chausson et potiron
 
devenir maman...

Dans deux jours , c'est le grand jour ! Votre progéniture va enfin endosser son premier cartable et faire ses débuts à l'école. Pour certains, cela coule de sources, pour d'autres, c'est un sujet d'angoisse pour l'enfant et parfois même pour les parents. Comment vivre cette étape paisiblement?


Sa rentrée en maternelle (J - 1)
Le préparer sans idéaliser; ni dramatiser.

Préparer l'enfant en en parlant un peu avant la veille de la rentrée est bien sûr nécessaire, mais en parler six mois avant, quitte à en faire parfois même un moyen de pression pour forcer la propreté n'est pas la solution. C'est souvent peu efficace et suscite l'angoisse de l'enfant sur deux points qui peuvent être des étapes naturellement anxiogènes pour lui. Vous avez ainsi toutes les chances de provoquer chez lui un blocage.
Comment aborder la chose? Noyer le poisson de la séparation par des illusions du type : "Tu verras c'est génial!" risque d'entamer un peu la confiance qu'il porte en votre jugement. Très vite, il va quand même avoir à gérer seul certaines épreuves (plus ou moins difficile selon les enfants) : la solitude face au groupe, trouver sa place tout en respectant les règles de la collectivité, acquérir de l'autonomie, partager l'attention des adultes avec les autres, autant de petits pas, qui, nous l'avons parfois oublié, demandent de grands efforts bien plus importants que celui du travail demandé. Celui constitue encore un jeu et même souvent un lieu de reconnaissance et de valorisation pour l'enfant.

Sa rentrée en maternelle (J - 1)
Première séparation : Gérez votre propre stress

Les enfants vivant en fratrie, ou ayant été gardés avec d'autres (nounou ou crèche) sont la plupart du temps naturellement préparés. Pour les autres, cela peut se passer très bien si les parents ont dans un premier temps observé que leur propre attitude est déterminante lors de cette nouvelle séparation.
Suis-je libre , c'est-à-dire, est-ce que je culpabilise?
Est-ce que cela me fait revivre ma propre difficulté ?Est-ce que je suis tentée de transposer ma propre histoire?
Est-ce moi qui aie du mal à le quitter?
Est-ce que je fais confiance à l'enseignant?
Est-ce que je fais confiance à mon enfant sur sa capacité à vivre ses propres étapes (sans moi à coté)?
Si vous avez fait le tours avec sincérité, et que vous pensez pouvoir gérer honnêtement ces situation, il n'y a pas trop de raison que ça se passe mal, si toutefois l'enfant, lui, est prêt.
Les parents qui restent jusque 9h30 dans la classe à faire traîner les au revoirs ne facilitent ni le travail de séparation de l'enfant, ni le travail de l'enseignant... sachez que les doudous ("objets transitionnels") sont faits pour cela et sont largement tolérés les premières semaines. (même parfois les tétines, ce qui à mon avis est nettement plus discutable.)

Sa rentrée en maternelle (J - 1)
Les petits soucis de propreté : donner vous des objectifs

Un autre objet de stress... il ou elle n'est pas tout à fait propre... voir pas du tout...
En fait je fais cette année ma quatrième rentrée en petite section et je dois dire que cette question est plus ou moins facile en fonction des enseignants. Je ne sais pour quelles raisons, on a parfois l'impression que la tolérance et fonction du besoin ou non de remplir les écoles, mais il y aussi le tempérament plus ou moins maternant de la maîtresse ou du maître et des moyens d'assistance dont elle dispose pour gérer les accidents et les aller-retours au WC...
Si l'enseignant est cool, mais reste exigent sur les progrès attendus , c'est très vite réglé.
Il peut être bon de se fixer des objectifs, c'est-à-dire une date... en passant un contrat avec l'enfant , a telle date, plus de couche à la sieste, ...
La technique du petit train adoptée par beaucoup de classe est parfois efficace : la classe se rend aux wc tous ensemble à heures fixes (très souvent au début...) Mais certains enfants pudiques peuvent être gênés.
Restez en contact avec le professeur pour savoir comment cela avance mais pas tous les jours, si l'enfant sent que cela devient obsessionnel pour vous ou pour son maître il risque de mal le vivre, de se sentir honteux ou au contraire d'en jouer comme d'un moyen de pression (comme les enfants qui refusent de manger ...)
D'ailleurs s'il mange à la cantine, ne vous faites pas non plus de fixation sur ce qu'il mange et sur le fait qu'il dorme ou pas , il faut quelques semaines pour que tout se mette en place naturellement.
En revanche, si l'enfant ne peut pas dormir à l'école et s'il manque de sommeil, il est peut-être bon de se poser la question du bon rythme pour lui et d'adopter la demi-journée. Notez que l'après-midi est occupée par la sieste la récréation et le goûter...

Sa rentrée en maternelle (J - 1)
Si l'adaptation et trop difficile, insister ou renoncer ?

Bien souvent la question de l'intégration par un enfant de l'école maternelle est aussi conditionné par des questions d'ordre organisationel et matériel. Ceci étant, il serait idéalement bon de bien s'interroger sur la necessité ou non de proposer l'école trop précocément. Certains enfants veulent suivre leurs aînés et sont trés demandeurs, d'autres ont besoin de profiter plus longtemps d'un entourrage plus maternant, que ce soit un parent, la nounou, ou même la crèche mais il n'est pas toujours facile pour les parents deposer ce choix : soit que les crèches soient pleines, soit que les classes n'aient pas assez de place, soit que le coût de l'un ou de l'autre soit décisif. Je reste scéptique sur l'opportunité de faire vivre à un enfant de 2 ans et demi des journées complètes (avec de longues récréations, parfois dehors l'hiver, ou au soleil l'été... ) surtout si ces journées sont enrobées de garderie...
Si le choix est possible, et que l'enfant a du mal à s'adapter à ce nouvel environnement et à ce nouveau ryhme, que faire insister ou renoncer ? Nous avons du faire ce choix une fois , nous nous sommes donnés une échéance en accord avec la maîtresse, et un de nos enfants est revenu à la maison dés la toussaint. Il avait besoin d'un an de plus pour ce préparer. Pour que ceci ne consitue pas un premier echec scolaire il faut avoir la finesse de lui présenter comme une opprotunité (de vivre autrechose, de se préparer...) , et éviter de revenir trop souvent sur le sujet en sa présence. En discuttant , nous parents il peut nous arriver de manquer de délicatesse , et de discrétion envers nos enfants.


Sa rentrée en maternelle (J - 1)
Apprécions ce que nous avons !

Je voudrais enfin terminer sur le fait que le système français offre cependant une grande chance aux familles. Les trois classes de maternelles constituent à la foi un terrain d'éveil et un sas confortable pour entrer en douceur dans l'école. En outre, c'est sans doute une trés bonne préparation pour démarrer sur les apprentissages fondamentaux du CP. N'oublions pas que dans beaucoup de pays européens les enfants ne sont scolarisés qu'à partir de 6 ans!


Rédigé par Milène Rapp le Mardi 31 Août 2010 à 17:22



Profil
Milène Rapp
Milène Rapp
Je partage à qui veut bien, astuces, outils d'organisation, bons plans dressing, sorties, éveil, littérature jeunesse, infos, billets d'humeur ...
Devenir maman c'est peut-être naturel, mais ensemble, c'est plus facile !



Recherche

Vie perso - vie pro des 16-25 ans





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile


referencement gratuit - bonbons enfants - rencontre - créer une sci