L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Débuter lorsqu'on n'a pas d'expérience (par définition) n'a jamais été facile. La crise économique semblerait accentuer la difficulté par certains côtés. Heureusement, elle ouvre aussi quelques voies aux débutants.


Jeunes diplômés contre expérimentés : à qui profite la crise ?
A priori, les profils expérimentés seraient les plus "favorisés" ou plutôt les moins touchés, le profil "idéal" étant toujours le jeune cadre de 2 à 10 ans d'expérience.

D'abord parce qu'en temps de crise, ce sont les CDD, les stages de fin d'études, les contrats d'intérim et de sous-traitance qui servent de variable d'ajustement. Pas de chance pour ceux qui finissent justement leur stage ou leur contrat d'apprentissage et lorgnaient sur une embauche... Beaucoup se retrouvent du coup comme ce malheureux Yannick Miel, le "jeune diplômé en solde", aux bancs des chercheurs d'emploi. Et tous au même moment, c'est le problème.

Deuxième handicap pour les débutants : les entreprises sont "à cran", et attendent de leur cadre, quand elles en recrutent, qu'il fasse des merveilles. Pour trouver de nouveaux marchés, de nouveaux clients, fasse rentrer des sous, revoit la stratégie, optimise les investissements, etc. Et là encore, le profil expérimenté a l'avantage et marque un deuxième point. Encore tant pis pour le jeune diplômé : les recruteurs n'ont pas du tout envie de prendre des risques...

Résultat du match : pour 2009, l'APEC anticipe une baisse de 20% à 30% des recrutements pour les cadres débutants, contre une évolution de +5% à -7% pour les jeunes cadres.

Là où les jeunes diplômés peuvent s'engouffrer

Heureusement, il y a tout de même quelques pistes pour débutants : les grandes entreprises qui poursuivent leur "renouvellement générationnel" et dont on a déjà parlé. Grandes banques de détail, BNP Paribas en tête, sociétés d'assurances, fonction publique, EDF...

Et puis, le salut pourrait bien venir aussi des services de recherche et développement (R & D). Pour les ingénieurs et les scientifiques, c'est une opportunité réelle, ainsi que pour des jeunes managers ou chefs de projet. Pour préparer la reprise et ne pas se faire doubler, voire pour assurer leur survie, plusieurs secteurs n'ont pas d'autres choix que de miser sur l'innovation : les télécoms, l'aéronautique (et même l'automobile), l'énergie, le bâtiment , les matériaux, l'électronique, l'informatique, les travaux publics... Des bataillons d'ingénieurs doivent être engagés dans les bureaux d'études, or les postes d'ingénieurs d'études sont traditionnellement occupés par de jeunes diplômés, tout droit sortis de l'école ou de la fac.

Rédigé le Vendredi 13 Mars 2009 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda