L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





L'Institut national de la propriété industrielle (INPI) prévoit de nombreux recrutements d'ici 2020 : ingénieurs, juristes, informaticiens, techniciens et même alternants... Des métiers nouveaux au carrefour du droit et de la technologie, pour les passionnés d'innovation.


Le stand INPI France sur le salon Viva Tech 2018. © INPI
Le stand INPI France sur le salon Viva Tech 2018. © INPI
Il n'y a pas que les données personnelles qui doivent être protégées. Si la mise en place du RGDP crée des emplois - sujet de ma précédente note - le boom de l'innovation technologique fait de la propriété industrielle un véritable enjeu.

Désormais les créateurs de startup ou les intrapreneurs doivent  protéger leur invention et souvent déposer un brevet pour pouvoir la valoriser en France et à l'étranger. C'est pourquoi l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) accueille les "inventeurs", les informe, les conseille, les accompagne, peut examiner leurs innovations, délivrer un titre de propriété ou apporter son expertise en cas de contrefaçon ou de conflit.


l'INPI recrute des experts de l'innovation

Avec l'accélération du rythme des innovations technologiques, cette mission connait un fort développement. Le volume des titres de propriété industrielle a plus que doublé au niveau mondial en vingt ans. En 2017, 90 500 marques, 6 000 dessins et modèles et 16 250 brevets ont été déposés à l’INPI. 

Cet établissement public autofinancé qui emploie 800 personnes a donc de forts besoins de recrutement : ingénieurs, juristes, informaticiens, spécialistes de la Data... Globalement, la part des cadres devrait passer de 50 à 70% d'ici 2020.


Des ingénieurs de toutes spécialités

Sur le grand salon Viva Technologie 2018 qui s'est tenu fin mai à Paris, l'INPI présentait donc tout autant ses services que ses métiers, et j'ai pu y rencontrer Thierry Montero, directeur des ressources humaines.

L'Institut entend d'abord muscler ses équipes d'ingénieurs : "Nous cherchons des ingénieurs sur toutes les spécialités afin d'expertiser le côté novateur des diverses inventions, explique Thierry Montero : actuellement il y a beaucoup de biomédical, mais il nous faut aussi des ingénieurs en BTP, chimie, environnement, transport, mécanique, robotique..."

Pas évident sans doute pour l'INPI de convaincre de jeunes diplômés courtisés tant par les grands groupes, les cabinets de conseil en technologie que les startups. Mais la propriété industrielle a des atouts indéniables : "Nos ingénieurs travaillent avec les entreprises, avec les créateurs et ils sont dans l'innovation permanente".


Mais aussi des juristes

L'INPI est aussi doté d'un solide service juridique avec près de 300 juristes. "Nous recrutons principalement des diplômés en fin de cursus spécialisés dans le droit de la propriété industrielle, indique Thierry Montero. Ils font l'examen des marques et peuvent aussi apporter leur expertise lorsqu'il y a conflit."

Ce service juridique comporte aussi une branche internationale car l'INPI représente la France dans les instances européennes et mondiales de propriété industrielle et ses juristes aident les entreprises françaises à exploiter leurs marques et leurs brevets à l'international.

Il y a donc là de beaux débouchés pour des métiers technico-juridiques et quelques postes à saisir également pour des diplômés de niveau bac+3, techniciens ou juristes recrutés pour faire le pré-examen des dossiers.


Et des spécialistes de l'accompagnement des entreprises

Enfin, l'INPI recrute des cadres pour accompagner les entreprises et à ce titre des diplômés d'école de commerce peuvent aussi l'intéresser.

L'Institut a en effet des activités de prospection, de sensibilisation et de formation des entreprises aux enjeux de la propriété industrielle, et un beau catalogue de services, notamment pour accompagner les nombreuses startups qui n'ont pas toujours les ressources en interne pour protéger leurs innovations. 

Toutes ces activités requièrent des compétences variées, sans oublier biens sur les informaticiens et les spécialistes de la Data car l'INPI est dépositaire de toutes les données sur les brevets, les marques et les modèles, ce qui représente un beau patrimoine à archiver et gérer au quotidien.


D'autres débouchés hors de l'INPI ?

Mais peut-on vraiment parler de "métiers de la propriété industrielle", autrement dit les experts ont-ils d'autres débouchés que ceux offerts par l'INPI ?

"Assurément, répond Thierry Montero. Ils peuvent travailler dans les instances européennes de propriété industrielle mais aussi dans beaucoup d'autres lieux dédiés à l'innovation : des incubateurs, des sociétés d'accélération du transfert des technologies (SATT), des instituts de recherche technologique (IRT)... Et puis un grand nombre de startups de la French Tech et de grandes entreprises recrutent actuellement des spécialistes de la propriété industrielle, sans oublier les cabinets de conseil."

Voilà donc une famille de métiers en train de se déployer. A explorer d'urgence si vous êtes attiré(e) par le monde de l'innovation technologique, des fonctions d'expertise ou d'accompagnement. 

Pour en savoir plus :
Voir la page recrutement du site de l'INPI : www.inpi.fr/fr/recrutement






 

Rédigé le Lundi 4 Juin 2018 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda