L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Les Compagnons du Devoir misent sur l'innovation pour développer les débouchés du travail artisanal des matériaux souples. Les vieux métiers de cordonnier-bottier, maroquinier, sellier ou tapissier offrent toujours des débouchés dans l'industrie du luxe et de plus en plus, les produits innovants.


Laurent Cellié, fondateur d'Armagilis, dans son atelier.
Laurent Cellié, fondateur d'Armagilis, dans son atelier.
Conjuguer les savoir-faire ancestraux des métiers manuels et les innovations technologiques du 21ème siècle, c'est le pari que font les compagnons du Devoir. Jeudi 10 mars, ils ont inauguré leur Pôle d'Excellence des Matériaux Souples (PEMS) dans leur maison de Pantin, au cœur de ce nouveau faubourg artisan du Grand Paris.

Le lieu hérite des savoir-faire de quatre métiers emblématiques : les cordonniers-bottiers, les maroquiniers, les tapissiers et les selliers-garnisseurs. Quatre métiers d'autrefois qui continuent toutefois à offrir de beaux débouchés dans l'industrie du luxe, l'automobile haut de gamme ou l'événementiel.


L'exemple d'un compagnon du Tour de France devenu créateur d'entreprise

Mais les compagnons veulent aller plus loin et proposer leurs savoir-faire et leurs talents de l'industrie à l’artisanat, et des TPE jusqu'aux grands groupes internationaux. Pour cela, ils parient sur l'innovation et la création de nouveaux produits ou d'entreprises, un peu sur le modèle de la filière française des textiles innovants.

Laurent Cellié fait partie de ces compagnons entrepreneurs. En 2013, il a créé Armagilis, qui conçoit et fabrique des articles de sellerie pour l'automobile, l'ameublement, le nautisme et aussi des bagages techniques. Il travaille beaucoup avec l'armée en proposant des produits sur-mesure. L'exemple même d'un compagnon du Tour de France qui sait utiliser son savoir-faire tout en innovant pour satisfaire des demandes inédites.


Un PEMS Lab, une procédéthèque, des Capsules R&D

Le Pôle d'excellence de Pantin veut ainsi encourager l'innovation en s'appuyant sur les nombreux partenariats des Compagnons avec les entreprises, publiques ou privées.

Comme dans un centre de recherche, le "PEMS Lab" travaillera sur des projets pluridisciplinaires et collaboratifs. Des ateliers de prototypage, mais aussi une procédéthèque permettront de tester de nouveaux produits ou procédés. Enfin, les Capsules R&D permettront aux porteurs de projets innovants de développer leur concept sous le pilotage d'experts et d'entreprises. Un Club “Esprit d’Entreprise” facilitera aussi la rencontre avec des investisseurs.

Métiers du cuir et des matériaux souples : de l'avenir dans le luxe et l'innovation
Les jeunes en formation initiale, eux, bénéficieront du programme pédagogique "Innover ensemble" qui les formera à l'innovation et la gestion de projets. Ils pourront ainsi travailler en collaboration avec des stylistes, designers, architectes, ingénieurs, qu’ils soient étudiants ou professionnels.

Au final, ce pôle artisanal de pointe rassemblera artisans, experts, étudiants... un écosystème comparable à ceux que constituent les grands pôles du numérique.


Des débouchés de niche face à la concurrence industrielle

Il est vrai que les artisans de la branche ne sont pas épargnés par la pression concurrentielle ni les révolutions technologiques. Si les Compagnons du Devoir continuent à former à ces métiers, rappelons qu'il s'agit d'effectifs limités puisqu'ils comptent seulement 280 jeunes en formation sur ces quatre métiers...

Il s'agit donc d'identifier pour eux les débouchés de niche les plus porteurs leur permettant de se démarquer des fabrications industrielles. Ainsi, le métier de cordonnier-bottier est à un tournant : les compagnons doivent désormais se former à la pratique de la CAO-DAO et identifier les entreprises qui cherchent des prototypistes pour leurs bureaux d'études. Plusieurs sont par exemple embauchés au service design et conception de Décathlon. Dans la chaussure comme la maroquinerie, les marques de luxe restent aussi recruteuses.

Quant aux selliers, ils continuent à bénéficier de débouchés variés dans l'automobile, le nautisme, la conception de siège d'ameublement, mais aussi de nouveaux articles dans le secteur sport et loisirs comme on le voit dans la vidéo ci-dessous.


Pour en savoir plus :
www.compagnons-du-devoir.com/

Rédigé le Vendredi 11 Mars 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda