chausson et potiron
Vol au-dessus d'un nid de loulous ...

Milène Rapp

Quand votre mari , vous écoute , cela donne ça !

 
Vol au dessus d'un nid de loulous
 
A quatre mille mètres au-dessus de la mer, les pieds dans le vide, accrochée par deux ou trois sangles  à mon ange gardien sorti tout droit de l'escadron du colonel Walter E. Kurtz, ce n'est plus le moment de se poser de questions. Le matériel a t-il été bien vérifié, au fait ? Quelles sont les statistiques des accidents dans ce club ? Combien le milouf de service a t-il de sauts à son actif ? Que me suis-je laissée emportée dans ce coucou ? Le besoin de savoir si le bon Dieu m'aime vraiment ? Plus jamais de toison. Jamais.
Les quelques années de langes et d'allaitement sagement données à la vie au fond de ma vieille tarnaise devaient laisser la place à une aventure , une vraie, ... - Mon chéri l'avait bien compris en faisant sauter son petit Playmobil en parachute de son cadeau surprise. Trente cinq ans ça se fête ! - Le vent m'arrache donc les quelques cheveux que les grossesses m'ont épargné, le bruit de l'avion m'empêche de réfléchir, de voir s'il y encore une issue de secours. La seule est devant moi. Impossible de me tapir au fond de l'avion. De profiter encore de cette vue magnifique, la mer à perte de vue, la campagne derrière, les Pyrénées à gauche, L'île de Noirmoutier à droite, ou l'inverse ; à cette altitude, avec le trouillomètre à zéro, je ne suis plus latéralisée. J'ai deux ans et je suis sur la table de la cuisine attendant sagement que quelqu'un me fasse descendre de mon perchoir. Ce n'est pas les bras virils et chaleureux de papa qui viennent me cueillir mais bien l'élan d'un gars pressé de remonter pour arrondir sa solde qui me projette dans un tambour infini en mode essorage. Plus de Nord, plus de Sud, plus de temps, plus de rien, que le bruit du vend assourdissant et le soleil joue au stroboscope... jusqu'à la stabilisation. Ah! Ça sert à ça, les lunettes transparentes ! Bien vu, et ... belle vue! Profitant des deux minutes de chute libres vendues dans la pochette cadeau - Là, je dois dire, la loi de la gravité a du bon et c'est trop court . Se laisser fraîchement attirer par la terre comme on aimerait se laisser attirer par l'Amour dans une oraison.
Mais déjà le signal de mon protecteur m'indique que c'est l'heure d'ouvrir la voile. Et Paf! le silence me laisse deux secondes entrevoir le bonheur du rapace et du colibri , pour m'enlever aussitôt ce bonheur réjouissant. Je comprendrai plus tard, que l'heure tourne et qu'il y a du monde dans la queue du manège. Et quel manège! Et j'ai payé en cinq minutes de descente tous les engins sensationnels que j'avais boudés depuis quinze ans, pour me faire emporter comme ce petit bonhomme en plastique malencontreusement tombé là, par une chasse d'eau géante. En bas, une petite voix s'écrie.
- Maman elle tourne! Maman elle tourne!
 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :