L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





La filière des textiles techniques et intelligents pourrait bien ressusciter la filière textile en France. Startups et labos rivalisent d'innovation et surfent sur la vague des objets connectés. Encore de nouveaux débouchés pour des profils d'ingénieurs.


Le D-Shirt™ ou T-shirt digital développé par Cityzen Sciences.
Le D-Shirt™ ou T-shirt digital développé par Cityzen Sciences.
Dur d'ignorer cette semaine l'événement du Consumer Electronics Show à Las Vegas. La France, dit-on, y est bien représentée via les innovations de ses startups.

L'une d'elle, Cityzen Sciences, vient d'y dévoiler la version 2015 de son T-shirt "digital", le D-Shirt™, qui permet à tout sportif de suivre ses performances (rythme cardiaque, vitesse, distance parcourue) en temps réel sur son smartphone grâce à une application mobile.


Un cuissard pour pédaler connecté

Cityzen Sciences a également dévoilé au CES 2015 un nouveau produit destiné aux cyclistes : le cuissard connecté. L'objectif est là encore de suivre ses performances physiques, mais aussi les mesures qui comptent pour les fans de vélo : cadence de pédalage et temps en danseuse.

Si j'en parle ici, c'est que ces innovations surfent sur le potentiel d'une nouvelle filière industrielle française, celle des textiles dits "techniques et intelligents", qui pourrait connaître rapidement une forte croissance...

Vidéo : Le "D-shirt" connecté de Cityzen Sciences



Une filière d'avenir pour l'industrie française

Lancé en 2013, le projet industriel "Textiles techniques et intelligents" est l'un des 34 plans d'avenir qui doivent sauver notre industrie par le haut, c'est-à-dire par l'innovation technologique.

De fait, depuis quelques années, des startups et des laboratoires développent des fibres textiles dotées de caractéristiques techniques très particulières, propres à intéresser le secteur de la santé, du sport, du luxe, mais aussi du bâtiment, de l'aéronautique, de l'automobile. A l'ENSAIT de Roubaix, école d'ingénieurs spécialisée dans le textile, de plus en plus de jeunes diplômés créent leur startup ou apportent leur pierre à la recherche en ce domaine, notamment dans le cadre du Gemtex, laboratoire de recherche de l'école.

Car les débouchés du textile français sont désormais là ! La filière industrielle qui se reconstitue ainsi n'a plus grand chose à voir avec celle d'autrefois : ce n'est plus une industrie de main d'oeuvre peu qualifiée, mais un secteur de haute technologie qui recherche des compétences techniques et scientifiques.


Smart Sensing, un projet innovant de textile connecté

L'arrivée de la vague des objets connectés vient gonfler celle des textiles textiles qui peuvent aussi devenir "intelligents", c'est-à-dire équipés de capteurs électroniques. Et elle profite aussi du potentiel du "big data", le secteur qui se propose d'analyser toutes les données connectées via ces objets.

Créée en 2008, la startup lyonnaise Cityzen Sciences est un bel exemple des entreprises qui mènent la recherche dans le développement de textiles connectés. Elle dirige le programme industriel "Smart Sensing" en lien avec un consortium d'entreprises apportant leurs diverses expertises (Eolane, le Groupe Payen, le groupe Cyclelab). L'école d'ingénieurs Télécom Bretagne est aussi associée au projet.


Encore des débouchés pour les ingénieurs

Du point de vue de l'emploi, la prime va pour l'instant aux ingénieurs (en électronique, software, textile, spécialistes des applications mobiles) et experts en recherche & développement.

Cityzen Sciences ne compte pour l'instant que 17 salariés, mais la croissance semble rapide : "Nous n'étions que 5 au début 2013, et avons beaucoup recruté l'an passé", indique Emilie Fleury, chargée des ressources humaines et du marketing. Les recrutements devraient selon elle marquer une pause en 2015... jusqu'à l'arrivée sur le marché des premiers produits, prévue pour la deuxième partie de l'année.

Tout dépendra alors de l'accueil réservé par les consommateurs à ces vêtements de sport d'un nouveau genre, mais un accord a d'ores et déjà été signé par la startup avec la marque de sport ASICS, qui souhaite commercialiser un maillot connecté. Le succès pourrait donc faire grossir rapidement la PME et les activités qui y sont liées.

Des débouchés professionnels à surveiller, notamment si vous avez un profil scientifique ou technique.

Pour en savoir plus :
www.smartsensing.fr/
 

Rédigé le Jeudi 8 Janvier 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda