L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Le secteur de la construction reste un gros recruteur d'ingénieurs notamment sur des postes de conducteur de travaux et cadres de chantier. Ce trimestre, 3208 postes leur sont offerts en France, dont 989 en Ile-de-France.


Le BTP cherche plus de 3200 ingénieurs
Si les métiers de l'artisanat du bâtiment ont souffert de la crise en 2013, ceux de l'encadrement et la gestion de chantier au sens large continuent à bénéficier de beaux débouchés, notamment dans les grands groupes.

La preuve ? L'une des écoles d'ingénieurs postbac spécialisées dans la construction, l'ESITC Caen, va augmenter ses effectifs de 60% à la rentrée 2014 : elle va diplômer désormais 160 au lieu de 100 ingénieurs par an, expliquant que "de nombreux chefs d'entreprises déclarent connaître des difficultés pour trouver le personnel qualifié dont ils ont besoin."


Conducteur de travaux : un métier en tension

A la sortie de ce type d'école, les jeunes ingénieurs débutent en général sur des postes de conducteur de travaux, véritable manager qui doit gérer à la fois les budgets, les sous-traitants, les équipes de chantier et les délais.

Ce n'est pas un hasard si le "conducteur de travaux" fait partie des métiers sélectionnés par le Medef dans le cadre de sa campagne télévisée Beau Travail, qui cherche à faire connaître ces métiers pour lesquels les entreprises ont des difficultés de recrutement.

Plus de 1000 offres difficiles à pourvoir

D'après les statistiques de l'Observatoire Tendance Emploi Compétence créé par le Medef, les métiers d'ingénieur(s) du bâtiment et des travaux publics, chefs de chantier et conducteurs de travaux feraient l'objet ce trimestre en France de 3208 offres d'emplois : 989 en Ile-de-France, 484 en Rhône-Alpes, 432 en PACA, 308 en Languedoc-Roussillon, 240 en Aquitaine, 210 en Pays-de-la-Loire...
Parmi elles, plus de 1000 sont "difficiles à pourvoir" selon les employeurs, essentiellement par manque d'expérience ou de connaissance techniques du métier de la part des candidats et du fait de leur "difficultés d'expression".


De beaux débouchés mais des clichés à écarter

L'ESITC Caen souligne aussi la conjonction de nombreux départs en retraite, d'une forte progression de l'intérêt pour la protection de l'environnement et l'éco-construction, de la croissance du nombre de chantiers de rénovation, et enfin d'une technicité accrue sur des chantiers de plus en plus complexes.

C'est dire que si vous cherchez un secteur qui recrute et offre de belles perspectives d'évolution, le BTP est à envisager, d'autant que l'accès à ces postes de cadres et de gestionnaires peut aussi se faire après un bac+2/3. Il faudra simplement écarter de la main les nombreux clichés qui plombent le secteur : une image rude et presque "ouvrière", exclusivement masculine.

Sur le terrain, le métier est d'abord une magnifique école de management, de rigueur, de coordination avec, à la clé, l'avantage d'un "métier où l'on bouge" et où l'on aboutit à des réalisations concrètes : construire un pont, un stade, un immeuble, rénover un lycée, voir s'élever un nouveau quartier...

Pour chasser les clichés, le Medef a eu la bonne idée de faire dans la campagne télévisée le portrait d'une conductrice de travaux.


De nouvelles spécialités avec l'éco-construction

Un autre motif d'optimisme pour ces métiers vient du boom des préoccupations "développement durable" dans la construction. Selon une étude du Boston Consulting Group (BCG), l'économie verte devrait générer d'ici 2020 près de 600 000 emplois, dont beaucoup dans l'éco-construction.

 L'ESITC Caen, en même temps qu'elle gonfle ses effectifs, va d'ailleurs renforcer les enseignements de construction durable, adosser ses enseignements sur son laboratoire de recherche en éco-matériaux et généraliser l'utilisation de la maquette numérique (BiM).

Les principales formations
niveau bac+2 :
- le BTS Bâtiment et le DUT Génie civil restent des très bonnes formations de base, ouverte au poursuite d'étude en école d'ingénieurs
- la formation de conducteur de travaux de l'ESTP
- le titre professionnel "Conducteur de travaux du bâtiment"

 niveau bac+3 :
- licences professionnelles en bâtiment ou génie civil
- ISCO Grenoble

niveau bac+5 :
Ecoles d'ingénieurs postbac : ESITC Cachan, ESITC Metz, ESITC Caen, ENISE, Polytech Orléans, spécialités BTP de l'Insa Lyon, HEI
Ecoles d'ingénieurs accessibles à bac+2 : ESTP, IIT BTP Champagne-Ardennes (en apprentissage), ITCBTP Montpellier (apprentissage)...

En savoir plus sur les carrières de conducteur de travaux sur le site de l'Observatoire des métiers du BTP

Rédigé le Mardi 3 Juin 2014 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda