chausson et potiron

 
devenir maman...

Rendez vous le dimanche 10 octobre pour la 6e édition de la Fête des Familles !
A vous de créer votre programme !



Préparez votre " Fête des Familles "
Pourquoi célébrer la famille ?

En famille on n'est jamais seul à posséder son univers, à se posséder ! En famille on est toujours là pour quelqu'un ! Michel Dallaire, Extrait de L'oeil interrompu

Biensûr, ce n'est pas toujours simple, la famille, cela ne l'est même jamais ! Regardez, même Tanguy qui trouve en ses parents la famille idéale finit par provoquer une crise familiale !
Nous avons tous des choses à reprocher à nos parents, et nous craignons souvent, nous parents, que nos enfants ne nous aiment pas à la mesure de notre dévouement... Mais rassurons nous tout de suite, les parents parfaits n'exsitent pas et les reproches que nous recevrons nous étonneront toujours !
Si il y a bien quelque chose que nous n'avons pas choisi et donc que, par défintion, nous devons apprendre à accueillir, et parfois à aimer, c'est notre famille !
La famille est vie, mais elle est aussi blessures et pardon! Partant, elle est le premier lieu d'apprentissage de notre liberté!

Préparez votre " Fête des Familles "
Une journée pour la famille, pour toutes les familles, n’est pas de trop.

C’est pour cela que la Fête des Familles invite très largement toutes les familles, afin de faire passer à tous un message positif et plein d’espoir.
La Fête des Familles doit faire sa place à toutes les familles, grandes, petites, nouvelles, anciennes, joyeuses, blessées…
Concrètement, la Fête des Familles est une journée festive, organisée selon l’inspiration et les moyens des associations locales et des volontaires. Il peut s’agir d’une kermesse, d’une marche, d’un repas, d’un grand jeu, d’un concert… C’est surtout l’occasion de se retrouver en famille et entre familles pour partager un moment convivial et pour dire ensemble : « C’est quand même beau d’avoir une famille ! Merci la famille ! »
Il n’est jamais trop tard pour se joindre à la fête ou même pour commencer son organisation

http://www.fetedesfamilles.fr/

Préparez votre " Fête des Familles "
Quelques idées en vrac pour renforcer ou créer vos liens en famille et entre familles:

  • Ouvrir un blog ( sur reussirmavie.net, par exemple...) où chacun puisse donner de ses nouvelles et mettre des photos des enfants, des vancances, des bons moments passés ensembles...
  • Dans le même genre, créer un groupe sur Facebook réservé aux membres de votre famille.
  • Inviter ces cousins qu'on ne connaît pas si bien que cela pour une journée balade, pic nic...
  • Téléphoner à tante Mimi ou à mémé Audette qui sera folle de joie
  • Organiser une "cousinade" des ados pour un wwek-end un peu fun, (stage d'escalade, visite parisienne, etc ...)
  • Décider de pardonner à oncle Georges ses vannes foireuses qui sont toujours un peu blessantes...
  • Décider de demander pardon à notre mari et ou à nos enfants pour notre manque de disponibilité la semaine dernière... et le faire !
  • Offrire un petit cadeau commun à nos enfants uo préparer leur plat préféré (même si ce sont des pâtes...
  • Prendre tout simplement un temps de bonne qualité, paisible et joyeux tous ensemble. (la joie ça se décide aussi...)
  • Invitez vos deux familles les plus voisines à prendre l'apéro pour faire connaissance.
  • Regroupez-vous à plusieurs familles pour proposer un temps festif de village ou de quartier (Rallye, kermesse, grillades, pétanques, tournoi de volley, et c...


Rédigé par Milène Rapp le Jeudi 23 Septembre 2010 à 10:30

8 mars : journée de la femme
Journée idéale pour revenir sur cette question : femme / mère : le conflit …quelles solutions ?


billet d'humeur pour la journée de femme : femme / mère : le conflit …quelles solutions ?
Entre les soutifs à la lanterne des états généraux de la femme et l’écharpe de portage des plus fusionnelles, il y a une majorité d’entre-nous, qui, jonglant entre les couches et la sacoche, accepte sa féminité dans le don de soi à leur compagnon, leurs enfants tout en essayant de trouver comment exercer ses talents au sein de la société avec l’espoir de décrocher cette reconnaissance bien méritée.

Si conflit il existe entre la femme et la mère, c’est peut-être parce que les journées ne font que 24 heures. En effet, si elle le pouvait la femme moderne ferait volontiers la part de l’homme, tout en gardant cette prérogative essentielle de la maternité, dont elle ne saisit pas toujours la portée qu’est celle de transmettre la vie mais aussi d’éduquer (quel pouvoir mesdames !!!…quelle responsabilité aussi ! ).



billet d'humeur pour la journée de femme : femme / mère : le conflit …quelles solutions ?
La femme du 21éme siècle ne serait-elle pas un peu comme Naaman, a qui le prophète Elysée demande un acte tout simple, se vexant de n’avoir pas de grandes choses à accomplir pour obtenir sa grâce ? (Ancien Testament, 2 Rois 5)
Lui demande-t-on d’être une femme publique, efficace, compétente, de braver toutes les situations avec la force, la hargne et le talent digne des plus grands hommes tout en assurant sa disponibilité maternelle, qu’elle se précipite . Mais quand il s’agit de répondre plus simplement à sa nature, ou ( pour ne pas verser dans le naturalisme primaire), de mettre en œuvre toutes les qualités qui font d’elle un être admirable et digne, il lui est alors plus difficile d’y mettre tout son cœur, son talent et son énergie. ( Et moi la première, qui le voit ? )



billet d'humeur pour la journée de femme : femme / mère : le conflit …quelles solutions ?
Au fond, mettre la femme et la mère en conflit c’est inévitablement mettre la femme et l’homme en conflit.
Quelle solution alors ?

Que l’homme capitule face à cette pression insoutenable ?
Qu’il campe sur des inégalités humiliantes notoires (salaires, droit de vote, burqa,…) ?
Ce sont les risques d’un tel combat.

Ou que la femme décide enfin de choisir un chemin d’humilité, non pas de soumission à une oppression masculine, mais d’accepter enfin de devenir ce qu’elle est, un être complémentaire et singulier ? et de faire enfin confiance...
Que l’homme l’encourage dans ce sens en lui prodiguant l’attention, la reconnaissance, et le soutient qui lui est nécessaire ?
Enfin que chacun regarde l’autre avec l’admiration que mérite la richesse qui lui est propre et non avec le mépris gangrenant toutes sortes de combats ainsi posés.



Rédigé par Milène Rapp le Lundi 8 Mars 2010 à 11:20

Dans son essai Elisabeth Badinter reprend l’étendard féministe du combat.
Dés avant sa sortie ( prévue le 12 février ) la polémique ferait déjà rage. Et pour cause elle met le doigt sur une question qui est bel et bien au cœur de la société mais avant tout au cœur de chaque femme : Puis-je être une femme (sous-entendu « libre », sous-entendu « comme un homme ») et une mère ?


Femme et mère, un conflit insoluble?
Un constat.
La crise met en évidence que les femmes souffrent toujours de cette différence de traitement de la part des milieux politiques, économiques et professionnels. La femme doit aujourd’hui faire face à la précarité, au chômage, ou aux longues journées de travail non reconnues ($) à leur juste valeur, tout en gérant cette éternelle question, femme (active) et/ou mère ? Les allemandes auraient fait leur choix en renonçant à la maternité.

Un combat.
A l’antenne de Nicolas Demorand (France Inter), lors de la promo de son livre, Elisabeth Badinter met en évidence deux aspects de son combat :

-la responsabilité d’une part des choix politiques ne permettant pas à la mère de résoudre ce problème (manque de crèches et coût des modes de garde, congés maternité trop court, partage de la parentalité avec les père déséquilibrée, …).

-une idéologie naturaliste qui revendiquerait i[« une sagesse primitive (…) où il faudrait avoir une attitude de soumission face à la nature et où on ferait passer la nature avant la liberté féminine. (…) Cette obsession du respect de la nature [serait] si grand qu’on est prêt à une régression radicale de la vie féminine. »]i

Ainsi, cette idéologie se cristalliserait autour d‘épiphénomènes telles que le retour à l’allaitement , et l’hésitation face à la pilule contraceptive ou au bénéfice de la péridurale... Progrès dont les conséquences néfastes seraient essentiellement politiques. (Les cancers, migraines, maux de dos, brutalité de la séparation mère/enfant , ... n'étant que des arguments idéologiques empêcheurs d'égaliter en rond !)
Et voilà comment depuis des millénaires la femme est victime d’un partage des tâches lié au fait de son obligation de mettre au monde les générations suivantes.

« Dés qu’elle est mère la femme est coupable. » Coupable d'allaiter, ou non selon les époques, coupable de travailler, ou de rester chez elle, car non productive. Il est certain qu’aucune ne sera insensible à ce discours.



Femme et mère, un conflit insoluble?
La solution d’Elisabeth Badinter

Devant le constat que dans l’histoire, tous les combats n’ont trouvé de solution que dans la culpabilisation, Elisabeth Badinter évoque rapidement la culpabilisation des autorités politiques régionales comme mode d’attaque, et finit par s’entendre dire, avec un sourire gêné, au micro de Nicolas Demorand que ce conflit devait trouver son issue par la "seule arme", l’unique moyen de la culpabilisation des pères.

Pour l’anecdote, elle répondait ainsi à une auditrice condamnant la discrimination des femmes à travers une publicité présentant un assouplissant doux …comme une maman ! et souhaitant voir légifèrer à ce sujet … (sans commentaire).



Mais tournons nous un peu vers nos fameux papas , méchants pas beaux !

Nous avons à nos côtés ce fameux bonhomme. Monsieur rentre du boulot, il embrasse toute sa petite famille (et il pique ! ben oui quoi c’est un mec et Soupline n’y peut rien !), après ses - au mieux 8 heures, au pire 14 heures - de travail, où on lui a demandé d’être compétent, autoritaire, efficace, rentable, intelligent, drôle (c’est vendeur !) mais aussi humain, à l’écoute, compréhensif… (y a pas de raison et l’égalité des sexes alors !)
Et alors il va falloir le culpabiliser de ne pas avoir donné le sein, changé les couches, fait la purée, donné le bain, passé l’aspi, appelé la nounou et j’en passe…
Ah ça c’est sûr … ça ne va pas être dur de le culpabiliser ! Vous avez ainsi trouvé le meilleur moyen au mieux d’en faire un misogyne, ou encore un homo, au pire de lui ouvrir grand les portes de la liberté … Et là vous serez fière d’être enfin, une femme et une mère libre !
Seule… mais libre ! Quoi que ...

Merci à Gaëlle une auditrice ayant rappelé que dans le sein et dans la purée de brocolis bio ou non, il y a avait aussi … de l’AMOUR !


Femme et mère, un conflit insoluble?

Suite du débat à venir sur chausson et potiron.
La femme et la mère (2). Un conflit: quelles solutions?

Rédigé par Milène Rapp le Vendredi 12 Février 2010 à 12:26

c'est doux, c'est neuf?


chausson et potiron
Les chaussons confortables, douillets et chauds, ce marient à merveille avec le potiron délectable, velouté et chaud.
Leurs points communs ?
Ils me projettent directement un tas de souvenirs émus du monde de l'enfance, et pourtant...
et pourtant, de l'autres coté...oui de l'autre coté de la barrière, ils projettent immédiatement certaines angoisses, elles beaucoup plus contemporaines...

Mais où t'as (encore) mis tes chaussons?...
Avale ton potage, sinon t'as pas de fromage !!!

Y aura t-il dans ce "cyber sweet home" un lieu pour rabibocher nos souvenirs attendris et les insaisissables petits quotidiens des jeunes mamans parfois découragées?
Essayons un peu, pour voir...


Premier petit truc gratos (c'est les soldes !) :

Si comme moi, malgrés les grimaces paternelles retenues et celles beaucoup plus expressives des gnomes affamés autour de la fameuse tablée du soir, vous aimez servir en ces temps grisâtres , une bonne souplette d'hiver ... (Encore de la soupe !!!) Et que en plus, autour de cette même tablée il y a un petit bout agés de 6 à ...aller disons 30 mois ... Ne vous évertuez pas à forcer Monsieur à finir la dernière louche qui reste au fond de la Seb (comprendre cocotte qui a fait ses preuves )...
Non non ! Gardez-là, vous avez là votre déjeuner de bébé pour le landemain, deux cuillères à soupe de purée mousseline, une noix de beurre ( vous pouvez même rajouter un oeuf) et hop c'est réglè...

C'est ce que nous allons faire... essayer de se simplifier un peu la vie, parfois flippante et bizarre et pourtant tellement naturelle et identique de toutes les jeunes mamans...

Prochain billet, je vous dirai comment préparer une soupe maison en 15 minutes ! (tant que c'est encore la saison, aprés promis je change de sujet...)


Rédigé par Milène Rapp le Vendredi 5 Février 2010 à 15:50
1 2 3 4



Profil
Milène Rapp
Milène Rapp
Je partage à qui veut bien, astuces, outils d'organisation, bons plans dressing, sorties, éveil, littérature jeunesse, infos, billets d'humeur ...
Devenir maman c'est peut-être naturel, mais ensemble, c'est plus facile !



Recherche

Vie perso - vie pro des 16-25 ans





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile


referencement gratuit - bonbons enfants - rencontre - créer une sci