L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





La reprise se traduit par un besoin soudain assez fort d'expertise informatique. SSII, grandes entreprises, PME innovantes se remettent toutes à recruter des profils aux compétences pointues. Jeunes diplômés mais aussi expérimentés ont de belles occasions à saisir mais attention, les recruteurs veulent de vrais experts.


Les expertises informatiques à nouveau fortement recherchées
"Le marché se re-tend, c'est clair..." C'est le leitmotiv entendu sur tous les stands du salon LesJeudis du 19 mai 2011 au CNIT à la Défense, où 60 entreprises proposaient près d'un millier d'emplois.

Grandes entreprises, SSII, ou PME innovantes, toutes cherchent à recruter des profils bac+5 assez pointus, la prime allant toujours aux juniors avec deux-trois ans d'expérience. Il faut dire que tous les projets gelés durant des mois redémarrent partout au même moment, et que l'informatique est la fonction support par excellence.

Le secteur banque-assurance- finance arrive en bonne place parmi les recruteurs des Jeudis avec des poids lourds comme MMA, Crédit agricole, Société Générale et Axa.

"La banque a la chance d'offrir de vrais plans de carrières qui peuvent séduire", indique un recruteur du Crédit agricole qui propose 300 postes sur le salon. 500 candidats se sont pré-inscrits en ligne pour postuler à ces emplois et passer un entretien sur place. Suffisant ? Daniel Azaïs, responsable RH du groupe n'en est pas convaincu. "Nous leur proposons des postes de chefs de projet, d'architectes techniques et applicatifs et d'ingénieurs d'études. Or ces spécialités qui nécessitent 5 ans d'expérience minimum sont pointues et donc  difficiles à  trouver."

C'est en effet un autre leitmotiv des recruteurs en ce printemps 2011. Oui les postes sont bien là, mais la barre est assez haute et le recrutement des jeunes diplômés semble se faire avec plus de circonspection qu'en 2006 et 2007. Les diplômés des années 2008 et 2009, touchés par l'arrêt des recrutements et qui ont souvent empilés les CDD sont candidats à des CDI intéressants. Sans oublier les confirmés en poste qui veulent profiter de l'embellie pour évoluer comme C
laude, 37 ans, déjà développeur dans une entreprise informatique mais qui est venu rencontrer des entreprises car il souhaite progresser.

Les expertises informatiques à nouveau fortement recherchées
Si vous débutez, ou que vous vous finissez vos études, veillez donc à vous forger avec vos stages une véritable expertise, en évitant de vous éparpiller.


La sécurité informatique en recherche de talents


La sécurité informatique est une de ces spécialités en forte tension "Nous constatons une réelle tension sur les compétences en sécurité pour intervenir sur des projets réglementaires, d'infrastructures et également techniques, confirme Daniel Azaïs.  En parallèle, nous recherchons des profils juniors, en apprentissage, domaine où nous investissons beaucoup."

Lexsi; est une de ces PME (130 salariés) spécialisée en sécurité informatique et même en cybercriminalité. "Nous sommes vraiment sur des spécialités de niche, car nous cherchons à la fois des consultants en sécurité des systèmes, et des chargés de veille pour la cellule de cybercriminalité" explique Anne Bigel, du marketing opérationnel. Des chasseurs de pirates en quelque sorte au "profil geek", des spécialistes de cryptologie ou bien des spécialistes de la cyber-guerre diplômés d'une école en intelligence économique. La chasse aux CV a-t-elle été bonne le 19 mai ? "Pas mauvaise, répond Anne Bigel, nous avons découvert une dizaine de profils intéressants". 

Sur le stand d'e-biznext, en revanche, une autre PME spécialisée dans la construction d'applications internet pour de grands comptes (Bouyghes, Europcar, Axa), on n'a pas trouvé suffisamment de bons spécialistes en génie logiciel et développement formés en J2EE et .NET. Sur les 50 CV recueillis, trois seulement ont passé la rampe... des tests techniques à passer sur le stand.
"Mais nous sommes prêts à prendre des jeunes en stage de fin d'études pour les former, assure la chargée de recrutement."

Les grands groupes misent sur les stages de fin d'études


Faute de trouver les profils adéquats, les grands groupes informatiques misent en effet sur les stages et l'alternance pour s'assurer suffisamment de recrues. Lu par exemple dans le dossier "Paroles d'experts" du Monde de l'économie du 16 mai :

-IBM (dont les besoins en R&D sont forts) recrute plusieurs centaines de CDI à égalité entre jeunes diplômés et expérimentés. Pour les JD : 50% sont issus d'écoles d'ingénieurs, les autres des filières universitaires télécoms et informatique. Et 500 stagiaires vont être embauchés en fin d'études avec un taux de transformation des stages en embauche de 80%. En 2011, IBM prend 3,7% d'apprentis.

-Sopra recrute 1600 CDI en France (50% de JD, 40% ayant une première expérience et 10% d'expérimentés). 600 stagiaires dont 400 décrocheront un CDI.

-Steria recrute 1500 CDI dont une majorité de JD bac +5, 15% des embauches sont réservées à des bac+2/3. 300 stagiaires et alternants.


Rédigé le Lundi 23 Mai 2011 | Commentaires (1) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda