chausson et potiron
 
devenir maman...

Aujourd’hui, en France vous pouvez accoucher comme vous êtes, c'est l'accouchement à la carte … bio, aquatique, zen, sécurisée, ou encore à l’ancienne… toutes les options sont possibles…


Maternité, à la maison ou à l'hopital ?
L’accouchement en maternité

Les contractions se rapprochent, elle sont fortes, régulières, et rapprochées, allez on se décide on prend la valise, et on confie les enfants à la voisine… arrivée en fanfare , ou discrètement selon les tempéraments, petite visite de la sage-femme, qui vous ceinture au monitoring (l’appareil qui surveille, le cœur du bébé et la fréquence et l’intensité des contractions).
Dés votre arrivée aux urgences obstétriques, on vous a accueilli et vous avez été prise en charge, plus ou chouchoutée selon l’affluence, l’équipe, les lieux, le bol que vous avez ou tout simplement grâce aux soins que vous avez pris de collecter toutes les infos possibles sur les différents établissements de la région. A la sortie de l’école toutes les mamans vous avez déjà conseillé de vous faire suivre par madame Dupont et de faire la préparation avec madame Durant que vous ne connaissiez pas jusque là mais qui se trouve être la personne la plus populaire de toute la ville , vu que toutes les femmes du département on assisté à sa préparation relaxo-sophro-zeno … (si vous voulez être quelqu'un de connu nul besoin de passer à la star ac’, faites sage-femme, vous êtes sûre qu’on vous reconnaîtra au moins chez vous !) Si vous avez de la chance c’est le médecin ou la sage-femme qui vous a suivi qui est de garde, si vous êtes ami, il ou elle fera l’effort de se déranger pour « vous » accoucher, parce que c’est vous … si non , ce n’est pas bien grave, bébé sortira bien de toute façon…

Le moment venu, on vous fait passer en salle de travail, et là c’est vrai qu’on vous avait prévenu, il fait frais, heureusement que vous aviez vu cet article sur un blog , vous avez tout prévu, un petit châle , mais avec les contractions qui se rapprochent vous avez déjà oublié ce petit frisson que vous aviez senti en rentrant… maintenant il va falloir que ça avance, parce que ce n’est pas tout mais y a pas grand chose à faire ici, déjà une heure, et je suis qu’à 3 cm… Jules tourne en rond, et les enfants qui sont certainement en train de refaire la déco des voisins, … trois heures, on est à 5 cm… péri ou pas ? « bon maintenant ma p’tite dam’ il va falloir vous décider parce qu’après ce sera trop tard… », - vous jonglez mais z’êtes cap’ ! 10 minutes plus tard… « vous pouvez appeler l’anesthésiste ? « ah non c’est trop tard vous êtes à 8 cm , allez vous pouvez y arriver vous avez fait le plus dur ! » - bon. (en fait ce n’était pas le plus dur !) mais bon, i’ faut qu’ça passe … bébé a fini par sortir, mais ça a été chaud, les battements ralentissaient, bébé fatiguait on a du l’aider, il était un peu bleu mais ça a été … On vous fait les points d’usage, maintenant ça caille vraiment, mais bébé tout contre vous vous réchauffe, et vous vous dites que vous avez bien fait de venir ici, parce que on ne sait jamais…

On vous accompagne à votre chambre. La télé ? non merci… , vous avez de la musique, et bien assez à faire à dormir et admirer la petite merveille. Vous pensiez dormir mais c’était sans compter sur les soins pour vous, pour bébé, les prises de température, le bain, les tests, les visites pour être surs que vous avez bien noté l’heure de la dernière tétée, la tension, les repas, le ménage, … Il est quinze heures et tout est enfin calme, … mais là, c’est l’heure des visites qui commence et il se trouve que votre voisine est elle aussi quelqu’un de très populaire (elle est peut-être sage-femme…), des enfants cavalent dans les couloirs, tandis que les vôtres sont priés de chuchoter et de ne pas grimper au rideau ! au bout d’un quart d’heure vous vous décidez à les accompagner à la librairie. 17h30, une tétée avant le dîner qui arrive et jusqu’à 22h, la température, la tisane, la tension, bébé qui pleure, et vous êtes toute seule … 36 heures après la naissance , vous avez dormi 3h20, et cette nuit bébé ne veut que les bras, vous le gardez sur vous mais vous avez peur de l’écraser en vous endormant, et le personnel a trop de travail pour vous le prendre à la nurserie… vous vous jurez que la prochaine fois vous choisirez l’option HAD…

(cf. article sur Parents&infobébés)
(cf. article sur Parents&infobébés)
L’Hospitalisation à domicile (ou "HAD")

Ici s’arrête la folle aventure hospitalière, 48 h après la naissance on vous permet de rentrer chez vous, retrouver la douceur de votre foyer. Si c’est votre premier, vous êtes au comble de la joie. Jules a pris des jours pour rester prés de vous, il est au petit soin, et la visite quotidienne de la sage femme ne vous prend pas tant de temps que cela. Vous n’êtes pas obligé de manger les pâtes froides de l’hosto, celle de Jules sont trop cuites aussi mais préparées avec tant d’amour ! Et au moins il les accompagne de cette petite roquette si rafraîchissante, vous apporte de l’eau à chaque tétée et vous pouvez revoir la dernière saison de votre série préférée en toute tranquilité !

Pour celles que cela tente sachez que la plupart des hôpitaux proposent désormais ce service.
Une sage femme vous rend visite quotidiennement, vous ausculte vous et bébé, vous aide pour les premiers soins à lui donner. Elle est joignable 24 h/24 , 7j/7 et vous mettre en relation si nécessaire avec des professionnels du secteur sanitaire et psycho-social.

Concrètement, il vous faudra réserver au prés du bureau des sage-femmes de votre hôpital quelques semaine à l’avance, renseignez-vous assez vite ! Vous accouchez en milieu hospitalier et recevez les soins chez vous. La formule a du bon, mais oragnisez-vous pour être vraiment au repos en arrivant parce que ...

Votre copine Betty qui a quatre aînés, elle, regrette de ne pas être restée plus longtemps à l’hôpital. A peine sur pieds, elle avait du mal retrouver un foyer plein d’agitation, elle vous confie que c’est très dur de voir tout se bazar et de ne pas pouvoir y mettre de l’ordre. Les premières tétées qui font mal, les petits tracas des suites de couches et la fatigue de l’accouchement l’épuisent nerveusement, elle n’a qu’une envie, s’isoler avec petit bout , mais l’avant dernier ne la quitte pas d’une semelle et Bernard n’a pas pu prendre de congés prolongés.

L’accouchement au coin du feu

Et puis il y a les pures et dures !
Vous imaginiez déjà la pierre gravée, « dans cette maison naquit Martin Dupont junior ». Oui quel joie d’accueillir bébé chez lui. Tout est prêt, l’eau chaude , les linge propres, et c… Dés que ça commence vous n’avez plus qu’à appeler la sage-femme et elle débarque, « tout équipée ».
Pour votre cousine Marthe, ce n’est pas pareil, elle a pas eu le choix, elle a du accoucher dans les toilettes, la sophro avait trop bien marché. Son mari lui avait dit : « Chéri on déménage, dans quinze jours, tu crois pas qu’en bossant un peu , avec la sophro tu pourrais avancer un peu la chose,… » et Hop y avait qu’à demander… sur le coup, ça les avait bien fait rire, mais quand les pompiers sont arrivés , ils ne savaient pas trop quoi faire… ils n’ont pas voulu couper le cordon sur place, et la ptite jeune qui voulais absolument lui mettre un pyjama tout de suite ! Tout le monde paniquait… depuis , son mari s’est formé à l’accouchement !
Et cette copine hollandaise, limite babos, : « Mon premier c’était top, je voulais absolument passer ce morceau de musique le moment venu, comme la ptite n’arrivait pas , on a mis le CD en boucle toute la nuit, quel souvenir ! »
Et oui accoucher chez soi c’est possible, et de façon sécurisée paraît-il.

On ne peut pas nier le confort affectif que procure une naissance chez soi, mais je peux dire que pour quatre de mes cinq accouchements ; j’étais heureuse d’être en milieu sécurisé et équipé. Bien sur il y a toujours la possibilité de transfert, mais ajouter cela au début de vie, déjà traumatisant en sois, peut faire basculer le rêve de cocon en un voyage cauchemardesque.



Maternité, à la maison ou à l'hopital ?
L’accouchement « nature »

C’est ce que propose la clinique des eaux claires de Grenoble. Depuis son réaménagement la clinique dispose en effet d’une salle « nature » où les lits et les différents équipements médicaux ont laissé la place à des tapis, ballons, écharpes d’étirement, et où les sage-femmes favorisent le travail à l’aide d’aiguilles d’acupunctures. (Notez que la fameuse Sandrine d’ Enfant Mag n°392 a quand même mis 19 heures pour accoucher avec son ballon, son écharpe et ses aiguilles !)
Les nouvelles maternités et la sensibilisation croissante des sage-femmes et accoucheurs aux méthodes d’accouchement sans douleur se développent et ce genre de projet voit le jour aussi dans le public. Vous pouvez désormais accoucher debout accroupi, sur le côté, en soufflant ou en bloquant… le tout est de bien s'y être préparer. L’apprentissage de la respiration reste ce qu’il y a d’essentiel pour gérer stress, douleur et efficacité…

Rédigé par Milène Rapp le Mardi 2 Novembre 2010 à 10:17

Devenir maman

Commentaires (0)



Profil
Milène Rapp
Milène Rapp
Je partage à qui veut bien, astuces, outils d'organisation, bons plans dressing, sorties, éveil, littérature jeunesse, infos, billets d'humeur ...
Devenir maman c'est peut-être naturel, mais ensemble, c'est plus facile !



Recherche

Vie perso - vie pro des 16-25 ans





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile


referencement gratuit - bonbons enfants - rencontre - créer une sci