L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





L'industrie automobile se relève de la crise et recrute des ingénieurs, notamment pour soutenir l'innovation. Les doubles formations ingénieur-commerce et les candidats prêts à s'expatrier sont particulièrement appréciés des recruteurs.


Stand Renault au Mondial de l'automobile 2014.
Stand Renault au Mondial de l'automobile 2014.
C'est au Mondial de l'automobile 2014 que j'ai été humer le marché de l'emploi du secteur. Pour les bac+5, en particulier les jeunes ingénieurs, l'industrie automobile reprend sa place dans les secteurs offrant de beaux débouchés, après une période de crise qui s'est ressentie dans les embauches.

"Il y a une reprise, c'est évident. On le voit dans le volume d'offres d'emploi que nous transmettent les entreprises", dit Françoise Hervet, responsable des relations publiques et du recrutement de l'Isat, l'Institut supérieur de l'automobile et des transports, école d'ingénieurs publique liée à l'université de Bourgogne.

L'emploi repart, mais il évolue en même temps que la filière industrielle.


La course à la voiture propre stimule l'innovation.

Ainsi l'innovation prend une importance croissante pour les constructeurs et leurs sous-traitants, notamment dans la course à la voiture "la plus propre" et la plus économe en énergie. "A l'Isat, nous venons d'ouvrir un département énergétique et la moitié des diplômés de dernière année s'insèrent sur des emplois liés à la motorisation et à l'énergétique", souligne Françoise Hervet.

L'école universitaire de Nevers bénéficie il est vrai de plusieurs départements de recherche et d'une quinzaine de doctorants en énergétique. Elle a aussi lancé, avec l'université d'Orléans et l'école d'ingénieurs Polytech Orléans, un master "Automotive Engineering for sustainable mobility" (Ingénierie automobile pour une mobilité durable). Un programme tout en anglais, qui accueille de nombreux étudiants étrangers.

Autre formation du même type, le  master 2 de l'IFP School (Institut français du pétrole) intitulé "Véhicules et Transport Durable (VTD) spécialité Électrification et propulsion automobile (EPA). Un diplôme proposé en collaboration avec l'ENS Cachan, Supélec et l'Ecole Centrale de Paris. Là encore, les étudiants non français sont très nombreux.


Un marché de l'emploi qui s'internationalise

Car le marché de l'emploi est désormais mondial, du fait de la délocalisation des constructeurs et de l'industrialisation des pays émergents. Résultat : les jeunes ingénieurs doivent être mobiles et prêts à partir dans le monde entier. Cela tombe plutôt bien pour la génération Erasmus qui a acquis une expérience internationale et ne craint pas de s'expatrier.

Les destinations les plus courantes ? L'Allemagne, la Suisse, la Belgique, l'Angleterre pour l'Europe, mais aussi la Chine, l'Inde, la Malaisie, côté Asie.


Marketing automobile : la prime au double diplôme

Autre évolution de l'emploi cadre du secteur, la montée du "marketing automobile". Les jeunes ingénieurs sont particulièrement appréciés par les marques qui souhaitent avoir des commerciaux dotés de la compétence technique. "Des constructeurs comme Porsche ou Maserati, à la forte image de marque, recrutent des ingénieurs qui ont aussi fait un master de marketing", explique Hugo, étudiant en 3ème année à l'Estaca, autre école d'ingénieurs formant aux métier de l'automobile et des transports. C'est d'ailleurs l'orientation qu'il envisage de prendre lui-même en faisant une spécialisation en école de commerce après ses études d'ingénieur.

De fait, Renault recrute actuellement des bacs+5 sur un "parcours de carrière dans les métiers Marketing / Vente/Après-Vente" Le constructeur français recherche pour cela "des profils débutants ou 1ère expérience (h/f) animés par la passion automobile". Le parcours propose d'intégrer d'abord durant 2 ans un poste de conseiller commercial itinérant au sein de la filiale Sodicam2 de Renault, avant d'accéder à des postes à la direction commerciale du groupe. Les jeunes ingénieurs sont bienvenus à côté des diplômés d'école de commerce. Une tendance qui confirme la bonne santé (à niveau bac+2/3) des débouchés du commerce automobile, dont j'ai déjà parlé.

Plus fréquemment, les jeunes ingénieurs sont recherchés pour des postes d'ingénieurs d'affaires à dimension technico-commerciale ou des postes d'acheteurs.


Une grande diversification des débouchés

Les autres ont tout autant de débouchés sur des fonctions d'ingénierie plus classiques, par exemple comme ingénieurs calculs et mesures, ou comme chefs de projet. "L'ingénierie automobile connaît une grande diversification, explique Hugo, et cela de la conception à la commercialisation".

Autre tendance de long terme observable sur les stands du salon de l'automobile, la montée de l'électronique.

L'emploi n'est d'ailleurs pas à rechercher uniquement chez les grands constructeurs, mais aussi, comme pour tous les secteurs industriels, dans les bureaux d'études, et de plus en plus les sociétés de conseil en technologies comme Altran ou Akka Technologies.

Si les débouchés sont donc à nouveau là, les parcours seront de plus en plus diversifiés, d'où la nécessité de bien bâtir son projet professionnel par un judicieux choix de stages et de spécialisations.

Rédigé le Jeudi 9 Octobre 2014 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda