Comment réussir un entretien d'embauche collectif ?



Jeunes diplômés, vous êtes de plus en plus soumis à des entretiens d'embauche collectifs. Les entreprises tentent ainsi de gagner du temps pour mieux cerner votre personnalité. Entre jeux de rôles, présentation en public et mises en situation… Nos conseils pour tirer votre épingle du jeu.




Comment réussir un entretien d'embauche collectif ?
Sept candidats à un job de cadre, enfermés dans une salle, guidés par des ordinateurs, soumis à des tests plus inquiétants les uns que les autres, et qui sombrent peu à peu dans un climat de panique et de paranoïa générale... Le synopsis du film "La Méthode", de l'Argentin Marcelo Pineyro, a de quoi décourager quiconque de se rendre un jour à un entretien collectif !

Et pourtant, ces dispositif de recrutement, venus du domaine de l'aéronautique, sont devenus monnaie courante et n'ont pas de quoi vous effrayer outre-mesure.

Les entretiens collectifs permettent simplement aux entreprises d'effectuer un premier tri en peu de temps ou au contraire de départager les derniers candidats pour une embauche. Les recruteurs souhaitent vous voir en action et surtout en interaction au sein d'une équipe.

Des entretiens collectifs dans quels secteurs et pour quels jobs ?

Comme le note le site de Manpower (spécialiste de l'intérim et du recrutement), les entretiens collectifs sont souvent utilisés "pour des postes qui demandent des compétences relationnelles ou de travail en équipe". Et Mila Elhamdi, coach professionnel référencée sur le site internet MySuccess de compléter : "C’est courant dans les secteurs tertiaires où les notions de "force de vente", "leadership", "stratégie" et "management" sont extrêmement présentes.

Ces entretiens sont également fréquents dans le secteur de la banque et de l'assurance mais aussi pour des postes de commerciaux. Des enseignes de restauration rapide - où le travail d'équipe est essentiel - les utilisent également lors de grandes opérations de recrutement pour l'ouverture de nouveaux restaurants.
 
Eloise a été confrontée à ce type d'exercice pour obtenir un job étudiant dans les assurances, Jeanne, pour un emploi dans le conseil et la vente et Elisabeth, pour un poste dans la banque. Si elles ont fini par décrocher le job qu’elles espéraient, toutes ces candidates reconnaissent avoir été parfois déstabilisées et avoir dû faire preuve de ténacité, de détermination mais aussi de diplomatie face aux recruteurs et à leurs concurrents.

Jeux de rôle, tours de table et grands débats !

A quoi devez-vous vous attendre ? Conversations à bâtons rompus sur un thème d’actualité, débat, échange en langue étrangère, jeu de rôles, dessin, mise en situation… Les recruteurs ne manquent pas d'imagination pour voir ce que vous avez dans le ventre !  

"Les candidats peuvent s'attendre à participer à un débat sur une thématique précise avec une équipe pour et une autre contre, indique Mila Elhamdi. Par exemple, pour un recrutement dans une mutuelle, une de mes clientes avait participé à un entretien collectif sur le sujet : "Tante Irma est décédé, vous (le groupe) devez décider qui, parmi vous, héritera de ses biens". 

Si la perspective d’un "ratage" en public peut être encore plus angoissante que celle d’un entretien en face à face, en réalité, ne vous en faites pas une montagne car l’immense majorité des questions restent assez classiques – Triez ces animaux par ordre de préférence, Où vous voyez-vous dans 10 ans ? Qu'emmèneriez-vous sur un île déserte ? – ou en relation avec le secteur que vous visez.

​Témoignage : "Je n'étais pas effacée mais pas autoritaire non plus"

Manon raconte comment lors d'un recrutement pour un emploi dans une grande compagnie aérienne, elle s’est retrouvée dans une pièce avec une dizaine de personnes qu'un groupe de recruteurs observaient derrière une vitre :

"Il était question d'un vol qui avait une défaillance technique. Notre mission était de gérer les passagers, d'assurer la communication durant le vol. Mais au fil du temps, de nouvelles contraintes surgissaient : le vol allait être dévié, la météo était peu clémente… Nous devions intégrer ces nouveaux paramètres, réfléchir à la manière dont nous allions communiquer tout en gardant notre calme !

J'écoutais attentivement et j’essayais de réagir, mais aussi de garder du recul. J'ai bien senti qu'ils cherchaient des personnalités diplomates, pas crédules mais assez zen pour ne pas être un problème en cas de difficulté ! Je trouve que c'est assez sain pour des emplois très en lien avec la sécurité des gens.

Durant tout l'exercice, j’avais conscience qu'il fallait que je me positionne, j'ai certainement sur-joué des choses qui me semblaient logiques et importantes… On ne peut pas rester dans son coin, les bras croisés. Bien sûr, on ne veut pas non plus couper la parole, mais quand même pouvoir en placer une! Ne pas écraser mais ne pas se laisser écraser non plus...

Mon comportement a donc été plutôt diplomate, je n'étais pas effacée mais pas autoritaire non plus, et cela a fonctionné puisque j'ai été prise après ces tests et que nous étions vraiment très peu à être gardés!"

Quant à Elisabeth, dans le secteur bancaire, on lui a demandé de dessiner sa voisine après avoir échangé quelques minutes avec elle afin de mieux connaître son parcours et ses passions. "J’avais comme voisine une jeune doctorante en biologie qui avait, entre autres, parcouru les terres australes pendant trois ans. J’ai mis en avant sa passion pour les voyages en dessinant son visage sous forme d’un globe terrestre ! Je pense que c’était aussi pour voir nos capacités à écouter et à communiquer avec un inconnu."

Et enfin, Jeanne, dans la vente, a dû faire face à un tour de table au cours duquel chacun devait amener une solution à un problème exposé par le recruteur : "Deux clientes s’arrachent le dernier modèle d’un sac, une cliente veut échanger un vêtement en mauvais état…"
 
​S'il faut parler anglais, quel que soit votre niveau, lancez-vous sans trop vous attarder sur le niveau des autres.
 
Et enfin, comme cela a été le cas pour Eloise, il se peut que l’épreuve collective se déroule en anglais ! "J'ai eu de la chance car je suis passée après des gens qui n'avaient pas un niveau terrible, donc ça m'a mise en valeur. Mais si j'étais passée après quelqu'un de bilingue, la comparaison n'aurait pas été flatteuse pour moi, ça aurait pu me déstabiliser. Au final, l'ordre du tour de table joue beaucoup, alors que c'est totalement arbitraire!"

Quel que soit votre niveau de langue, lancez-vous donc sans trop vous attarder sur le niveau des autres, souvenez-vous qu’il vaut parfois mieux dire des choses intéressantes avec une tonalité un peu "frenchy" que des banalités avec un super accent californien !

Que cherchent à savoir les recruteurs ?

L’entretien d’embauche collectif permet à au recruteur d'évaluer votre capacité à travailler en groupe, vos qualités d'écoute, vos compétences orales, votre faculté à convaincre et à transmettre vos idées. "Ils vont essayer de comprendre comment chacun se positionne au sein du groupe : est-ce que la personne coupe la parole ? Est-ce qu’elle fait preuve d’une écoute active ? Quel est son degré de bienveillance ? Ils analysent également la façon dont le candidat amène ses arguments :  parvient-il à convaincre le groupe ? Est-il force de proposition ? Amène-t-il des solutions ? Stagne-t-il dans ses propos ?"

Il est toujours délicat de trouver le positionnement juste. S’affirmer sans écraser les autres candidats, être force de proposition tout en restant ouvert et à l’écoute : l’équation est parfois plus complexe qu’il n’y parait.
 
Très naturellement, certains profils vont se dégager. Et cela parfois dès les premières minutes ! "Spontanément, certains se positionnent en leader, raconte Sabrina. Je me souviens de quelqu’un qui avait incité un autre candidat à déchirer son formulaire car il avait fait une rature. Il était lui-même allé en chercher un autre pour cette personne. Dès les premières secondes, cela semblait déjà assez parlant quant à la personnalité du candidat!"

Sur le site internet de Cadremploi,  Manuelle Malot, directrice carrières à l’Edhec, a identifié plusieurs types de comportements :

- Le gouverneur : C’est celui qui prend spontanément les manettes de l’opération puis tente de déléguer les autres rôles.

- L'expert : Il parle moins, fait preuve d’esprit critique et a tendance à imposer ses arguments.

Le silencieux : Il prend peu ou pas la parole. Difficile de savoir s’il est gêné, se sent incompétent ou se désintéresse simplement de la situation.

Le profiteur : Il profite des contributions des autres pour se remettre au centre, en gros, il reformule et centralise.

Le sage : Il fait appel à son expérience pour apporter sa pierre au débat.
 
Rien ne dit que tel ou tel profil aura de façon générale la préférence du recruteur, gardez toujours en mémoire le poste à pourvoir et les compétences qu'il requiert.

Quelles cartes jouer pour se démarquer?

Comment réussir un entretien d'embauche collectif ?
Le sang froid : Dans certains cas, ce n’est qu’en poussant la porte du lieu de rendez-vous, que vous aurez la surprise de découvrir d’autres candidats. Dans ce cas là, pas de panique ! "Je ne m’attendais pas à cette configuration et je me suis sentie franchement déstabilisée, confie Marine, 24 ans. On se regarde les uns les autres, c'est assez étrange !"
Pas la peine de de sortir votre téléphone pour dissiper le malaise ou de vous mettre à jauger vos concurrents. Prenez quelques instants pour respirer et refaire mentalement le film de votre présentation ou repensez à votre expérience professionnelle la plus significative.
 
La patience : Si l'on vous fait patienter, gardez là encore votre calme, il peut s’agir d'un test complémentaire. "On voit tout de suite les candidats impatients, ceux qui s'énervent, soupirent, s’agacent du retard pris auprès des autres candidats, ajoute Sabrina, qui a participé en tant que recruteur à des entretiens collectifs. C'est assez mal vu, mieux vaut prendre un peu sur soi."
 
La politesse : Quelle que soit la tournure prise par la conversation ou le jeu de rôles, veillez à rester respectueux de tous, maîtrisez-vous et ne faites pas preuve d'agressivité. Il est toujours possible de faire valoir sa vision des choses tout en restant courtois.
 
L’écoute : Une grande partie de l’entretien se joue sur cette qualité ! Cela ne veut pas dire que vous devez rester muet comme une carpe mais qu’il est important d’être à l’écoute et (vraiment) concentré sur ce que racontent les autres. "Beaucoup de mes confrères préconisent un positionnement rapide au sein du groupe (prendre la parole rapidement). Mais je conseillerais plutôt de laisser le groupe débattre pendant 1 à 2 minutes avant de se positionner."
 
La clarté : Il est fort probable que vous ayez à vous présenter devant les autres. Travaillez cet aspect, entrainez-vous avec vos proches ; un parcours bien exposé et efficacement retracé peut vous faire gagner des points. "Comme dans tout entretien, s'exprimer avec des mots pertinents qui ont du sens plaît aux recruteurs. On peut parler de critères de résultats / performance/cohésion / perspectives ".
 
Sortez de votre coquille : Si vous êtes confronté à l’épreuve des questions en groupe, n’hésitez pas à prendre la parole, sans attendre d’être le dernier. "Lorsqu'on lance ‘Qui veut commencer ?’ :  il y en a toujours un qui se lance, regardez comment je fais, relate Sabrina. Je trouve cela bien car les longs blancs ne sont pas toujours très agréables ! Le fait que quelqu’un se lance, on est un peu plus indulgent et ça donne une dynamique. Au contraire, il y en a toujours un qui espère ne pas passer alors que tout le monde va y passer. C’est assez insupportable !"

Donnez votre avis, soyez constructif, un peu critique si nécessaire, sans pour autant dénigrer les propositions des autres.
 
Mais n'en faites pas trop : Rien ne sert cependant d’intervenir à tout bout de champ pour vous faire remarquer ! C’est là toute la difficulté, essayez de vous imposer sans jamais écraser les autres, montrez que vous êtes capables de faire preuve d’initiative tout en restant ouvert et à l’écoute. "Etre proactif dans la discussion est certainement la posture idéale. Avoir une voix audible de tous, sans pour autant "casser les oreilles". Essayer de combiner les arguments des membres du groupe aux siens.

Samedi 18 Mars 2017
Anne-Louise Sautreuil

Jobs et stages | Réussir son CV | Chercher un emploi | Réussir son entretien d'embauche