L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi


Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi





Le Forum Emploi Jeun'ESS #FJESS du 5 juin à Paris propose 600 offres d'emploi dans des associations, des coopératives, des startups ou des groupes privés qui appartiennent à la jeune "économie sociale et solidaire" (ESS). Un secteur qui sort de l'amateurisme et cherche de vrais talents.


#ESS Des recrutements dans l'économie sociale et solidaire
Que l'économie sociale et solidaire recrute, on l'entend beaucoup dire, mais rien de tel qu'un Forum Emploi pour juger de la réalité de cette affirmation.

De fait, plus de 30 recruteurs participent à ce Forum Emploi organisé le 5 juin au CIDJ Paris, et délibérément orienté vers les jeunes, étudiants, jeunes diplômés ou sans formation. A eux tous, ils revendiquent  plus de 600 offres, comprenant des stages, des CDD et des CDI.


Des associations, des mutuelles, des startup

Il faut dire que derrière la bannière "ESS", on trouve des employeurs extrêmement différents  :

- plusieurs associations oeuvrant sur le terrain de l'ESS comme l'ADIE, organisme de micro-crédit pour les jeunes entrepreneurs, AVISE, agence de conseil, le MOUVES qui fédère des entrepreneurs sociaux, DLA (Dispositif Local d'accompagnement), Yump Académie qui aide les entrepreneurs sociaux à bâtir des business plans, Mozaïk RH, cabinet de recrutement spécialiste de la diversité...
- des associations connues dans l'univers de l'animation : l'UCPA, Concordia qui organise des chantiers internationaux ;
- un réseau de services à la personne : ADMR,
- de grandes mutuelles ou coopératives : la LMDE, la MGEN, la MAIF, le Crédit coopératif, le groupe Chèque déjeuner...
- des associations ou fondations à orientations humanitaire ou sociale : la Croix-Rouge, Emmaüs France, la Fondation de France, Unis-Cité (qui emploient des jeunes en service civique) ;

Enfin, quelques structures plus novatrices comme Repar'Lab, association qui sensibilise à la réparation en organisant des "repar’Lab" privés pour les entreprises ou publics pour les particuliers, Phenix, entreprise sociale qui redonne une utilité aux produits en fin de vie à travers la gestion d'invendus, Arizuka, premier site de crowdfunding dédié à la solidarité, à l’innovation sociale et au développement durable, etc.

Des offres d'emplois à tout niveau de formation

Ce côté un peu hétéroclite des recruteurs explique la diversité des offres qui ont une particularité : il y en a pour tous les niveaux de formation.

Pour les jeunes sans formation toutefois, les CDD dominent. Ainsi l'association Concordia propose 120 postes d'animateurs(trices) techniques, chargés de l'encadrement de chantiers internationaux dans diverses régions de France

L'UCPA cherche aussi des animateurs BAFA et sportifs saisonniers. En CDD toujours, des offres pour 30 employés polyvalents de cafétéria, et 4 postes en CDI pour des auxiliaires de vie sociale (niveau CAP/ BEP).

Pour les jeunes de niveau bac, encore beaucoup d'offres de CDD pour des animateurs socio-culturels, des aide-comptables, des agents administratifs, des techniciens d'intervention familiale et sociale, des animateurs scientifiques pour l'été, et des CDI de réparateurs en téléphonie...

Pour les bac+2/3 : des postes sur des fonctions classiques comme assistant RH, secrétaire assistant(e), assistant de gestion, agent administratif, commercial...

Pour les bac+4/5, les offres en CDI sont plus nombreuses, signe que les structures de l'ESS ont besoin de cadres pour déployer leurs activités : directeur d'établissement dans les services à la personne, développeur informatique, chargés de clientèle, chef de projet en micro-finances, chargé(e) de communication digitale, chargé de mission en création d'entreprise, etc.
 

Egalement de nombreux stages et contrats en alternance comme commercial en assurance, téléconseiller, webdesigner, chargé de projet, développement RH, animateur de réseau associatif...


Tous les métiers de l'entreprise

Un panorama qui confirme en tout cas qu'il n'y a certainement pas une voie ou une formation pour travailler dans l'économie sociale et solidaire. Le secteur a besoin des mêmes compétences que d'autres et on retrouve dans ces offres toutes les fonctions classiques de l'entreprise : RH, finance, développement commercial, management...

Une bonne nouvelle pour ceux qui cherchent à se réorienter et seraient tentés par des structures qui ont l'avantage de donner du sens à l'engagement professionnel.

Les plus jeunes, eux, ont tout intérêt à poursuivre des études classiques - écoles de commerce, BTS, communication, immobilier, finance - et à colorer leur parcours par des stages dans ces diverses structures s'ils visent à terme un emploi dans le secteur.

Les CDI, encore relativement peu nombreux, devraient s'étoffer dans les mois qui viennent, si la toute nouvelle loi encadrant l'économie sociale et solidaire produit le fruit attendu.

Lire aussi :
Logement social : une branche de l'ESS en quête de compétences

Rédigé le Jeudi 5 Juin 2014 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest


Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets






Agenda