L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





La campagne télévisée "Beau Travail" lancée par le Medef veut mettre en avant ces métiers sur lesquels les entreprises ont du mal à recruter : informaticiens, conducteurs, cuisiniers... Des professions très précisément repérées par l'observatoire Tendance Emploi Compétence (TEC).


Les métiers du BTP et de l'industrie font partie de ceux qui peinent à attirer.
Les métiers du BTP et de l'industrie font partie de ceux qui peinent à attirer.
Ces "métiers en tension" existent-ils vraiment en France, où le chômage continue de toucher près de 10% de la population active ? Le Medef a voulu en avoir le coeur net, en créant en avril 2013 un observatoire Tendance Emploi Compétence (TEC), qui réalise des enquêtes trimestrielles auprès de 40 000 entreprises.

Ce sont ces résultats qui ont permis de sélectionner les 115 métiers qui vont être présentés d'ici fin 2014 sous forme de spot télé quotidien par la campagne de com Beau Travail. L'idée est simple, séduisante, bien menée, et l'on saura dans quelques mois si elle a été efficace : faire sortir certains métiers de l'incognito et surtout, en vanter les atouts (salariaux, professionnels) en faisant le portrait d'un jeune pro heureux et fier de son "beau travail".

Depuis le lancement le 16 mai, à raison de deux métiers présentés par jour (un sur France 2, un autre sur France 3), on a ainsi découvert le travail d'un développeur informatique, d'un poissonnier, d'un dessinateur projeteur en tuyauterie, d'un coordinateur de production, d'un yield manager et d'un coordinateur de production dans la plasturgie...

Pas de surprise, quant à la tonalité des métiers choisis...

Les secteurs "mal-aimés" : trois grandes famille

Je me suis plu à analyser la liste des 115 métiers et il m'a semblé qu'on pouvait les classer en trois grandes familles, dont les difficultés de recrutement ne sont pas les mêmes.

Première famille, celle des secteurs "mal-aimés" à l'image dégradée, qui évoque dans le public des métiers durs, liés au passé : c'est le cas de l'industrie, du BTP, des métiers de bouche, du transport routier... Des métiers qui sentent la sueur, l'effort, l'engagement physique et souffrent aussi, globalement, du terrible handicap d'être des métiers manuels. Mais ces secteurs peuvent aussi avoir du mal à recruter des commerciaux et des technico-commerciaux, notamment dans le B to B.

Deuxième famille, celle des métiers peu qualifiés dont les entreprises ont encore grand besoin mais qui peinent à recruter un personnel stable et motivé. Je classerai là le continent de l'hôtellerie-restauration, qui cumule deux handicaps : le fait d'avoir besoin de beaucoup de main d'oeuvre et d'apparaître comme peu compatible avec un rythme de vie équilibré. Mais on trouve aussi là les vendeurs, les aide-comptables, les démarcheurs commerciaux.

Troisième famille, celle des secteurs à forte composante technologique, qui souffrent, eux, d'un manque de compétence et d'une pénurie de candidats suffisamment formés. C'est bien sûr le cas pour tous les informaticiens, les développeurs web, les spécialistes de cyber-sécurité. Les statistiques de l'Observatoire TEC mettent aussi en évidence une pénurie de "personnels d'études et de recherche".

On peut ainsi consulter le classement établi par l'observatoire TEC des recrutements envisagés par métier au quatrième trimestre 2013, qui donne également la part des recrutements "difficiles". Cela donne :

1. Les employés et agents de maîtrise de l'hôtellerie-restauration
2. Les cadres commerciaux et technico-commerciaux
3. Les cuisiniers
4. Les conducteurs de véhicule
5. Les informaticiens
6. Les attachés commerciaux et représentants
7. Les vendeurs
8. Les ingénieurs et techniciens de l'industrie
9. Les techniciens de la banque et de l'assurance
10. Personnel d'étude et de recherche

Je ne manquerai pas de reprendre secteur par secteur, l'analyse des "métiers en tension" de la campagne Beau Travail, qui a l'immense intérêt de conduire directement aux offres d'emploi disponibles auprès de Pôle Emploi.

Rédigé le Lundi 19 Mai 2014 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda