L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Peu médiatisée, la restauration collective voit ses besoins de recrutement croître avec le nombre de repas à servir dans les écoles et les maisons de retraite. Des emplois de cuisiniers ou de chefs de production présentant pourtant de nombreux avantages.


La restauration collective cherche 16000 cuisiniers chaque année
C'est typiquement le genre de secteur auquel on ne pense pas tant il fait partie du quotidien. Dans les restaurants d'entreprise, les cantines scolaires, les restaurants universitaires, les hôpitaux ou les maisons de retraite, on sert des millions de repas par jour. Avec des exigences toujours plus élevées en terme de diététique, de qualité, d'hygiène et de sécurité alimentaire.

En terme d'emploi, la restauration collective emploie 300 000 personnes dans 72 700 restaurants, ce qui en fait le 5ème secteur par le nombre de salariés en France. Et pourtant, ce secteur perd 20 000 professionnels tous les 2 ans et peine à recruter alors que les besoins augmentent et que des milliers d'offres sont à pourvoir, que ce soit dans les restaurants en gestion directe, ou en gestion concédée à des groupes privés.


Des horaires de travail conciliables avec la vie de famille

Le salon organisé à Paris le mercredi 4 novembre par le syndicat Restau'Co qui rassemble les professionnels de la restauration directe me permet de faire un zoom sur des métiers présentant de nombreux avantages.

"D'abord, le secteur permet de travailler dans la restauration tout en conservant une vie de famille et une vie sociale régulières", explique Eric Lepêcheur, président de Restau'Co. Autre atout : "Les évolutions de carrière peuvent être rapides. Un cuisinier peut commencer avec un CAP et diriger un restaurant avec le grade d'ingénieur de production".


Cuisinier de collectivité : un site et une formation

Les besoins de recrutement les plus massifs concernent le métier de cuisinier : 16 000 postes sont ainsi à pourvoir chaque année et les besoins sont en augmentation du fait de nombreux départs en retraite et de l'augmentation du nombre de repas à servir dans les écoles et les maisons de retraite. (lire : Restauration collective : plus de 2000 créations d'emploi par an)

La pénurie est d'autant plus grande qu'il n'existe pas de formation initiale dédiée au secteur, excepté dans les lycées hôteliers. Et le CAP cuisine ? "Aujourd'hui, les gens arrivent avec le CAP cuisine mais il faut cinq ans pour les former aux thématiques de la restauration collective qui englobent l'hygiène-sécurité, la nutrition et la diététique, le développement durable", explique Eric Lepêcheur.

Pour pallier ce manque, le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a créé en 2011 un certificat de spécialisation de cuisinier de collectivité accessible aux personnes ayant un premier diplôme dans la restauration (CAP, BPA).  Il se prépare en alternance sur un an. 

Le chef de production pour gérer une cuisine centrale

Autre métier pour lequel il n'existe pas de formation, celui de chef de production. "Il s'agit d'un professionnel de la cuisine capable de gérer une cuisine centrale qui livre des repas à des restaurants n'ayant pas leur cuisine", par exemple à des hôpitaux, explique Eric Lepêcheur.

Le nombre de postes à pourvoir est moins élevé, mais les compétences requises font de ces chefs des oiseaux rares. "Il faut avoir énormément de compétences techniques, par exemple pouvoir préparer 20 menus différents pour les hôpitaux, et être capable de diriger jusqu'à 120 personnes". Des postes actuellement pourvus par évolution interne et pour lesquels un autre certificat de spécialisation est en préparation.

Enfin le secteur manque de magasiniers capables non de manipuler des palettes et des chariots-élévateurs, mais de contrôler la qualité des denrées servies dans les restaurants.

Une chose est sûre : le secteur recrute et le salon du 4 novembre est un bon lieu pour aller s'informer et rencontrer, peut-être, des recruteurs.

Pour en savoir plus :
- Le réseau  http://restauco.fr/
- Le salon de la restauration collective, le mercredi 4 novembre, est ouvert aux professionnels mais aussi aux personnes en recherche d'emploi ou en reconversion, les étudiants, les apprentis, etc. :  www.salonrestauco.com/


 

Rédigé le Lundi 2 Novembre 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda