Les métiers de la banque de détail ne connaissent pas la crise



La crise financière n'a pas tari les débouchés de la banque de détail qui offre toujours des milliers de postes chaque année aux jeunes diplômés. Mais le niveau de recrutement s'élève : il faut désormais au moins un bac+2 pour démarrer et surtout pour évoluer vers d'intéressantes fonctions de cadres.




Les métiers de la banque de détail ne connaissent pas la crise
Reconnaissons que les faillites fracassantes de "monuments" américains du type Lehman Brothers en 2008, suivies par la rocambolesque affaire Kerviel puis la crise de la dette en Europe ont  fait de l'ombre au secteur bancaire.

Pourtant si les débouchés des banques d'investissement ont été sévèrement touchés, celles-ci n'emploient en France que 15% des effectifs. Les banques de détail, elles, accueillent le gros des "troupes" et continuent à recruter près de 30 000 personnes par an.

"D'une part la banque de détail se porte bien, mais elle doit remplacer de nombreux départs en retraite car 30% de ses salariés ont plus de 50 ans, explique Sandy Campart, directeur de l'IUP Banque Finance Assurance de l'IAE de Caen. D'autre part les banques cherchent à accroître leur réseau commercial. Regardez le nombre d'agences qui ouvrent dans nos villes !"

Recrutement : viser au moins le bac+2

Les banques françaises recrutent donc en masse, mais leurs besoins évoluent car leurs métiers se technicisent  et exigent davantage de compétences. Conséquences : elles recrutent proportionnellement plus de cadres, et moins de personnel de niveau "employés". De plus en plus de tâches purement administratives ou d'accueil au guichet sont en effet sous-traitées, ou gérées par de nouveaux services informatiques en ligne.

Côté formation, "90% des embauches se font maintenant à niveau supérieur ou égal au bac+2", assure Sandy Campart. Si le BTS banque (ou un autre BTS tertiaire) reste un bon diplôme d'entrée, on peut aussi compléter un bac+2 (par exemple un DUT GEA ou un bac+2 d'éco-gestion)  par une année permettant de décrocher une lience professionnelle, comme celle proposée par exemple par le réseau des IUP Banque Finance.

Ces diplômes de niveau bacs+2/3 donnent principalement accès à des postes de chargés de clientèle particuliers, un métier à dimension commerciale puisqu'il s'agit de conseiller et de vendre des produits financiers aux particuliers comme le montre la vidéo.


Chargé de clientèle entreprises : le master s'impose

Mais si vous voulez être chargé de clientèle entreprises, les banques exigent cette fois un diplôme plus élevé, de niveau master (bac+5) : "Il faut en effet savoir identifier les risques, proposer des solutions de financement adaptées", explique Sandy Compart.
Les chargés de clientèle entreprises ne travaillent pas au sein des agences bancaires mais sont regroupés dans des centre d'affaires.

Ce type de poste peut permettre d'évoluer ensuite vers un poste de responsable d'agence, et demande alors d'avoir des notions de management.

Autre poste de cadre, celui de conseiller de patrimoine, chargés d'aider les clients fortunés à placer et gérer leur avoir et leurs biens. Les débouchés sont toutefois un peu moins larges au moment où cet article est écrit car le conseil en patrimoine n'est pas réservé aux banques : ces conseillers peuvent aussi travailler en libéral, dans un réseau spécialisé, une compagnie d'assurances ou un groupe immobilier. De nombreuses écoles de management ou universités proposent des masters professionnels préparant à ce métier.


Les nouveaux métiers qui montent

Si les commerciaux représentent 1 recrutement sur 2, d'autres métiers, accessibles aussi à bac+5, se sont développés ces dernières années :

- Les métiers du contrôle : les analystes risques étudient la solvabilité des entreprises, les inspecteurs contrôlent la régularité des opérations à la fois en interne et en externe, les déontologues peuvent travailler sur le blanchiment de capitaux, etc.

- Certains métiers support comme par exemple les informaticiens qui gèrent les systèmes d'information, ou les gestionnaires de ressources humaines sont aussi très recherchés.

Privilégier une formation en alternance

A tout niveau en tout cas, les formations en alternance sont utilisées par les banques comme une forme de pré-recrutement : 80% des étudiants qui effectuent leurs études en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation sont recrutés en CDI à la fin.

Et les banques effectuent maintenant 1 recrutement sur 6 par cette voie. Si une carrière dans le secteur vous tente, vous avez donc tout intérêt à choisir une formation en alternance : cela vous permet en effet d'acquérir une première expérience, de tester votre goût pour le métier et souvent de décrocher sans coup férir votre premier emploi. Que rêver de mieux ?

Pour en savoir plus sur les formations

- le réseau IUP Banque Finance Assurance (www.reseauiup-banquefinance.org)   propose des cursus de niveau bac+3 à bac+5 débouchant sur divers masters professionnels dans dix universités (Aix Marseille II, Angers, Bordeaux IV, Lyon II, Caen, Paris Dauphine, Nancy II, Nantes, Paris XIII, Paris Ouest-Nanterre). Un concours unique (à niveau bac+2) permet l'accès à l'un des IUP selon le classement.

- L'IUP banque finance assurance de Caen (accès via le concours commun à niveau bac+2, ou sur dossier à bac+3 ou bac+4) prépare à la licence professionnelle conseiller de gestion de clientèle, et à 4 masters professionnels (expertises des métiers d'agence, chargé d'affaires entreprises et  institutions, gestion d'actifs contrôle des risques et conformité, ingénierie patrimoniale). Formations proposées en alternance.

- Le site des CFA banques vous permet de trouver toutes les formations en apprentissage aux métiers de la banque, du BTS au master

- La Fédération française de la banque (FFB)



Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par stage4u le 30/06/2014 13:01
"les formations en alternance sont utilisées par les banques comme une forme de pré-recrutement : 80% des étudiants qui effectuent leurs études en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation sont recrutés en CDI à la fin. "

Il faut également prendre en compte les stages longs de fin d'études (par exemple pour les master 2), qui permettent aux banques de former leur nouvelle recrue à bas coût au cours des 6 mois avant une embauche en CDI.

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?









S'abonner à la newsletter gratuite










Guides à télécharger





Un blog sur les débouchés

La plasturgie, encore une filière industrielle qui veut attirer les jeunes

Comme d'autres filières industrielles, la plasturgie souffre d'un manque d'attractivité alors que...