L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Des "écoles de codeurs" vont ouvrir dans quatre petites villes d'Eure-et-Loir, d'Ardèche, de Lozère et du Gard, à l'iniative de Simplon.co, basée à Montreuil (93) et de Ze Village. La preuve que le numérique peut aussi créer de l'emploi dans les zones rurales.


Simplon.co ouvre des écoles de développeurs dans 4 villages français
Le numérique est un vrai gisement d'emplois en particulier dans les métiers du développement informatique. Mais si l'on voit beaucoup d'écoles ouvrir leurs portes, elles restent très concentrées sur l'Ile-de-France.

Ainsi l'originale Simplon.co a-t-elle démarré à la rentrée 2013 dans une ancienne usine désaffectée de Montreuil (93), dans le sillage de 42, l'école de Xavier Niel, ou de la Web@academie du groupe d'enseignement Ionis. Dès le début, Simplon.co a en effet visé des publics "atypiques" (sans diplôme par exemple) avec des formations intensives gratuites de six mois, en y ajoutant une touche "solidaire". Ses étudiants doivent en effet travailler sur des projets à visée sociale ou citoyenne.

Elle a depuis multiplié les innovations, lançant des sessions de code pour les enfants, les femmes, et aujourd'hui, les habitants des zones rurales trop souvent exclus des retombées de la révolution numérique.


Un appel à créer des écoles numériques à la campagne

En avril 2013, Simplon.co a donc lancé en partenariat avec Ze Village un appel à projets pour la création d’écoles numériques à la campagne. Les communes candidates devaient bâtir un écosystème intégrant l'école à tout le tissu économique et social.

Une quinzaine de projets ont été présentés et quatre villages ont été retenus :  La Loupe en Eure-et-Loir, La Canourgue en Lozère, Le Cheylard en Ardèche, et Vézénobres dans le Gard.


Deux formations intensives de six mois

Chacune de ces écoles sera accompagnée par Simplon.co et proposera deux formations intensives de six mois : l'une pour acquérir des compétences de développeur, l'autre de référent numérique (capable de développer un projet jusqu'au marketing).

Ces formations seront gratuites pour les apprenants, mais financées par les collectivités locales en lien avec des entreprises locales. Chaque commune a en effet construit un projet pour que l'école dynamise tout le tissu local.

Simplon Village, dans le parc naturel du Perche

Le projet du village de La Loupe est l'un des plus avancés. Baptisée Simplon Village, l'école doit éclore dans une pépinière d'entreprises. La pédagogie Simplon étant 100% pratique, les stagiaires pourront ainsi travailler sur des projets soumis par leurs voisins. Le coworking est d'ailleurs la règle.
Et à la sortie, l'objectif est clair : évoluer vers un emploi ou créer sa propre entreprise.

Le projet est porté par la société Innov´Educ, en partenariat avec la Chambre de commerce des Portes du Perche. Le recrutement est bien avancé et les cours devraient démarrer en octobre 2014. Selon une enquête réalisée par Le Figaro des candidatures sont venues de toute la France, mais Simplon Village va recruter deux tiers de locaux. La preuve que le projet séduit avec sa pédagogie intensive qui exige 100% d'investissement durant six mois mais se présente comme un vrai tremplin.


Une possibilité de reconversion


A La Canourgue en Lozère, le projet est porté par la Maison de l'emploi du département. Ces écoles du numérique veulent en effet offrir un tremplin en priorité aux demandeurs d'emploi, mais aussi aux jeunes sans formation, ou aux adultes souhaitant se reconvertir.

Au Cheulard, en Ardèche, c'est la communauté de communes de Valeyrieux qui est aux commandes. La région veut faire le choix du numérique pour se reconvertir après deux gros plans de licenciement dans l'industrie.

Enfin à Vézénobres dans le Gard, l'école est portée par la communauté d'agglomération d'Alès.

Voilà qui pourra donner des idées à ceux qui pensent, en plus, à quitter l'univers urbain pour se mettre au vert. Le développement du télétravail devrait en effet pouvoir accompagner le mouvement, même s'il reste encore beaucoup à faire.

Rédigé le Mercredi 10 Septembre 2014 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda