L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





L'hôtellerie-restauration poursuit les créations d'emploi en 2016, mais quelques métiers et filières sont plus porteurs que d'autres. Le secteur offre aussi de nombreuses opportunités de reprise d'établissements du fait de départs en retraite.


Hôtellerie-restauration : les métiers et filières qui recrutent le plus
Véritable poids lourd pour l'emploi, l'hôtellerie-restauration n'a pas achevé sa croissance. Sur la période 2012-2022, France Stratégie avait prévu le recrutement de 117 000 postes d'employés et d'agents de maîtrise (dont 72 000 créations d'emploi), 107 000 postes de cuisiniers (dont 43 000 créations) et 85 000 postes de cadres et patrons d'hôtels, cafés ou restaurants (dont 62 000 liés à des départs en retraite).

Je n'ai pas l'habitude de vous assommer de chiffres, mais ceux-là sont impressionnants. Certes, le travail saisonnier reste très important. et les débouchés extrêmement variables selon les régions. Il n'en reste pas moins que certaines filières ou métiers sont des valeurs sûres en terme de débouchés.


La cuisine toujours super star

Les cuisiniers, mais aussi les commis, restent en tête des métiers les plus recherchés du secteur. La médiatisation de la profession - via les nombreuses émissions de télévision mettant en scène de jeunes cuisiniers ou pâtissiers - a certes boosté le recrutement des CFA (centres de formation d'apprentis). Mais tous ne vont pas au bout et il faut, dit-on, dix ans de pratique pour faire un chef. Moralité : les chefs et les seconds de cuisine sont  toujours qualifiés de "pénuriques".

Plus spécialisés, les sommeliers seraient aussi très recherchés du fait du déploiement des bars à vin et de l'expansion continue du tourisme. On peut apprendre le métier en faisant la "mention complémentaire" Sommellerie", spécialisation d'un an après un CAP ou un bac pro restauration. Les jeunes seraient souvent embauchés avant la fin de leur formation.

Enfin, les métiers du service ont aussi des besoins, notamment les chefs de rang et les serveurs qualifiés (par exemple en flambage et découpage) très recherchés dans la restauration gastronomique.


La restauration collective, trop souvent oubliée

Beaucoup moins glamour, le secteur de la restauration collective (écoles, hôpitaux, entreprises) est aussi très recruteur et peine à séduire les jeunes. Et il est en pleine expansion du fait de l'augmentation du  nombre de maisons de retraite, et de la croissance du nombre de repas pris par les Français hors de leur domicile.

La restauration collective cherche 16 000 cuisiniers par an et un certificat de spécialisation a dû être créé. Mais le secteur offre aussi des opportunités pour des employés de service, des chefs de production et des managers. Son gros avantage est d'offrir des horaires de travail plus compatibles avec la vie personnelle que la restauration classique. Les postes y sont stables (en CDI) et les évolutions de carrière rapides.


De belles évolutions de carrière dans la restauration rapide

Pour qui veut monter en grade et n'a pas forcément de formation spécialisée au départ, les groupes de restauration rapide offrent de belles opportunités. Ils recrutent chaque année des milliers "d'équipiers" en CDI, le plus souvent à temps partiel. C'est le poste type occupé par des étudiants qui cherchent à financer leurs études durant un temps. Mais souvent aussi, les équipiers deviennent managers et acquièrent ainsi une précieuse expérience d'encadrement.

Globalement, l'hôtellerie-restauration est un des secteurs où la promotion interne est la plus répandue : deux-tiers des postes d'encadrement sont occupés par d'anciens employés montés en grade. Les chaînes comme le groupe Flo, recrutent aussi chaque année des dizaines d'employés polyvalents.


Hôtellerie : de la réception au management

Et l'hôtellerie ? En volume de recrutement, le métier de réceptionniste est celui qui recrute le plus. Dans ce secteur, la connaissance des langues et le savoir-être sont déterminants.

Les grands groupes hôteliers recrutent aussi des managers, mais les emplois de cadres sont bien sûr moins nombreux et vu le nombre d'écoles de management hôtelier, les demandes d'emploi sont un peu supérieures aux offres. Pour ces carrières cependant, le marché de l'emploi est international.

Là encore, quelques compétences peuvent faire la différence : la maîtrise de plusieurs langues, celle des outils numériques et de webmarketing, ou même une formation plus spécialisée en revenue management ou yield management (pour gérer les prix et les réservations en fonction des périodes).

Last but not least, un grand nombre d'établissements, restaurants, bars ou hôtels vont être à reprendre dès maintenant et dans les années qui viennent. Les plus petits ne s'en sortent souvent qu'en rejoignant des chaînes ou en se positionnant sur des créneaux innovants. L'entrepreneuriat et le talent font déjà des merveilles dans le secteur de l'accueil et de la gastronomie.


Quelques grands recruteurs

Restauration rapide
- KFC : www.kfc-recrute.fr
- McDonald's : www.mcdonalds.fr

Restauration collective et chaînes
- Groupe Elior : www.elior.com
- Groupe Flo : www.groupeflo-recrute.com
- Tablapizza : www.tablapizza.fr

Hôtellerie
- AccorHotels : www.jobs.accor.com
- Louvre Hotels Group : www.louvre-hotels.com

Groupes de loisirs
- Club Med : www.clubmedjobs.com
- Disneyland Paris : http://disneylandparis-casting.com

Rédigé le Vendredi 10 Juin 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Nouveau commentaire :
Twitter


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda