L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Le luxe français, toujours en grand forme malgré la crise, a renouvelé la la signature le 31 janvier 2013 d'une convention avec l'Académie de Paris. Objectif : attirer des jeunes vers des métiers manuels spécifiques comme l'horlogerie ou la joaillerie qui peinent à trouver leurs "petites mains".


Le luxe français recrute encore des petites mains
"Le luxe souffre parce qu'il a du mal à trouver des jeunes notamment dans des secteurs comme le cuir et la maroquinerie, l'hôtellerie et la restauration, l'horlogerie et la joaillerie" a fait savoir le 31 janvier la déléguée générale du Comité Colbert, qui regroupe 75 maisons du luxe français et emploie au total plus de 37.500 personnes en France.

"Nos secteurs appellent les jeunes à travailler auprès d'eux, car les métiers de la main sont valorisés dans le luxe et absolument pas des voies de garage", a-t-elle expliqué.

Une mise au point utile alors que la délocalisation a vidé quasiment tous les ateliers de prêts-à-porter et de couture en Europe. Rescapées de ce tsunami, les "grandes maisons" finissent donc par avoir du mal à trouver la main d'oeuvre haut de gamme hyper spécialisée dont elle a besoin.

Ainsi la signature de la convention (au musée des arts déco dans le cadre d'une expo sur l'art de la haute joaillerie chez Van Cleef & Arpels) a permis de faire savoir que les titulaires d'un CAP bijouterie-joaillerie connaissent un taux d'insertion professionnel de 87% ou ceux en CAP mode et chapellerie de 72%.



On recrute des artisans chez Hermès

Les emplois dans les 75 maisons composant le Comité Colbert ont augmenté "de 10% entre 2006 et 2011", a souligné la représentante du comité Albert.

"Chez Hermès par exemple, le nombre d'artisans est passé de 300 à 2000 entre 1990 et 2010", a-t-elle dit. En 2011, la célèbre maison connue pour ses carrés de soie et sa maroquinerie, a procédé à 715 embauches dont 347 en France et quelque 400 en 2012.

Jeudi 31 j anvier, les élèves étaient guidés dans l'exposition par une conférencière mais aussi par Franck, artisan joailler de la maison Van Cleef&Arpels depuis 24 ans. Selon lui, il faut "entre 15 et 20 ans pour devenir un joailler de très haute qualité", ce que le Comité colbert appelle "un trésor".

L'école Boulle, référence dans l'enseignement des métiers d'art, avait installé dans une salle atenante à l'exposition deux établis sur lesquels deux jeunes en formation joaillerie travaillaient devant les élèves.


Rédigé le Lundi 4 Février 2013 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda