Réussir ma Vie ...
 


Opticien lunetier : une formation courte pour un métier porteur qui peut mener loin




Le vieillissement de la population et la raréfaction des ophtalmologistes ont étendu l'intervention des opticiens lunetiers. Accessible à bac+2, ce métier multi-facettes bénéficie donc d'excellents débouchés et les possibilités d'évolution se multiplient.




Opticien lunetier : une formation courte pour un métier porteur qui peut mener loin
C'est un métier que vous croyez sans doute connaître mais qui, comme d'autres, n'échappe pas aux idées fausses. Tenez, le premier cliché consiste à prendre l'opticien... pour un vendeur de lunettes. "Alors qu'en réalité, la vente n'est qu'une partie de notre activité !", clament tous les professionnels.

 "C'est un métier très polyvalent et en cela enrichissant", explique Benjamin, 24 ans, responsable d'un magasin Axe Optique à Nantes : il y a le côté commercial important, bien sûr, mais dans ce conseil il y a l'aspect santé et paramédical et l'aspect esthétique. Et puis, le métier comporte aussi une part de geste technique puisque nous devons faire le montage des verres dans l'atelier du magasin et ensuite, assurer tout le suivi administratif du remboursement par les mutuelles." 

Le témoignage de Benjamin, 24 ans, opticien lunetier à Nantes


Quelles qualités faut-il avoir ?

Le côté polyvalent du métier exige des qualités elles aussi très nombreuses : "Il faut notamment être manuel, très rigoureux, avoir des facilités pour les sciences et posséder le sens du commerce et du relationnel", explique une opticienne.

Au quotidien, il faut en en effet savoir tailler et monter les verres, gérer les stocks et les commandes mais aussi conseiller la clientèle sur le plan technique comme esthétique...

Une formation unique : le BTS d'opticien-lunetier

Autre grand atout du métier d'opticien, le parcours de formation est simple et court. Pour pouvoir exercer et donc être recruté par un magasin d'optique, il faut détenir le BTS opticien-lunetier.

Comme les autres BTS, on le prépare en deux ans, dans un lycée professionnel public ou un établissement privé dont plusieurs sont spécialisés dans l'optique. Vous avez le choix puisqu'il y a 62 lieux de formation en France (voir  la page BTS opticien-lunetier de l'ONISEP). 
Vous pouvez aussi préparer ce BTS en apprentissage dans 25 centres de formation d'apprentis (CFA) : vous alternez alors les cours de formation théorique avec une expérience en boutique.

La formation est exigeante car elle comporte  des matières scientifiques très pointues, de l’étude du fonctionnement de l’œil à l'apprentissage du matériel technique. L’aspect commercial n’est pas oublié avec notamment de nombreuses heures de gestion.

Un BTS pour qui ?

- Les bachelier S mais aussi STI2D et STL. L'accès au BTS étant soumis à l'examen de votre dossier, mieux vaut avoir de bons résultats et éventuellement avoir déjà fait un stage de découverte chez un opticien pour démontrer sa motivation.

- Pour les bacheliers non scientifiques ou souhaitant se mettre à niveau, plusieurs écoles privées proposent une année préparatoire à l'entrée en BTS : l'Ecole d'optique et lunetterie de Lille, l'ISO sur ses 5 campus de Paris, Lille, Strasbourg, Rennes et Toulouse, Maestris Optique à Valence, le lycée privé St-Luc La Sagesse à Cambrai, le Pôle des métiers de la santé et des sciences de la vie de Champagne-Ardenne. et Supvision à Caen.

Un bac pro Otique lunetterie

Il existe aussi un bac professionnel Optique lunetterie que l'on peut préparer en trois ans après la 3ème dans un lycée professionnel ou un CFA (en apprentissage). 

Il donne accès à des postes de monteur de verres en atelier ou d'assistant dans les boutiques d'optique. Les très bons dossiers peuvent aussi postuler pour poursuivre en BTS.

Des débouchés portés par le vieillissement des Français et le manque d'ophtalmo

Selon l'Institut supérieur d'optique (ISO), établissement privé préparant au BTS dans plusieurs villes de France, 84% des étudiants diplômés trouveraient un emploi dans les 3 mois suivant l’obtention de leur diplôme.

Les magasins d'optique sont en effet très nombreux dans nos métropoles, même si le premier emploi peut être plus long à trouver dans les petites villes ou les zones rurales. Les apprentis, eux, ont l'avantage d'avoir déjà deux ans d'expérience et peuvent être embauchés dans le lieu où ils ont fait leur apprentissage.

Mais surtout, le marché de l'optique bénéficie du vieillissement de la population et de la raréfection des ophtalmologistes. Résultat : en octobre 2016, un décret a étendu le rôle de l'opticien dans la délivrance des verres correcteurs et des lentilles de contact. Il peut désormais fournir et adapter un "équipement optique" à partir d'une ordonnance durant cinq ans au lieu de trois ans (comme l'y autorisait la loi de puis 2007). Et il peut aussi délivrer un équipement sans ordonnance en cas de perte ou de bris de verres "lorsque l’urgence est constatée et en l'absence de solution médicale adaptée".

Le côté paramédical du métier est donc renforcé, d'autant que de nouvelles spécialisations sont apparues.

D'autres débouchés que le magasin d'optique

Les professionnels de l'optique peuvent aussi trouver d'autres débouchés qu'en magasin :
- Dans l'industrie de la lunetterie et de l'optique. Ils peuvent occuper des postes techniques ou commerciaux chez des fabricants de verres ou de lunettes.

- Certains peuvent s'orienter vers le design et la création de modèles de lunettes

- D'autres peuvent devenir enseignants et formateurs.

Poursuite d'étude : de plus en plus d'évolutions possibles

On peut aussi poursuivre ses études, notamment en faisant une licence professionnelle, formation d'un an après le BTS qui permet d'acquérir une spécialisation supplémentaire en contactologie (verres de contact), optométrie (mesure et correction de la vision), ou basse vision...

De plus en plus de boutiques d'optique offrent en effet un accueil spécifique à certains clients... et l'innovation devrait s'accentuer dans la "santé visuelle" notamment grâce au digital : déjà, des concept stores permettent au client de faire des expériences digitalisées, on travaille sur des lentilles pouvant prendre les empreintes biométriques, des lunettes intégrant la réalité augmentée en attendant... l'oeil artificiel pour les malvoyants.

Des écoles privées comme l'ISO proposent aussi des bachelors, autres diplômes de niveau bac+3 (mais non reconnus par l'Etat contrairement à une licence professionnelle). Les bachelors permettent de se spécialiser dans le management, ou le design et la création de lunettes comme le bachelor lunetier créateur dispensé par l'nstitut supérieur d'optique (ISO).

Les plus entreprenants peuvent même ouvrir ou reprendre leur propre boutique, ce qui exige des qualités de gestionnaire et même de manager pour animer et faire tourner son équipe... à moins qu'ils ne créent leur propre concept de vente en ligne ou leur startup.

Décidément, les métiers de la vision offrent de beaux horizons qui permettent de voir grand...




Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par Vincent le 13/09/2017 14:02
Le BTS oui mais en alternance très compliqué, et très coûteux pour la formation initial car la majorité des écoles sont privées ou semi.

Oui on trouve facilement du travail mais a quel prix? aujourd'hui les salaires sont a peine plus élevé que le SMIC.

Le coté paramédical est intéressant mais laisse place aujourd'hui à la gestion mutuelle et du tiers payant.

Aussi devant la multiplication des points de ventes, ouvrir sa boutique devient compliqué.
Le métier de designer aussi et ne concerne qu'une infime partie des diplômés.

Le master est vraiment intéressant mais en France nous n'avons pas l'opportunité de l'exercer comme a l'étranger.

Ceci n'est qu'une mise au point, c'est un très beau métier mais en évolution.

2.Posté par Sam le 04/10/2017 12:34
Comme l'a dit Vincent, le métier aujourd'hui vous assure un travail mais a peine plus élevé qu'un SMIC.

Les magasins ferment les uns derrières les autres. Ouvrir sa boutique aujourd'hui est plus que risqué.

Les mutuelles ont la mains mise sur beaucoup de magasin ou aujourd'hui il s'agit plus de gestion de tiers-payant mutuelle que de véritable recherche de qualité.

Beau métier mais en grand changement.

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?










S'abonner à la newsletter gratuite










Guides à télécharger




Un blog sur les débouchés

Commerce du vélo : Decathlon recrute en alternance

Decathlon offre 50 postes d'alternants à la rentrée 2017 pour travailler dans ses magasins et...