Greffier : au service du système judiciaire




Moins en lumière que l'avocat ou le juge, le greffier est pourtant présent à toutes les audiences du tribunal où il assiste les magistrats, dresse les procès-verbaux et rédige les actes. Un métier qui exige organisation et sens du service, vrai débouché après quelques années de droit.



Greffier : au service du système judiciaire
"Au départ je voulais défendre la veuve et l'orphelin et j'ai pensé être avocate, puis magistrat car le service public m'attirait davantage, raconte Violaine. Mais après quatre années de droit où j'ai redoublé deux fois, j'ai vu que je n'aurai pas le niveau pour réussir le concours de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM). J'ai donc passé le concours de greffier des services judiciaires et comme j'ai réussi, j'ai sauté dessus ! Je voulais arrêter mes études, me rendre utile, avoir un vrai métier."

Ainsi, chaque année, plusieurs dizaines de jeunes juristes de niveau bac+2 ou plus entrent à l'Ecole nationale des greffes à Dijon pour 18 mois de formation rémunérée. A la sortie, ces fonctionnaires (de catégorie B) se voient proposer un poste dans une juridiction civile ou pénale : cour d'assises, tribunal pour enfants, tribunal correctionnel, greffe d'un juge d'instruction, conseil des prud'hommes... Il ou elle n'a plus qu'à revêtir sa robe noire de greffier, mais au fait, quel est donc le travail du greffier ?

Madame le greffier : l'exemple d'un tribunal correctionnel


Le greffier assiste à toutes les audiences publiques de sa juridiction dont il assure en quelque sorte le "secrétariat". "C'est le plus passionnant. C’est pour ça que j’ai choisi ce métier, témoigne Jean-Michel sur le site Publidia.fr, greffier au tribunal correctionnel de Dijon. J’aime siéger (en robe, comme les juges), être au cœur de la justice en spectateur privilégié sans avoir les contraintes et les responsabilités morales des juges, même si nous avons une responsabilité énorme : c’est notre signature en bas d’un jugement ou d’un arrêt qui le rend «exécutoire», sinon, il ne peut être appliqué. J’aime aussi la précision et surtout la rapidité de réaction qu'il faut avoir en audience pour prendre des notes."

Organisation, précision et sens du contact

Le travail du greffier ne se limite pourtant pas aux audiences. Avant et après, il assure tout le suivi administratif de la procédure : il prépare les dossiers pour les juges, prévient les différentes parties des dates d'audience... "Il faut avoir du bon sens et être organisé pour ne pas se noyer sous les dossiers, conseille Violaine qui ne cache pas cependant son peu d'enthousiasme pour la "paperasse".

A sa sortie de l'Ecole nationale des greffes, la jeune femme a donc choisi un poste auprès du juge pour enfants au tribunal de grande instance de Bobigny (93) : "Je voulais aller là où ça chauffe, et j'ai été servie. Je voyais passer toute la misère du monde et j'avais aussi l'occasion de côtoyer tous les métiers de la justice : des policiers, des avocats, des juges... C'est cet aspect que j'aime ainsi que les contacts avec les justiciables. A Bobigny, les greffiers gèrent l'accueil des gens qui viennent pour tout et n'importe quoi. Il faut les orienter, trier les affaires, expliquer, car au tribunal, les gens sont perdus..."

En savoir plus sur le greffier des services judiciaires

La robe de greffier
La robe de greffier
  • Accès : sur concours après un bac+2 juridique (L2 de droit, BTS notariat, DUT carrières juridiques). Dans les faits, beaucoup de lauréats ont un bac+3 voire plus.
    A noter la création depuis 2008 par le ministère de la Justice d'une classe préparatoire au concours d'entrée à l'Ecole nationale du greffe (ENG). Gratuite et d'une durée de 8 mois, elle s'adresse aux étudiants motivés et méritants moins favorisés.
  • Salaire 1 480 € net en début de carrière + une prime trimestrielle. 2 450 € en fin de carrière. Le greffier est un fonctionnaire de catégorie B.
     
  • Conditions de travail :
    -Le greffier travaille dans les mêmes locaux que les magistrats, mais son travail est administratif, le juge reste décisionnaire dans les affaires.
    -Les fonctions et l'ambiance sont très variées, d'une juridiction et d'une ville à l'autre. De la gestion des conflits entre salariés et employeurs dans un conseil des prud'hommes, aux affaires familiales (divorces, adoptions, successions) auprès d'un tribunal de grande instance, "Cette diversité permet de changer de poste au cours de sa carrière, c'est un des avantages du métier", explique Violaine qui conseille aussi de faire des stages variés durant la formation.
     
  • Evolution : Après quatre ans d’expérience, le greffier peut devenir greffier en chef (fonctionnaire de catégorie A) par concours interne. Le greffier en chef encadre tout un service de greffe dans un tribunal. Il gère le personnel et est responsable de la gestion financière. On peut aussi devenir greffier en chef sur concours externe avec un niveau bac+3.
    Les greffiers les plus motivés peuvent aussi passer le concours interne de l’École nationale de la magistrature (ENM), tandis que les greffiers en chef peuvent être recrutés en tant que magistrats après plusieurs années d'exercice.

     

21 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?







S'abonner à la newsletter gratuite