L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Proches des entreprises et de leurs besoins, les agences d'emploi ou d'intérim jouent désormais dans la cour des grands acteurs du recrutement. Avec des contrats qui s'allongent et peuvent intéresser des publics de plus en plus variés : étudiants, cadres, femmes...


L'intérim élargit son offre, pensez-y !
Lentement mais sûrement, l'intérim fait sa mue. Pour le faire savoir, le syndicat représentant la profession, Prisme, a eu la bonne idée de convier en ce mois d'avril 2012 quelques blogueurs, dont j'ai pu être, dans ses bureaux parisiens.

Au menu, une enquête récente sur les femmes dans l'intérim. Si celles-ci représentent seulement 28% des intérimaires (pour 48% de la population active et 82% des temps partiels), leur part a tendance à augmenter. D'abord parce que les secteurs professionnels recourant à l'intérim se diversifient (la part du BTP par exemple, secteur très masculin, tend à décroître). L'informatique, mais aussi le génie industriel, la logistique, le transport, les secteur de l'énergie cherchent à se féminiser et recourent pour cela beaucoup à l'intérim.

Autre enseignement de cette enquête : l'intérim n'est pas toujours "subi" comme l'unique possibilité pour échapper au chômage. Il peut être "choisi", soit en début de carrière, le temps de se constituer une expérience ou de tester un goût pour un secteur ou une entreprise, et même définitivement choisi. Nous apprenons ainsi qu'il y a des intérimaires "de profession" (23% des femmes interrogées par l'enquête). Exemple : les infirmières (profession certes pénurique). "Ainsi, elles choisissent leurs horaires, leur hôpital, leur service, et elles gagnent mieux leur vie !", expliquent les dirigeants de Prisme.

Les bons plans de l'intérim

Une façon de nous rappeler le potentiel souvent ignoré de l'intérim et pas seulement pour les femmes :

- Pour les jeunes, les agences d'emploi (nouveau nom des agences d'intérim depuis 2008) peuvent procurer à ceux qui ont encore peu d'expérience ces fameuses premières missions si difficiles à trouver. Pour ceux qui manqueraient de formation, une entrée en contrat de professionnalisation est souvent proposée dans les secteurs qui recrutent. Et un décret d'avril 2012 vient aussi de donner la possibilité aux agences d'emploi de proposer des contrats d'apprentissage !

- Pour les jeunes diplômés en particulier, l'intérim a aussi des offres de contrats de niveau bac +2 à bac+5. A considérer sérieusement si vous ne savez pas exactement quelle entreprise viser et êtes prêts à passer par diverses expériences avant de vous fixer. "C'est une forme de zapping plus proche de la façon dont ils veulent gérer leur carrière", explique François Roux, délégué général de Prisme qui assure qu'un début de carrière en intérim n'est plus du tout un handicap aux yeux des recruteurs. Des contacts ont même été créés avec les universités, qui doivent désormais assurer des débouchés à leurs étudiants. "Même à la Conférence des présidents d'université (CPU), on n'est plus le diable !".

- Pour les cadres expérimentés, les agences d'emploi ont aussi des "missions" qui peuvent permettre de ne pas laisser les compétences dormir. Leur atout : une très bonne connaissance des bassins d'emplois, et en particulier des besoins des PME. Ingénieur en informatique, Odile a recouru à l'intérim après une "pause" professionnelle : "J'ai retrouvé une mission de neuf mois chez EDF, qui a été prolongée encore de neuf mois. Puis j'ai travaillé un an chez Snecma, ce qui m'a fait trois ans d'intérim. J'étais prête à continuer et à devenir "intérimaire de profession" mais j'ai été embauchée comme chef de projet dans une société de conseil".

Un exemple de parcours qui souligne un dernier atout de l'ntérim : la possibilité de rebond rapide entre deux contrats car l'agence d'emploi qui connaît vos compétences se charge de vous reproposer rapidement une autre mission, à moins que vous ne soyez recruté directement en CDI par l'un de vos employeurs.
Les chances de retrouver un emploi stable sont ainsi deux fois plus grandes après un contrat d'intérim qu'après un CDD.

Rédigé le Vendredi 27 Avril 2012 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda