regrets : "cela m'aurait fait très plaisir, mais je ne peux pas car..." Votre ou vos interlocuteurs risquent en effet de se mettre à discuter vos raisons pour vous persuader de changer d'avis : "pas de problème, tu n'as qu'à faire ceci ou cela"...

Le plus dur est souvent en effet de se tenir à son refus. Le mieux est donc de dire non nettement (mais son agressivité), et de s'en aller pour couper court aux discussions qui risquent de vous piéger.

- Si vous êtes dans un groupe, il y a des techniques pour résister à la pression du groupe, et avoir le courage de s'affirmer.

- Avec des personnes très proches que vous connaissez bien - parents, petit copain ou copine, amis - vous pouvez vous expliquer plus longuement sur votre position. Réfléchissez par avance à ce que vous voulez dire et ne repoussez pas indéfiniment le moment de parler. Par exemple évitez d'attendre la veille du départ en vacances pour dire à vos parents que vous ne voulez pas partir avec eux. Dites clairement et entièrement votre refus sans être agressif.

- Si vous avez peur de perdre vos moyens, choisissez un autre moyen que le face à face pour commencer : lettre, mail, coup de fil... Le plus difficile est souvent de résister à la pression affective de votre interlocuteur. Peut-être cherchera-t-il à vous faire changer d'avis, mais peut-être aussi respectera-t-il votre position.

Joker : "je vais réfléchir"

Si vous êtes troublé, intimidé, et ne savez plus très bien si vous avez raison, mieux vaut dire que vous allez réfléchir plutôt que de changer d'avis tout de suite ou de vous fâcher.

Prenez ensuite le temps d'analyser la façon dont vous vous êtes comporté, et sentez vous libre de maintenir votre non si cela vous paraît bon pour vous. Redites ensuite à votre interlocuteur que vous avez bien réfléchi et que vous avez pris votre décision : c'est non !

Si vous apprenez ainsi à dire oui ou non librement à ceux qui vous entourent, vous allez prendre confiance en vous et mieux affirmer votre personnalité.

Mercredi 5 Novembre 2014

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par titine le 21/10/2014 21:01
Bonjour,
moi je sais dire non, seulement ce sont les autres qui ne l'accepte pas. "non merci" non, je prefere rentrer à pied", non merci, je ne veux pas sortir ce soir".
Les personnes insistent jusqu'à plusieurs fois par jour, deviennent agressives et finissent par m'insulter.
Alors il est où le problème ?
"non merci est la forme la plus polie pour faire comprendre un refus. Je n'en vois guère d'autres. Je vous laisse donc deviner dans quel état de stress je peux me trouver au bout d'une journée.
Je rencontre ça surtout au boulot. Je suis forcée à la fin de me facher, et bien entendu, je passe pour une agresseuse alors que l'on m'a suffisement "cherchée". Non, c'est non, point final. je ne vois pas non plus pourquoi je justifierais de quoi que ce soit, surtout à des collègues. Alors si vous avez un remède, je le prends. merci de m'avoir lue.

2.Posté par Jacob Alisson le 13/05/2016 05:57
parfois, ne pas savoir dire crée de la souffrance.

3.Posté par Flachipie le 06/07/2016 18:59
Bonjour
Jai un problème car je ne sais pas comment refuser une invitation à une amie
Car en faite on est un groupe d'amis qui se retrouve pendant les vacances pour dormir chez l'un et chez l'autre mais moi je n'aime pas trop dormir chez mes amies car je ne sais pas mes j'ai peur de m'ennuyer ou que mes parent me manquent ... Et je n'aime pas trop dormir chez les gens mais je n'arrive pas à trouver des excuses pour ne pas y aller ou dire non. Aidez moi car je n'en peux plus je ne m'amuse pas chez les gens.
Merci de me répondre et au revoir

4.Posté par Mousahid le 18/10/2016 22:53
moi je n'y arrive pas.

5.Posté par narimaneachak le 04/11/2016 17:49
Bonsoir à tous moi, je sais pas pourquoi je peux pas dire non pour tout : soit pour faire des choses qui m'intéressent ou pour aider les autre je dis toujours oui d'accord je veux le faire. je sais pas est-ce que j'ai une maladie psychologique ?

6.Posté par Suzanne le 20/11/2016 19:08
Moi je dis non et au lieu d'argumenté je joue le disque rayé soit " Ecoute non je ne peux vraiment pas t'aider" puis je laisse planer le silence et du coup il n'y a pas moyen pour l'interlocuteur de reprendre une argumentation que je n'ai pas communiqué. Et lorsque la personne me dit " Ecoute, j'ai vraiment besoin que tu m'aides je dois partir et il reste ce travail à faire " Je reprends alors * Comme je t'ai dit tout à l'heure je ne peux vraiment pas t'aider". Et ça marche, même si l'autre paraît contrarié, ça lui appartient, je n'ai pas été malhonnête, j'ai exprimé ce que j'avais besoin de dire NON

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions






S'abonner à la newsletter gratuite