L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Les écoles WebForce3 qui forment en trois mois et demi au métier de développeur web ont l'air de tenir leurs promesses. Le réseau ne cesse de s'étoffer et les anciens élèves trouvent bien un job en entreprise en fin de formation.


WebForce3 : une formation de développeur courte et efficace
Je constatais il y a quelques jours la multiplication des formations pour une reconversion dans l'informatique. J'aimerais la compléter aujourd'hui par la mention du réseau d'écoles WebForce3 qui propose des sessions d’apprentissage intensif au métier de développeur web en... trois mois et demi.

Il est en pleine croissance et vient d'ouvrir une nouvelle école à Paris (qui accueille déjà plusieurs centres). WebForce3 comptera ainsi plus de 25 centres de formation en activité fin 2016. Le réseau se développe même en franchise comme s'il proposait des brioches.

Pourtant la formation n'a été créée qu'en 2014 ! C'est dire qu'elle répond sans doute à un fort besoin, tant du côté des entreprises que des apprenants.


Pour des juniors, des seniors, des demandeurs d'emploi, des professionnels...

Je me souviens avoir interviewé à l'époque son fondateur, l'entrepreneur Alain Assouline, lui-même directeur d'une agence digitale. Confronté chaque jour au manque de techniciens pour développer des sites web, il expliquait avoir voulu créer une formation très pragmatique conduisant directement à l'emploi. "Et en face, disait-il, il y a des quantité d'étudiants décrocheurs qui après leur bac n'ont pas trouvé leur voie. Avec Webforce3, nous avons voulu leur permettre de se rencontrer".

Dès le départ, la formation visait donc les jeunes sans diplôme, sans exclure les demandeurs d'emploi et les adultes en reconversion. Or la surprise a été la grande diversité des "apprenants" qui ont afflué aux portes des écoles WebForce3.


Une courte durée qui séduit

Il y a sans doute eu des "décrocheurs", mais aussi de nombreux jeunes ayant arrêté des études supérieures ou décroché des diplômes sans avoir forcément trouvé de projet derrière. Et puis d'autres jeunes professionnels ayant démarré une carrière dans des secteurs variés mais souhaitant plonger dans le beau bouillonnement de l'économie numérique. Et puis des informaticiens souhaitant acquérir les derniers langages de programmation du web. Et puis des demandeurs d'emploi souhaitant lancer leur entreprise...

La courte durée de la formation joue sans doute aussi en sa faveur. A l'heure où l'on traîne souvent des mois et des années dans les écoles et où le temps de l'insertion professionnelle s'allonge, la promesse des trois mois et demi débouchant sur l'emploi a sans doute de quoi séduire : "A la fin d’une session intense de 3 mois et demi, les élèves maîtrisent un ensemble de  compétences clés qui leur permettent d’occuper immédiatement un poste de développeur web", indique le réseau.


Débouchés : la promesse est tenue

Le fait est que l'on dispose désormais des témoignages et expériences d'un certain nombre "d'étudiants" prouvant la validité du modèle. Certes, comme beaucoup le disent, la formation reste à compléter. Certes, il faut rester en veille technologique constante. Certes, le "développeur web formé en trois mois" n'occupe pas d'emblée un poste de cadre.

Mais il bénéficie d'une porte d'entrée efficace vers un métier pour lequel la demande explose. Et surtout, le réseau ayant été bâti par des entrepreneurs du numérique, il est en prise directe avec les entreprises qui viennent y chercher leurs stagiaires et leurs futurs développeurs. Libre à lui ensuite, selon son background et ses talents, d'évoluer dans ces sociétés en plein boom vers des postes divers.


David, 34 ans : "Je voulais rapidement retrouver un emploi"

Exemple avec le témoignage de David Courtaigne, 34 ans, aujourd’hui développeur Web.

Après une formation en école de commerce, il a débuté sa carrière en Allemagne, puis a passé six ans à Paris chez un éditeur de logiciels où il faisait le lien entre les clients et les développeurs, puis a voulu évoluer lui-même vers le développement. Et il a choisi WebForce3 : "Ce cursus m’a paru être celui qui me correspondrait le mieux. Je recherchais une formation intensive, sur une courte durée. Je voulais rapidement retrouver un emploi."

Entre juin et septembre 2015, David a ainsi acquis une solide connaissance du code : la maîtrise des langages et outils essentiels pour programmer (HTML, CSS, JavaScript, PHP, MySQL…), mais également la capacité à appréhender un besoin client et à évaluer différentes options, à faire les bons choix de développement. De par ces connaissances théoriques et pratiques, le temps et le contenu de la formation sont bien calibrés. Je pense qu’en trois mois, nous pouvons acquérir des compétences qui permettent d’accéder à un emploi. Ce sont de très bonnes bases. Il est cependant indispensable de s’investir pleinement dans la formation. Sans un travail personnel soutenu et rigoureux, on risque de passer à côté, de ne pas atteindre ses objectifs. C’est d’ailleurs un élément sur lequel les formateurs et la direction de l’école insistent tout au long de la formation", ajoute David.


Les entreprises recrutent à la sortie

A la fin de sa formation, David a envoyé son CV à l’école Webforce3 de Paris 4ème. Dès le début décembre 2015, il entre en contact grâce à elle avec la société Atypic, qui propose des solutions digitales aux entreprises. Début janvier 2016, il signe son CDI.

Notez que l'entreprise Atypic, malgré son nom (!), est bien typique du dynamisme des entreprises du numérique : après avoir engagé un premier candidat issu de la formation WebForce3 mi 2015,  elle fait aujourd’hui appel au réseau pour le recrutement de ses nouveaux développeurs. Elle compte aujourd’hui 10 collaborateurs, dont 3 recrutés durant les six derniers mois.


WebForce3 recrute aussi des formateurs

Le réseau de formation WebForce3 s'est développé à telle allure (il vient de lever 1,2 million d'euros), qu'il est lui-même créateur d'emplois... de formateurs. Le réseau recourt en effet principalement à des développeurs professionnels pouvant intervenir en freelance.

"Nous allons créer une centaine d'emplois directs : nous recrutons sans cesse de nouveaux formateurs expérimentés, et nous recherchons des entrepreneurs ayant une bonne connaissance du tissu local, prêts à assurer la direction de nos écoles dans chaque région où nous nous installons", vient de déclarer Alain Assouline.


Vidéo : d'autres témoignages de personnes ayant fait WebForce3

Pour en savoir plus :

 www.wf3.fr

Rédigé le Vendredi 13 Mai 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda