L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Le développement de réseaux électriques intelligents ou "smart grids" ouvre une nouvelle filière au carrefour de l'énergie et de l'IT. Elle va mobiliser nombre d'ingénieurs et de techniciens mais aussi de marketers et de business developers.


Smart grids : une nouvelle filière industrielle, des emplois à forte valeur ajoutée
Grand événement recrutement à destination des jeunes diplômés, le Challenge des Grandes écoles, le samedi 6 juin, consacrait une conférence aux "smart grids". Un signe que les futurs réseaux intelligents vont avoir besoin de nouvelles compétences.

Pour l'heure, les trois conférenciers issus d'EDF, d'Atos et d'ERDF ont surtout expliqué à l'assistance ce que sont ces smart grids : ces réseaux électriques "intelligents" seront équipés de capteurs électroniques qui permettront de suivre en temps réel de façon très précise l'état de la consommation d'énergie à un point du réseau.

L'objectif est bien sûr de réduire la consommation d'énergie en associant plus finement la production aux besoins. Mais il y a aussi d'autres challenges...


Intégrer les flux intermittents des énergies renouvelables

Les énergies renouvelables, par exemple, produisent de l'énergie de façon très dispersée sur le territoire, et de façon intermittente (l'éolien dépend du vent, et le photovoltaÏque du soleil). Or il faut intégrer cette nouvelle source de production au réseau principal.

Quant à la consommation, elle ne va aller qu'en augmentant dans un monde de plus en plus connecté et avec l'arrivée des voitures électriques, qui vont venir recharger leurs batteries un peu partout.

D'où l'intérêt pour les producteurs d'énergie et les gestionnaires de réseaux de suivre très finement les flux d'entrée et de sortie d'électricité grâce à des logiciels de plus en plus perfectionnés.


37 millions de compteurs "Linky" à installer d'ici 2020

Une partie de cette "révolution" va d'ailleurs se faire chez le consommateur final : les vieux compteurs électriques doivent être remplacés par des "compteurs intelligents" qui suivront de façon très fine la consommation de chaque foyer.
"Le compteur récoltera énormément de données sur la consommation électrique de chaque ménage et cela permettra de proposer aux clients de nouveaux services conseil", explique Alexis Phélizon, chef de projet smart grid chez ERDF. On décrit de façon enthousiaste un "consommateur qui deviendra acteur et pourra interagir avec le réseau".

Concrètement, ERDF a commencé à installer ces nouveaux compteurs baptisés "Linky" dans des régions tests. Il est prévu d'en installer 37 millions en France d'ici 2020.

Et la problématique est la même pour l'eau ou le gaz, comme on le voit sur cette vidéo réalisée par GDF pour présenter les smart grids.


Quelles perspectives pour l'emploi ?

Sans réellement créer de nouveaux métiers, les smart grids constituent sans nul doute une nouvelle filière industrielle pour la France, assez en pointe sur la recherche, qui entend bien exporter sa technologie.

Le service R&D d'EDF (et des autres producteurs sur un marché libéralisé) va bien sûr recruter des ingénieurs d'études, mais on va aussi avoir besoin d'ingénieurs spécialisés dans l'énergie chez les informaticiens comme Atos... Ces technologies étant encore en développement, une flopée de startups se sont lancées dans l'aventure. La filière est donc prometteuse pour tous les profils attirés par l'innovation, au carrefour de l'IT, des télécoms et de l'énergétique.


Des débouchés dans l'électrotechnique et le technico-commercial

L'installation des 37 millions de compteurs Linky va aussi nécessiter nombre de techniciens. Tous les professionnels de l'électrotechnique et du génie électrique pourraient profiter de l'installation de ces nouveaux réseaux intelligents.

Les smart grids vont aussi ouvrir de nouveaux services pour les exploitants : on va ainsi chercher des business developers et des marketers qui sauront tirer parti des données récoltées chez les consommateurs par les "compteurs intelligents"...

Nous allons en tout cas vers la "smart home" et le "smart building" (voir les nouvelles formations au Smart Building), un monde dans lequel l'habitat sera 100% connecté et le plus durable possible.
Une chose est sûre : les emplois créés seront à haute valeur ajoutée et les débouchés internationaux...


Pour en savoir plus

- le réseau SmartGrids France rassemble neuf pôles de compétitivité français spécialisés dans l'énergie et les TIC. Il cherche à développer et valoriser la filière et soutient des expérimentations ou "démonstrateurs".

- La présentation des smart grids par l'économiste Jean-Marie Chevalier  
 

Rédigé le Jeudi 11 Juin 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda