L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





En 2015, les industriels de l'aéronautique recrutent tous azimuts, notamment sur les métiers de la production. Les ouvriers qualifiés sont particulièrement courtisés, d'où la campagne qui vient d'être lancée pour susciter des vocations...


Crédit : Gifas
Crédit : Gifas
Le salon du Bourget de juin 2015 approche, et j'en profiterai pour faire le tour des débouchés du secteur avec d'autant plus d'intérêt que je scrute ce marché de l'emploi depuis des années... et que les choses bougent.

Globalement, on le sait, l'industrie aéronautique recrute, et l'on parle déjà de 15 000 recrutements sur 2015, dont 8000 dans les entreprises directement liées au secteur (adhérentes du Gifas, le groupement professionnel de l'industrie aéronautique et spatiale) et 7000 chez des entreprises partenaires tant cette industrie de pointe irrigue de fournisseurs et de sous-traitants.


43% d'ingénieurs, 26% de techniciens, 31% d'ouvriers qualifiés

Contrairement à d'autres secteurs industriels, l'aéronautique évoque l'excellence, les prouesses technologiques et même, la passion... Pas besoin donc de convaincre les jeunes ingénieurs de rejoindre les groupes type Airbus, Dassault Aviation et Safran... Les cadres et ingénieurs représentent d'ailleurs 43% des recrutements (données 2014), ce qui en dit long sur l'élévation de compétences du secteur.

Les techniciens et agents de maitrise, eux, constituent 26% des embauches, et les ouvriers qualifiés 31% dans un secteur où les chaînes de production ne peuvent se passer de cette main d'oeuvre clé.

Or c'est sur ces profils d'opérateurs que les entreprises ont le plus de mal à recruter...


Pourquoi ce manque d'opérateurs ?

Les avions ont beau faire rêver, l'industrie, ce n'est pas un secret, peine à recruter des jeunes à l'entrée des filières adéquates, notamment des jeunes filles. Deux bacs professionnels (le diplôme de référence pour ce type de poste) conduisent pourtant à ces métiers : le bac pro aéronautique qui comporte deux options (mécanicien système cellule et mécanicien système avionique) et le bac pro technicien Aérostructure.

Il existe aussi deux CAP : Mécanicien cellule d'aéronefs (MCA) ou Electricien systèmes d'aéronefs (ESA). Mais ces diplômes ne sont pas proposés bien sûr partout en France... Certes, le secteur recrute aussi des titulaires de tous les autres bacs pro industriels (mécanique, électrotechnique, matériaux composites, etc), mais il se retrouve en concurrence avec les autres industries : l'automobile (qui repart), la métallurgie, l'énergie, l'agroalimentaire et la chimie...

Sans oublier que de plus en plus de jeunes de ces filières choisissent eux-aussi de poursuivre des études, notamment en BTS, asséchant ainsi le réservoir d'ouvriers qualifiés.


Des chaînes de fabrication qui tournent à plein régime

A la difficulté d'éveiller des vocations s'ajoute la variabilité des besoins de main d'oeuvre  : de par ses rythmes de conception, de développement puis de fabrication, l'aéronautique est sujette à des vagues d'accélération et de décélération, notamment dans les ateliers.

Or depuis quelques mois, si les bureaux d'études sont plutôt calmes (aucun grand programme n'étant en préparation pour un nouvel avion), la fabrication tourne à plein régime pour livrer les nombreuses commandes engrangées, et pas seulement chez les assembleurs : "De grandes difficultés persistent dans le tissu des PME et équipementiers pour attirer, former et intégrer des professionnels dans leurs ateliers", indique le Gifas.

J'avais déjà indiqué en août 2014 la priorité donnée au recrutement d'ingénieurs et de techniciens pour la production. Elle se confirme en ce mois de juin 2015, au niveau des opérateurs : "la priorité actuelle est d'assurer la montée en compétence technique des jeunes élèves et apprentis sur les métiers de la production", répète le Gifas.


Un plan de promotion des métiers

La filière vient donc de lancer avec Pôle Emploi et le ministère du Travail un "plan de promotion et d'attractivité des métiers". Des dispositifs vont proposer une "immersion professionnelle" à des jeunes diplômés ou des demandeurs d'emploi. Des événements, des salons emploi vont aider les PME à trouver leurs "oiseaux rares".

Un plan média va aussi mettre en avant ces métiers peu connus dont le public ignore en fait la technicité. Il faut encore une fois chasser l'image de "l'ouvrier d'usine" qu'on imagine travailler dans un milieu bruyant et sale sur des tâches pénibles et répétitives.


Des métiers qui requièrent des qualifications techniques assez poussées

L'aéronautique n'emploie plus que des ouvriers "qualifiés", dotés de qualifications techniques assez poussées : précision, recherche de la qualité, habileté manuelle, capacité à utiliser l'informatique industrielle, à lire des plans complexes et aussi... à lire et comprendre l'anglais.

De ce point de vue, la courte vidéo de présentation de ces métiers réalisée par le Gifas n'a rien d'exagéré : on y retrouve le professionnalisme et l'engagement que j'ai souvent repérés chez de jeunes pros rencontrés en reportage. Avec, toujours, la fierté de contribuer à des réalisations prestigieuses.

Ici, Estelle est ajusteur-monteur, Florian monteur aéronautique, Ilidio animateur d'équipe et Vivien régleur sur tour, un petit échantillon des métiers les plus demandés.

On recherche aussi des techniciens d'usinage, des chaudronniers (pour mettre en forme les pièces métalliques à assembler), des peintres aéronautiques, des spécialistes de matériaux composites.


L'apprentissage, une voie royale

La plupart des formations sont proposées en apprentissage, et le Gifas vient de mettre en place un dispositif permettant à plusieurs PME de se "partager" l'aide d'un apprenti, les "Parcours partagés d'apprentis".

C'est en effet une des meilleures façons de se former sur le terrain et de tester son goût pour telle ou telle tâche.


Où se renseigner sur les emplois et les formations ?

- Le site www.airemploi.org/ rassemble de nombreuses informations sur les formations et les métiers.

- Pour trouver des offres d'emploi, de contrats d'apprentissage : 
www.aeroemploiformation.com/

- Enfin durant le salon du Bourget du 19 au 21 juin, vous pouvez découvrir tous ces métiers "In Real Life" à travers L'Avion des Métiers : un avion grandeur nature servira comme en 2013 de cadre de démonstration aux grands métiers de la production (voir www.aviondesmetiers.com) Sans oublier le grand hall de l'espace Métiers et formations où l'on peut rencontrer tous les établissements spécialisés et de grands recruteurs.

- Voir les opportunités de formations aéronautiques en Normandie


- Téléchargez aussi la plaquette du Gifas (en pdf) :

Rédigé le Lundi 1 Juin 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda