L'actu des débo L'actu des débo

Indiscrétions sur  les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi



Tuyaux sur les formations et les métiers qui mènent vraiment à l'emploi






Plus de 10 000 recrutements de profils numériques sont prévus en France d'ici la fin 2017, dont 83% de CDI et 63% créations de poste selon l'enquête réalisée en mars par Frenchweb. Et les plus gros recruteurs sont...


Top 100 des entreprises qui recrutent dans le numérique
La fièvre numérique qui conduit à une transformation rapide des compétences et des emplois ne lâche pas les entreprises françaises. Mais le mérite des classements publiés régulièrement est d'identifier les entreprises qui recrutent (le plus) et le type de poste sur lesquels les emplois sont créés.

Le top 100 réalisé en mars 2017 par le site frencheweb.fr - média de l'innovation numérique - confirme d'abord l'importance des besoins : plus de 10 000 recrutements de "profils numériques" sont prévus d'ici la fin de l'année 2017 dont 83% en CDI et 63% seront des créations de postes. Sans compter les recrutements massifs dans les entreprises de service numérique (ESN, ex SSII) qui ont été exclues de cette enquête.


Les trois secteurs qui recrutent le plus

On retrouve d'abord le grand secteur Banque Finance Assurance qui poursuit sa "transition numérique", avec une élévation continue des compétences et une transformation des services offerts qui provoquent à la fois des destructions et des créations d'emplois.
Ce blog mettant l'accent sur les "débouchés" - et donc les créations - je ne m'attarderai pas sur les emplois qui disparaissent mais vous invite à observer dans le Top 100 le profil des emplois recherchés dans ces grands groupes : vous noterez l'importance des "Data Analysts" ou "Data Scientists", un métier porteur qui trouve dans ce secteur de l'économie un débouché évident.

Viennent ensuite les éditeurs de logiciels - une valeur sûre - et le e-commerce où l'on trouve un grand nombre d'entreprise de taille moyenne (100 à 200 salariés) voire supérieure. Les trois entreprises arrivant en tête du classement représentent d'ailleurs ensemble les trois secteurs de tête : OVH (hébergement, cloud computing), Vente-privee.com (e-commerce) et BNP Paribas (Banque Finance).
Rédigé le Lundi 17 Avril 2017 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Les métiers de la vente, de l'informatique et de l’hôtellerie-restauration représentent 1 offre d’emploi sur 4 en France, selon l'enquête réalisée par le moteur de recherche d'offres d'emploi en ligne Adzuna en février 2017. Le site en a tiré son "Top 10 des métiers qui recrutent".


Top 10 des métiers qui recrutent le plus en 2017
J'attire d'emblée votre attention sur le fait que ce Top 10 des métiers qui recrutent n'a pas été réalisé sur l'ensemble des offres d'emploi diffusées en France, mais sur les offres brassées par le moteur Adzuna. 

Mais tout de même. Adzuna a analysé près de 795 000 offres disponibles sur son site en février 2017, et ses résultats viennent corroborer de nombreuses observations tendancielles du  marché de l'emploi. Ce genre d'enquête a aussi l'avantage de quantifier la notions de "débouchés" et de permettre des comparaisons entre métiers ou secteurs. De quoi vous donner quelques éléments objectifs pour répondre à la question rituelle de votre petit neveu : "Quels métiers choisir pour avoir un emploi ?"


Les métiers de la vente en tête

Demain nous échappe encore mais parlons d'aujourd'hui. Selon l'enquête Adzuna, en février 2017, les métiers de la Vente caracolaient en tête des métiers les plus demandés, avec 80 360 offres d’emploi disponibles (soit 10,1% du total).

Adzuna explique : "L’économie française a connu de nombreux signes d’amélioration en 2016 et les prévisions de croissance sont optimistes pour l’année à venir, à +1,5%. Confiantes, les entreprises cherchent à étoffer leurs forces commerciales".
"Les profils de commerciaux sont également parmi les plus difficiles à recruter, avec des compétences attendues qui diffèrent de celles disponibles. Cette pénurie participe à gonfler le nombre de postes (encore) à pourvoir", ajoute Hyacinthe Mutin, Country Manager France d'Adzuna.
Rédigé le Mardi 28 Février 2017 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Le moteur d'offres d'emploi Adzuna publie une étude sur les métiers verts. Le domaine offrant le plus d'emplois est celui du traitement des eaux usées, suivi par la prévention des risques environnementaux et l'éco-construction. Des métiers très techniques où les plus qualifiés ont de belles perspectives notamment salariales.


Les métiers de l'économie verte qui recrutent le plus
Il est toujours intéressant de se pencher sur ce type d'étude pour mieux comprendre où se situent les gisements d'emplois du développement durable.

Adzuna a analysé les données des plus de 750 000 offres disponibles sur son site en septembre 2016, afin de déterminer quels sont les métiers liés à la protection de l'environnement les plus recherchés par les recruteurs, où ils se situent géographiquement, et quels salaires les candidats peuvent espérer gagner.


Le traitement des eaux usées : 1/5ème des offres
   
Comme de précédentes études l'ont déjà montré, le marché de l'eau est bien le plus grand vivier d'offres d'emplois verts en France puisqu'il regroupe 21,4% des offres liées à la protection de l'environnement. Concrètement, il s'agit de toute la filière du traitement des eaux usées qui emploie énormément de techniciens.

Viennent ensuite les métiers liés à la prévention des risques environnementaux (15,0% des offres) : c'est là sans doute un débouché en croissance car de plus en plus d'activités industrielles recrutent désormais des techniciens et des ingénieurs chargés de veiller à la prévention des risques.
Rédigé le Vendredi 23 Septembre 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

En 2016, les cabinets de conseil vont recruter environ 8000 personnes dont 4000 jeunes diplômés, soit près de 34% de plus qu'en 2015 d'après l’étude de Consult’in France - Syntec Stratégie et Management. Les consultants expérimentés sont aussi très recherchés.


Cabinets de conseil : les recrutements de jeunes diplômés encore en hausse
Avec une activité en hausse de 6,3% sur un an, le conseil reste le premier recruteur de jeunes diplômés de niveau bac+5 et en 2016, le secteur en recrutera jusqu'à 4 000, au lieu de 3 000 en 2015.

Sans surprise, la moitié sont issus d'écoles d'ingénieurs et l'autre d'écoles de commerce.
"Mais les cabinets cherchent à diversifier leurs recrutements et s’ouvrent à d'autres types de formation", indique l'étude annuelle Consul'in France – Syntec Stratégie et Management qui dresse un tableau de l'emploi dans le secteur. Les consultants commenceraient ainsi à accueillir des profils universitaires dotés de compétences pointues en finance, économie, gestion ou droit, etc.


Les profils types les plus appréciés

Le candidat coeur de cible pour les recruteurs reste cependant le diplômé d'une grande école. On exige désormais de lui ou d'elle une expérience à l'étranger au travers d’un stage ou d’une double formation, 39% de l'activité des cabinets se faisant à l’international, soit directement soit au travers de réseaux.

Faut-il le préciser, l'anglais comme langue de travail est devenu incontournable, et une troisième langue constitue un véritable avantage.
Rédigé le Mardi 14 Juin 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

L'Institut de l'internet et du multimédia (IIM) ouvre en septembre 2016 une nouvelle formation de responsable e-marketing en alternance. Elle est accessible à niveau bac+3 en contrat pro ou d'apprentissage, un très bon plan pour s'insérer.


Marketing digital : une nouvelle formation en alternance à l'IIM
A ceux qui me demandent sans cesse de bons tuyaux d'orientation pour leurs enfants, leurs neveux ou eux-mêmes, je n'hésiterais pas à conseiller ce nouveau cursus qu'ouvre à la rentrée 2016 l'Institut de l'internet et du multimédia.

L'IIM, c'est une des premières écoles des métiers de l'internet, puisqu'elle fut créée en 1995. Elle a donc fait ses preuves d'autant qu'elle est portée par le dynamique groupe d'enseignement supérieur Léonard de Vinci basé dans le quartier d'affaires de Paris La Défense (92) qui comporte aussi une école d'ingénieurs (ESILV) et une école de management (EILV).

Les écoles du groupe ont toujours noué des liens étroits avec un beau réseau d'entreprises, mais cette fois l'IIM va plus loin en proposant une formation entièrement en alternance, ouverte aux titulaires d'un bac+3 voulant décrocher un bac+5.


Une formation de responsable e-business / e-marketing de 2 ans

L'école explique qu'elle veut "répondre à la forte demande des étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études en alternance". En clair, elle voyait fuir chaque année un certain nombre de ses diplômés de bachelor (bac+3) vers des formations en apprentissage présentant l'immense avantage d'être gratuites, rémunérées et offrant une expérience professionnelle longue appréciée des entreprises.

L'IIM ouvre donc en septembre 2016 une formation de responsable e-business / e-marketing en 2 ans que l'on pourra préparer en contrat d'apprentissage ou en contrat de professionnalisation. Elle débouchera sur un titre professionnel certifié de niveau I (bac+5) offrant en plus d'excellents débouchés.
Rédigé le Mardi 31 Mai 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

La part du travail indépendant augmente en France d'après une enquête récente. Une conséquence du chômage mais aussi de la montée de formes de travail plus souples : co-working, télétravail, temps partagé... Le site emploi Flexjob.fr s'est mis sur le créneau.


Travail indépendant, télétravail, flextime... et si on travaillait autrement ?
Sur fond d'adoption tendue de la fameuse "loi travail", la flexibilité du travail fait débat. Va-t-on vers une saine fluidité qui va dynamiser le marché de l'emploi ou une précarisation des travailleurs qui ne relancera pas la machine, je ne me lancerai dans une énième analyse, ce n'est pas le lieu de ce blog.

Restons plutôt ici sur les pistes concrètes, les débouchés naissants pour les jeunes - et moins jeunes - diplômés qui ratissent le marché à la recherche de la perle rare : le job qu'il leur faut ici et maintenant.

Impossible de ne pas signaler les "nouvelles formes de travail", à commencer par le travail indépendant, qui n'a rien de nouveau en France que le statut d'auto-entrepreneur créé en 2009.


Travail en free-lance : le type de contrat qui progresse le plus

Une enquête du site emploi Vivastreet réalisée au premier trimestre 2016 souligne une augmentation nette de la part du travail indépendant. L'enquête a été réalisée sur les 27 830 offres mises en ligne sur le site par des TPE et PME (hors grands comptes et intermédiaires du recrutement) et elle montre qu'en un an, les annonces destinées aux indépendants ont connu une hausse de 15% (de 6 428 offres à 7 398 pour le premier trimestre 2016 par rapport à la même période en 2015).

C'est le type de contrat de travail qui a le plus progressé selon les résultats de cette enquête. Reste à comprendre ce qu'il y a derrière.
Rédigé le Lundi 16 Mai 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Un cabinet de recrutement spécialisé dans les profils numérique, informatique et télécoms (IT), Clémentine, a établi sa liste des "tops et des flops des métiers du digital et de l'IT". Les Data Scientists, experts en cybersécurité ou web analysts restent en tête.


IT et digital : les métiers qui montent et ceux qui ralentissent
Le numérique recrute à vive allure, on le sait, mais sur quels métiers exactement ? La réponse est moins claire, d'autant que la digitalisation de l'économie touchant de nombreux métiers, on a du mal à identifier les filières (et les formations) pouvant conduire à cette nébuleuse.

D'où l'intérêt de l'analyse publiée par le cabinet Clémentine, expert des métiers du numérique qui accompagne la croissance de startups ou de groupes comme Critéo, BlablaCar, LeBonCoin, PriceMinister mais aussi Orange Business Services, etc.


Ne pas oublier le métier de développeur, toujours très pénurique

Pour la troisième année, le cabinet a compilé l'ensemble des postes pour lesquels ses consultants ont été sollicités tout au long des 12 derniers mois afin de dresser un panorama des profils les plus recherchés, ses "tops", et leur a opposé des postes en perte de vitesse, ses "flops".

Attention toutefois à ne pas surinterpréter la mention des "flops" : même si certains métiers sont moins demandés ces derniers mois, cela ne veut pas dire qu'il n'offrent plus de débouchés et qu'il ne faudrait plus s'orienter vers ces spécialités... Ainsi des métiers des télécoms.

D'autre part si les développeurs web ne figurent pas dans la liste des "tops", c'est que le cabinet Clémentine n'a pas identifié de changement par rapport aux années précédentes : "Mais les besoins de développeurs sont toujours très importants, souligne Emmanuel Stanislas, directeur de Clémentine. Le métier reste très pénurique malgré la création de nouvelles formations du fait de la digitalisation de toute l'économie : les développeurs sont recherchés par les entreprises du numérique, mais aussi toutes les autres". Selon ce professionnel du recrutement, le développement informatique constitue d'ailleurs aujourd'hui une belle opportunité pour les autodidactes, d'autant que l'on dispose désormais d'une multitude d'outils pour parfaire sa formation en ligne.

Les métiers qui émergent dans les tops du classement Clémentine sont donc ceux qui connaissent une récente augmentation des offres d'emploi.
Rédigé le Mercredi 9 Mars 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Le moteur de recherche d'offres d'emploi Adzuna publie un top 10 des métiers qui recrutent en ce début 2016. Surprise : les métiers de la sécurité et de la sûreté arrivent en deuxième position, juste derrière l'informatique.


Les métiers de la sûreté et sécurité récoltent le salaire de la peur
Et encore un top 10 des métiers qui recrutent, cette fois établi en janvier 2016 par le moteur de recherche d'offres d'emploi Adzuna. Sans surprise, sur près de 550 000 offres d’emploi en France, l'informatique arrive toujours en tête avec 82 745 offres d’emploi disponibles (soit 15,1% du total).

Dire que les métiers de l'informatique recrutent (beaucoup) n'est pas un scoop et, pour une fois, je ne m'étendrai pas sur la "transformation digitale" qui n'a pas l'air de ralentir, au contraire : ainsi le nombre d'offres d’emploi disponibles sur ces métiers en janvier 2016 a augmenté de +14% par rapport à la même période en 2015.


A la deuxième place sur le podium

C'est plutôt le numéro deux de ce tableau qui m'a intéressée car ce sont des métiers moins en vue, ceux de la sécurité et de la sûreté. Des métiers plutôt moins qualifiés, recrutant sur des postes de niveau CAP à bac+2, qui voient actuellement les embauches croître ainsi que les salaires proposés.

Ainsi avec 41 039 offres d'emploi, les métiers de la sécurité et de la sûreté représentaient sur Adzuna 7,5% des offres en janvier 2016.
Rédigé le Vendredi 5 Février 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Le marché de l'emploi des cadres devrait bien se porter en 2016, avec 195 000 embauches prévues contre 100 000 départs en retraite. L'informatique arrive en tête des secteurs recruteurs, suivie par le conseil aux entreprises et la banque-assurance.


Les secteurs qui vont recruter le plus de cadres en 2016
Pour les jeunes diplômés qui vont arriver sur le marché du travail en 2016 avec un bac+5, l'horizon semble favorable puisque l'emploi des cadres devrait retrouver un niveau élevé, proche dit-on des niveaux d'avant la crise de 2008-2009.

Selon le ministère du Travail en effet, 195 000 cadres devraient être recrutés en 2016. Certes, les profils les plus demandés seront toujours les professionnels ayant 3 à 10 ans d'expérience, mais les autres profils bénéficieront tout de même de cette embellie.



Trois locomotives : informatique, conseil, banque et assurance

La chronique publiée par Le Monde Emploi du 19 janvier avec le site emploi Monster identifie les trois secteurs les plus porteurs pour les embauches en 2016 : sans surprise, l'informatique arrive en tête avec 35000 cadres dont de nombreux ingénieurs. Puis le grand ensemble des métiers juridiques, comptables et de conseil aux entreprises pourrait recruter 16 500 cadres.

Enfin, la banque assurance, malgré les fermetures d'agences annoncées , recruterait 12 000 personnes à niveau cadre. Ce secteur garde en effet un poids important dans l'économie et d'autre part le niveau de qualification requis a tendance à augmenter, ce qui favorise l'emploi cadre.
Rédigé le Vendredi 22 Janvier 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Le réseau social professionnel publie son top25 des compétences les plus recherchées sur sa plateforme. L'informatique truste le tableau mais en France, quelques autres compétences restent rares...


Les 25 compétences les plus recherchées en 2015-2016 sur LinkedIn
LinkedIn a publié le 9 janvier 2016 son classement annuel des 25 compétences les plus recherchées par les employeurs... à l'aune des annonces postées sur son réseau par les entreprises en 2015.

Le réseau ayant un prisme centré sur les cadres, les grandes organisations et, par principe, les professionnels "connectés", son classement présente évidemment un biais : il ne reflète pas les besoins de tous les employeurs, notamment de ceux qui recrutent sur les métiers les moins qualifiés et qui offrent pourtant un grand nombre d'emplois.

Les résultats restent pourtant très intéressants en terme de dynamique et de comparaison.


Les compétences informatiques restent reines partout

Comme l'an dernier, LinkedIn a établi son top 25 pour le monde entier et pour plusieurs grands pays : l'Afrique du Sud, l'Australie, le Brésil, le Canada, les Émirats Arabes Unis, les Etats-Unis, la France, l'Inde, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Quatre nouveaux pays et non des moindres ont été pris en compte en 2015 : l'Allemagne, la Chine, l'Irlande et Singapour.

Résultat : comme le Top 25 établi en 2014 et publié il y a un an auquel je vous renvoie, les compétences informatique restent reines partout, avec quelques changements à la marge.

L'analyse des compétences les plus recherchées en France offre aussi certaines particularités.
Rédigé le Mercredi 13 Janvier 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Deux études récentes, l'une de l'Apec, l'autre de l'IAB France, dressent l'état des lieux des métiers dans le marketing digital. Une chose est sûre : les débouchés vont continuer à grossir avec le déploiement de nouvelles compétences stratégiques pour les entreprises. Et les jeunes diplômés seront bien placés.


Les nouveaux métiers du marketing digital : jeunes diplômés, foncez !
Je dois le confesser : ces deux études, fort intéressantes, m'avaient échappé jusqu'à la remise à jour sur le site reussirmavie d'un article de base sur les métiers du marketing.

L'APEC a édité en 2015 dans sa collection "Référentiels des métiers cadres", une brochure dressant une cartographie complète des métiers du marketing digital où il apparaît qu'en réalité, tous les métiers "traditionnels" du marketing se digitalisent. D'où l'atout des Digital Natives qui peuvent apporter sur ces postes leur agilité numérique.


Des postes classiques qui se digitalisent et de nouveaux métiers

Exemple ? Le responsable marketing opérationnel doit désormais décliner la stratégie marketing de son entreprise sur tous les supports  : on-line, off-line et mobile. Il faut en effet tenir compte de la multiplication des canaux de vente et de communication avec les clients ou prospects, et notamment de tous les supports digitaux. "C’est un poste particulièrement recherché par les entreprises qui nécessite des compétences polyvalentes", indique le document de l'Apec.

De même les pros chargés du marketing de la relation client ou CRM ont vu leurs outils se transformer avec les techniques d’email marketing, ou de personnalisation et de fidélisation en ligne.

Mais la digitalisation de l'économie fait aussi apparaitre de nouveaux métiers ou compétences marketing...
Rédigé le Vendredi 8 Janvier 2016 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Une étude du cabinet de recrutement Michael Page montre que les cadres commerciaux sont particulièrement recherchés et mieux payés dans l'industrie. Plus que jamais, les compétences technico-commerciales ont la cote.


Cadres commerciaux, l'industrie vous tend les bras !
L'étude du cabinet Michael Page lève le voile sur la catégorie "fourre-tout" des "cadres administratifs et commerciaux" qui représentent 1,2 million de personnes, soit un quart des cadres en France.

Réalisée auprès de 900 cadres commerciaux, elle souligne ce que j'ai souvent indiqué sur ce blog : le secteur de l'industrie est d'autant plus porteur pour les commerciaux qu'il souffre d'un déficit d'image, notamment auprès des jeunes diplômés qui ignorent souvent ce "continent caché".


Des salaires nettement supérieurs

Et pourtant, les entreprises industrielles ont un besoin vital de profils à la fois techniques et commerciaux, ce qui se traduit très concrètement par de belles offres salariales : l'étude montre que les entreprises du secteur industriel valorisent la rareté de ces cadres en leur offrant une rémunération moyenne de 65,1K€ par an, soit un salaire supérieur de 3,6K€ par rapport à la moyenne du domaine de la grande consommation et de 4,8K€ par rapport à celle du secteur des services.

Voilà qui pourrait redorer l'attractivité de l'industrie, non ?
Rédigé le Mercredi 9 Décembre 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Sur octobre et novembre 2015, l'industrie et le commerce sont les secteurs qui ont offert le plus d'emplois d'après le baromètre établi par le site emploi Qapa. L'enquête prend aussi la température de l'emploi par région.


Industrie et commerce, deux gros moteurs pour l'emploi
Si l'on voulait parodier Sully pour qui (il y a bien longtemps) "labourage et pâturage étaient les deux mamelles de la France", on pourrait dire qu'en cet automne 2015, l'industrie et le commerce restent deux moteurs essentiels pour l'emploi.

La preuve avec les résultats de l'enquête de Qapa qui a analysé plus de 220 000 offres d'emploi actives sur le web du 1er octobre au 20 novembre 2015 et cela sur les 22 régions de France,


Le tiercé des secteurs recruteurs : industrie, commerce, BTP

Résultat : dans 11 régions de France, c'est l'industrie qui arrive en tête avec plus de 24 684 offres d'emploi au total. Cela vous surprend ? Le mouvement global de désindustrialisation est pourtant réel (voir par exemple l'emploi automobile), mais il est sans doute compensé par la nécessité de remplacer des départs en retraite et de pourvoir des postes exigeant des compétences techniques bien spécifiques.

En deuxième position, le secteur du commerce et de la vente enregistre 19 366 offres sur seulement 7 régions, juste devant le secteur BTP et construction à la troisième place de classement avec 8 619 offres d'emploi sur 4 régions principales.

Des chiffres encourageants donc, même s'ils restent largement insuffisants pour entamer le niveau global du chômage qui a connu une nouvelle augmentation en cet automne.
Rédigé le Vendredi 27 Novembre 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Malgré l'hémorragie de la production en France, l'automobile recrute des profils liés à l'essor de l'hybridation, de l'électrique et des voitures connectées. On cherche aussi des techniciens du diagnostic, des carrossiers, des peintres et des chefs d'atelier de réparation.


Contrôle qualité à l'usine PSA de Sochaux.
Contrôle qualité à l'usine PSA de Sochaux.
Le 4ème salon de l'emploi automobile qui se tient le 20 novembre à Paris propose 500 postes aux candidats. A cette occasion, L'Argus et Autorecrute dressent un état des lieux du marché de l'emploi dans ce secteur qui représente tout de même encore 9% des actifs en France ; et celui-ci se révèle pour le moins paradoxal.

Sur un plan global, l'industrie automobile française a subi une véritable hémorragie puisque de 2001 à 2011, elle a perdu 30% de ses effectifs. Et malgré une très légère reprise, la tendance reste orientée à la baisse en France : 32 usines ont encore fermé au premier semestre 2015 dans l’Hexagone, contre 21 un an plus tôt.


De 20 000 à 26 000 embauches en vue chaque année

Selon la dernière étude du BIPE, la balance embauche/perte d’emploi dans l’activité automobile reste déficitaire sur la période 2010-2020. Elle est de - 3% chez les constructeurs, de - 4% pour les équipementiers de rang 1 (ceux qui traitent directement avec les constructeurs) et de - 2% pour ceux de rang 2 (qui traitent avec le rang 1).

Or, Paradoxalement, cette même étude révèle que les filières embaucheront entre 20 000 et 26 000 personnes chaque année. Des recrutements ciblés sur des compétences nouvelles, mais aussi sur certains profils plus recherchés.
Rédigé le Vendredi 20 Novembre 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

Le site emploi Adzuna a analysé les offres d'emploi du secteur IT en terme de volumes, de salaires et de compétences. L'emploi est surtout en croissance dans les startups et sur des postes liés à l'internet mobile.


Numérique : l'emploi tiré par les startups et l'internet mobile

Le secteur du digital et de l'informatique représente environ 19% des offres d'emploi proposées en France, d'après la dernière enquête du moteur de recherche Adzuna réalisée sur plus de 500 000 offres d'emploi.

C'est donc un vrai moteur sur le marché du travail quoique sur un an, Adzuna observe une baisse de 1,5% des offres par rapport à l'année dernière à la même époque. Le salaire moyen aussi est en baisse (-0,55%) à 34 166 €, ce qui reste tout de même supérieur de 4,6% au salaire moyen proposé en ce moment.

 
Startup : +22% d'offres d'emploi en un an


En réalité le dynamisme de l'emploi est bien réel, mais il est circonscrit à l'univers des startups et de certaines compétences.

En effet dans les startups, le nombre d’emplois a augmenté de 22% en 1 an. En revanche le salaire moyen proposé y est de 33 500€, soit 10% de moins que l’année dernière à la même période.

Rédigé le Vendredi 13 Novembre 2015 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo Pinterest

1 2 3 4

Recherche



Michèle Longour
Michèle Longour




Certains traînent dans les bars, d'autres fréquentent les stades ou les cinémas... Moi, je hante les journées recrutement, je fouine dans les forums emploi et les salons dédiées à toutes les carrières. D'où l'idée de ce blog pour...



Derniers tweets
L'Actu des débouchés : RT @sophielbl: Dream Job Alert : tester des voiliers de croisière et découvrir les plus beaux endroits du monde 🌏 😍 https://t.co/8ASCVn363…
Dimanche 16 Juillet - 22:07
L'Actu des débouchés : #Métiers du vélo : Decathlon recrute en #alternance 50 #commerciaux et techniciens https://t.co/zQTYoPklDw https://t.co/K3FLATy9Ii
Mardi 11 Juillet - 10:58
L'Actu des débouchés : @StephMenegaldo merci de la mention @Actudebouches
Lundi 26 Juin - 15:26
L'Actu des débouchés : Les #métiers de la #Data se diversifient : tous Data Scientists demain ? https://t.co/ngshntvHwJ https://t.co/GW5AZBDIJ3
Lundi 26 Juin - 08:33