L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Une enquête de l'Union européenne chiffre pour la première fois l'impact d'une expérience internationale étudiante de type Erasmus sur l'employabilité. Accès au premier emploi, niveau de responsabilité et évolution... Erasmus joue positivement sur tous les plans.


Jeunes diplômés : pourquoi l'expérience Erasmus améliore l'employabilité
Plus d'un étudiant sur trois qui a effectué un stage Erasmus à l'étranger s'est vu proposer un poste dans son entreprise d’accueil. C'est l'un des constats de la grande enquête menée par la Commission européenne à la veille de la montée en puissance du célèbre programme Erasmus, devenu Erasmus+.

Ses résultats sont d'autant plus intéressants qu'elle a été menée à grande échelle, via cinq enquêtes en ligne réalisées en 2013 auprès de 56 733 étudiants (avec ou sans expérience Erasmus), de 18 618 anciens étudiants, de  4 986 personnels d'enseignement, de 964 établissements d’enseignement supérieur et surtout de 652 employeurs (dont 55% de PME) et cela dans 34 pays participant à l'étude.


Enfin des chiffres sur l'avantage Erasmus

Au total, 78 891 réponses individuelles ont été recueillies, ce qui permet enfin de poser des chiffres sur ce que l'on observait de façon empirique : oui, une expérience internationale durant la vie étudiante est un atout réel pour l'insertion professionnelle.

Encore plus intéressant, l'enquête est également qualitative et elle indique pourquoi et en quoi Erasmus améliore l'employabilité.


Un taux d'emploi amélioré

Commençons par les constats sur l'insertion professionnelle ou "employabilité", un terme peu élégant mais assez parlant.
 

L'enquête établit en effet que la mobilité au sens large (expérience internationale durant les études) a des répercussions positives sur les taux d’emploi. Ainsi les anciens étudiants "mobiles" risquent deux fois moins de devenir chômeurs de longue durée par rapport à ceux qui n'ont pas séjourné à l’étranger. Même cinq ans après l’obtention du diplôme, le taux de chômage des étudiants mobiles était inférieur de 23% à celui des étudiants non mobiles.

Dès le premier emploi, l'expérience internationale joue favorablement, ne serait-ce que grâce aux "stages Erasmus" effectués à l'étranger, puisque comme dit plus haut, plus d'un stagiaire sur trois se voit proposer un poste dans son entreprise d’accueil. De ce point de vue, le stage à l'étranger est un tremplin comparable au VIE (volontariat international en entreprise) dont j'ai souvent parlé sur ce blog.

L'expérience semble aussi favoriser l'esprit d'entreprise: près d'un étudiant sur dix qui a effectué un stage à l'étranger a créé sa propre entreprise et plus de trois sur quatre projettent ou peuvent envisager de le faire.


Davantage de responsabilités professionnelles

Autre constat positif, 64% des employeurs interrogés ont déclaré que les diplômés possédant une expérience internationale se voient attribuer davantage de responsabilités professionnelles, une proportion qui a progressé de 51% depuis 2006.

Sur les anciens étudiants Erasmus interrogés, 77% occupaient des fonctions d’encadrement dix ans après l’obtention du diplôme, et 44% étaient davantage susceptibles d'occuper des postes d’encadrement que les anciens étudiants non mobiles.



Une plus grande mobilité professionnelle

La mobilité des étudiants favorise également la mobilité professionnelle future. 40% des anciens étudiants mobiles ont changé de pays au moins une fois depuis l'obtention de leur diplôme contre 23% des anciens étudiants non mobiles. En outre, 93% pourraient envisager de vivre à l’étranger (contre 73% des étudiants non mobiles).

Les anciens étudiants Erasmus sont au moins deux fois plus susceptibles de changer d’employeur que les étudiants non mobiles et 80% se disent attachés à l'Europe (rappelons que les échanges Erasmus sont limités à l'Europe).



Erasmus et employabilité : l'avis des employeurs

L'un des intérêts de l'enquête est aussi d'avoir recueilli l'avis des entreprises, qui jugent sur le terrain des qualités des personnes recrutées, et cela en adéquation avec leurs besoins réels.

Premier point : la part des employeurs qui ont considéré l'expérience à l’étranger comme importante pour l’employabilité a presque doublé entre 2006 et 2013, passant de 37% à 64%.

Mais le plus intéressant est de comprendre pourquoi : quelles sont les qualités les plus appréciées en entreprise chez celui ou celle qui a eu une expérience internationale.


Des compétences transversales avant tout

92% des employeurs qui ont participé à l'étude ont confirmé l'importance de six traits de personnalité pour l'employabilité: la tolérance à l'ambiguïté, la curiosité, la confiance en soi, la sérénité, la détermination et l'aptitude à résoudre les problèmes.

L'étude a ainsi clairement établi que ce sont ces six facteurs dits «memo©» (Monitoring, Exchange, Mobility, Outcomes), qui résument les bienfaits de l'expérience Erasmus, et non des compétences métiers ou linquistiques.

On retrouve ici l'importance croissante d'acquérir des compétences transversales et comportementales, les fameux soft-skills, dans un monde où l'environnement de l'entreprise ne cesse d'évoluer... Or le fait d'avoir quitté son pays, d'avoir plongé durablement dans une autre culture et d'y avoir travaillé prépare particulièrement bien à cela...


Avant et après Erasmus

Les étudiants Erasmus ont obtenu des valeurs plus élevées pour les six traits de personnalité que les étudiants non mobiles - même avant leur séjour à l’étranger. Au terme de leur expérience Erasmus, ils ont encore accru leur avantage de 42% par rapport aux étudiants non mobiles.

Après leur séjour à l’étranger, la moyenne des étudiants Erasmus atteignaient des valeurs «memo©» plus élevées que 70% de l'ensemble des étudiants.

En outre, 51% des étudiants mobiles et 52% des étudiants Erasmus ont accru leurs compétences sur le plan de l'employabilité, selon l'échelle des facteurs memo©.

Télécharger l'étude d'impact Erasmus ci-dessous (fichier PDF)

erasmus_impact_en.pdf erasmus-impact_en.pdf  (14.1 Mo)

Rédigé le Vendredi 3 Octobre 2014 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda