L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





La semaine de l'industrie permet de faire un zoom sur un métier en tension : celui de soudeu(se) que WordSkills France veut mettre en avant. Plus qu'un métier, la soudure est une vraie filière qui cherche des spécialistes jusqu'au niveau ingénieur.


Industrie : on recrute des soudeurs
Bonne idée de la part de WorldSkills France, qui organise les Olympiades des métiers, de faire un zoom sur ce métier mal-aimé d'entre tous dans l'industrie : celui de soudeur...

De fait, à l'heure des nouvelles technologies et du développement durable, le "soudeur" évoque les usines du 19ème siècle, le métal en fusion, le bruit, la faillite des aciéries françaises... Pas étonnant qu'il peine à attirer la génération Y.

Pourtant, les industries de pointe comme l'aéronautique continuent d'avoir besoin de ce métier de base qui consiste à assembler des pièces métalliques.


On s'arrache les soudeurs !
Résultat : les entreprises peinent à recruter des soudeurs, que ce soit à niveau ouvrier, technicien ou ingénieur. Car la soudure (ou le soudage) est en fait une filière qui a ses techniques, ses avancées et ses experts.

"37% des besoins de nos entreprises clientes restent non pourvus, faute de candidats adaptés", déplore François Béharel, président du groupe Randstad France. Trois secteurs sont particulièrement demandeurs : "Le nucléaire, la chaudronnerie, la pétrochimie s'arrachent les soudeurs et les embauchent tout de suite", explique François-Xavier Mornet, responsable Centre expert maintenance et métallurgie chez Randstad.

Pour convaincre les jeunes (et leur famille), à l’occasion de la semaine de l’industrie, du 7 au 13 avril 2014, WordSkills France met en avant le témoignage de Marine et Guillaume, deux jeunes soudeurs sacrés champions de France aux Finales des olympiades des métiers.

"Je suis totalement épanouie dans mon travail"

Issue d'une famille de soudeurs, Marine Bregeon, 26 ans, s'est passionnée très tôt pour ce métier presque exclusivement masculin. Elle a gagné les finales nationales des Olympiades des métiers en 2009 et a participé à la WorldSkills Competition de Calgary, au Canada.
"C’est là que j’ai rencontré mon employeur actuel, le PDG du Groupe DCNS (Division Énergies et Infrastructures Marines), fabriquant de sous-marins pour la marine nationale, raconte-t-elle. Après avoir travaillé comme formatrice en soudure, j'avais très envie de retourner sur le terrain et j’étais curieuse de découvrir ce secteur. J’ai rapidement été embauchée en CDI et je suis aujourd’hui totalement  épanouie dans mon travail !"

"J'ai la passion de l'acier"

Guillaume Masure, lui, a découvert la soudure au collège, en cours de technologie. Séduit par le travail des métaux, il décide d'en faire son métier. Après avoir été sacré champion de France lors des 41èmes Finales nationales des olympiades des Métiers en 2011, il obtient l'un des meilleurs scores jamais obtenus à l’international par un candidat français en soudage. Aujourd'hui, il est formateur à l'Institut de soudure et restaure de vieux véhicules en parallèle.

"J'ai toujours adoré travailler l’acier, dit-il. Depuis longtemps, je pratique la soudure dans le cadre de ma passion : restaurer et customiser des motos et des vieilles voitures. Aujourd’hui, cette passion représente la moitié de mes activités. Le reste du temps, je suis formateur, et je prends toujours un réel plaisir à transmettre mon savoir."

L'institut de la soudure : des formations de techniciens et d'ingénieurs
Un autre partenaire est aux côtés de WordSkills France pour faire connaître le métier de soudeur : c'est l'Institut de la Soudure, que j'avais découvert et évoqué dans un article sur les métiers de la mécanique pour reussirmavie.net.

Situé en Lorraine, ce groupe comporte deux écoles :
- L'École supérieure du soudage et de ses applications (ESSA) forme des ingénieurs en un an pour les fonctions les plus élevées de coordination en soudage. L'ESSA délivre deux diplômes : celui d'ingénieur ESSA, reconnu par la Commission des titres d"ingénieur, et le diplôme International Welding Engineer (IWE), délivré par l'Association française du soudage.


- L'École d'adaptation aux professions du soudage (EAPS) forme des en un an des techniciens supérieurs pour la fabricati​on des équipements soudés, l'assistance technique et l'appui commercial. L'EAPS délivre trois diplômes :

le certificat de coordonnateur en soudage et construction soudée de l'EAPS, reconnu au niveau 2 par la Commission nationale de la certification professionnelle, le diplôme International Welding Technologist (IWT), délivré par l'AFS, la licence professionnelle Production industrielle.


La semaine de l'industrie

Durant cette semaine de l’industrie, des centres régionaux de l’Institut de soudure se déplaceront dans les classes de jeunes pour faire connaître ce métier mal-aimé.

L'enjeu est non seulement de répondre aux besoins de l'industrie française mais aussi de faire connaître à des jeunes une filière métier qui recrute et pourrait passionner certains : 90% des jeunes soudeurs décrochent un emploi moins de 3 mois après la fin de leurs études et on recherche 3000 soudeurs chaque année d’après l'ONISEP.

Je vous rappelle par ailleurs que durant cette semaine de l'industrie, une quantité d'événements et de visites sont organisés, pour les jeunes mais aussi les adultes et les chercheurs d'emploi dans toutes les industries française, notamment les plus porteuses pour l'emploi : aéronautique, agro-alimentaire, industrie pétrolière, etc.

Le site du ministère permet de repérer ce qui se fait dans sa région, ainsi que par filière et métier. On trouve aussi sur le site du ministère nombre de témoignages vidéo de métiers.

www.redressement-productif.gouv.fr/semaine-industrie

Rédigé le Mardi 8 Avril 2014 | Commentaires (1) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Commentaires

1.Posté par Convention collective métallurgie ille et vilaine morbihan le 11/05/2016 14:16
On peut également rajouter que les jeunes soudeurs ont un emploi en moins de trois mois et sont également bien rémunérés.

Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda