Business Developer : il booste la croissance de l'entreprise




Startups, grands groupes, jeunes pousses ou vieilles maisons... De plus en plus d'entreprises cherchent des professionnels qui sauront ouvrir de nouvelles opportunités, conquérir des marchés et les propulser vers le haut. C'est l'ère des business developers !



Business Developer : il booste la croissance de l'entreprise
Autrefois, on aurait parlé d'ingénieur commercial, de directeur de la stratégie, de responsable du développement... Mais l'ère des startups est arrivée, et les success stories de mastodontes comme Facebook, Amazon, ou le groupe de services à la personne O2.

En quelques années, parce que leurs créateurs ont eu une bonne idée, qu'ils ont innové, inventé un service, un modèle économique, un outil technologique, ils ont propulsé une entreprise au sommet. Alors on recherche ces oiseaux rares, ces talents qui savent humer les tendances d'un marché et trouver LA bonne stratégie. On cherche des business developers !

Ce n'est pas pour rien si en 2014, l'école de commerce Novancia a lancé avec le réseau social Viadeo le prix des Business Developers. Il récompense des femmes et des hommes "remarquables par la stratégie de développement qu'ils mettent en oeuvre dans une entreprise ou une organisation".

Un métier de commercial et de stratège

En réalité, il s'agit d'abord d'un métier commercial qui consiste à développer une activité, un département, une entreprise... Les compétences en négociation, vente, marketing sont un préalable... Mais le développeur d'aujourd'hui doit aussi être stratège : bien connaître son marché, ses clients, sentir les tendances. Et enfin, il ne doit pas avoir peur d'innover, de se lancer en terre inconnue et de prendre des risques !

Avec ce profil, le "business developer" a toutes les qualités pour créer son entreprise, comme Augustin Paluel-Marmont, qui explique dans la vidéo ci-dessous comment il a lancé la gamme de produits Michel et Augustin.
.


Business developer dans un groupe, ou en indépendant

Mais on peut aussi être "business developer" dans une grande entreprise, comme Éric Merles des Isles, qui travaille dans le groupe Sodexo : "J'ai la possibilité d'agir comme un entrepreneur au sein du groupe, en proposant et en développant de nouveaux services qui sont des leviers de croissance pour mes unités", explique-t-il.

On peut aussi exercer cette fonction comme consultant en donnant des conseils d'innovation ou de stratégie à des entreprises, à condition d'avoir acquis de l'expérience et fait ses preuves.

Les compétences à avoir, elles, sont variées, comme le montrer l'infographie : négociation, créativité, esprit de conquête et aussi beaucoup de pragmatisme car il ne suffit pas d'avoir l'idée du siècle, encore faut-il qu'elle soit réalisable et finalement rentable !
Source : www.novancia.fr
Source : www.novancia.fr

Où se former ?

Toutes les écoles de commerce ou les formations commerciales peuvent préparer à ce type de fonction qui peut d'ailleurs s'exercer à des postes aux noms variés : responsable de l'innovation, directeur stratégique, chef de zone, chef de gamme, responsable du développement international, etc.

Novancia Business School, qui propose un bachelor et un master s'est fait une spécialité de cette fonction de business developer.

Mais on peut aussi s'orienter vers ce type de poste à partir d'une formation d'ingénieur ou d'informaticien, à condition d'acquérir quelques compétences commerciales... et d'avoir l'âme d'un conquérant.

Des débouchés prometteurs

Dans un climat plus ouvert à l'innovation, aux nouvelles opportunités et aussi plus concurrentiel, les entreprises en France cherchent de plus en plus de business developers. La preuve ? Le réseau social professionnel Viadeo (partenaire du Prix du Business developer) observe que le nombre d'offres d'emploi répertoriées sous ce nom est en augmentation en France depuis plusieurs années. Et qu'il compte parmi ses membres 30 000 professionnels revendiquant la fonction.

Enfin pour ceux qui cherchent à vivre une expérience internationale, une bonne façon de se préparer à ce type de fonction est de démarrer par un volontariat international en entreprise (VIE) : les entreprises françaises utilisent en effet ce dispositif pour confier à de jeunes diplômés la mission de trouver des marchés et de développer leur activité dans un pays où elles n'ont jusque là aucun client. Typiquement un travail de business developer dans un cadre international.

23 Août 2014

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?







S'abonner à la newsletter gratuite