Une charte européenne des jeunes contre le gaspillage alimentaire



La charte européenne des Jeunes et des autorités locales contre le gaspillage alimentaire a été rédigée par des lycéens et des élus en octobre 2015, en marge de l'exposition universelle de Milan. Parmi eux, des élèves de cinq lycées de l'Essonne (91) toujours engagés contre le gaspillage.




Une charte européenne des jeunes contre le gaspillage alimentaire
"Don't Waste Our Future" (DWOF). C'est le titre de cette charte qui veut à la fois réduire le gaspillage et affirmer le droit de chaque personne humaine à l'alimentation. Ne pas gâcher ce "bien commun" qui pourrait être mieux partagé entre ceux qui ont trop et ceux qui ont faim.

Ce texte a été élaboré au premier forum des Jeunes et des autorités locales contre le gaspillage alimentaire et pour le droit à l'alimentation du 20 au 23 octobre 2015, en marge de l'exposition universelle de Milan. Côté français, des élèves, des enseignants et des élus de l'Essonne ont contribué à ce travail.

Quelques extraits de cette charte que vous pourrez télécharger en intégralité ci-dessous, :

Préambule

"Nous considérons que la coexistence du gaspillage alimentaire et de la sous-nutrition représente un des plus grands paradoxes de notre époque aux plans social, économique et écologique (...)

En signant la charte "Don't Waste Our Future" :

- Nous nous engageons à adopter des nouveaux modes de consommation plus responsables et des modes de vie plus soutenables, et à mettre en oeuvre des actions concrètes pour lutter contre le gaspillage alimentaire, à travers des partenariats entre les jeunes et leurs aînés, afin de garantir le droit à l'alimentation pour les générations futures.

- Nous nous engageons à faire présenter, disséminer, et faire adopter cette charte.

Nous croyons :

- Que bien que la faim dans le monde soit le résultat d'inégalités de répartition et non pas du manque de nourriture en soi, et que la meilleure façon d'assurer la sécurité alimentaire passe par l'équité, la démocratie et la souveraineté des populations dans la détermination de leurs systèmes d'alimentation propres, le gaspillage alimentaire est une menace pour le droit à l'alimentation et la garantie d'un approvisionnement suffisant pour tous.

- Qu'un changement de nos modes de vie est une des étapes essentielles pour la réduction des inégalités d'accès à la nourriture et de promotion de la sécurité alimentaire.

- Que les jeunes Européens et autorités locales peuvent jouer ensemble un rôle clé dans la prévention du gaspillage alimentaire en promouvant  des nouveaux modèles de consommation responsables et des modes de vie plus durables. (...)


Nous considérons intolérable :

- Que chaque année, 1,3 milliard de tonnes d'aliments soient gaspillés tout au long de la chaîne alimentaire.

- Qu'environ 805 millions de personnes dans le monde soient considérés comme chroniquement sous-nourries et que 160 millions d'enfants souffrent de malnutrition alors que de grandes quantités d'aliments sont gaspillés.

- Qu'il y ait tant d'inégalités dans la distribution des ressources vitales, telle que la nourriture, ce qui entraîne aussi des inégalités dans les parcours de vie individuels.

Nous sommes conscients :

- Que le gaspillage alimentaire n'est pas de nature "durable", et qu'il affecte non seulement le droit à l'alimentation de millions de personnes, mais provoque aussi la perte de ressources naturelles limitées comme les sols, l'eau et l'énergie utilisés dans les différentes étapes de la chaîne alimentaire.

- Que le gaspillage alimentaire constitue un obstacle pratique à la lutte mondiale contre la faim et la pauvreté, aussi bien dans les pays en développement que dans les pays développés à l'heure actuelle, alors que la croissance de la population mondiale ne cesse d'accroître la demande alimentaire. (...)

Une série d'engagements concrets

La charte se poursuit alors par l'énoncé de divers engagements :

1- De la part des jeunes Européens
2- De la part des autorités locales
3- De la part des jeunes Européens et autorités locales

Extraits du point 1 :

1- Nous jeunes Européens nous engageons à :

1.1- Faire davantage attention aux étiquettes alimentaires afin de promouvoir une consommation responsable ;

1.2- Faire davantage attention aux dates d'expiration et favoriser l'achat et la consommation de produits à dates courtes ;

1.3- Demander aux entreprises de prendre en considération le gaspillage alimentaire sur leurs étiquettes, de créer un étiquetage plus lisible des dates d'expiration et d'utiliser l'étiquetage pour mettre en avant la quantité d'eau et d'énergie consommée au long de la chaîne alimentaire du produit concerné ;

1.4- Faire prendre conscience aux autres élèves, à nos familles, au personnel administratif et autres citoyens du gaspillage alimentaire et de ses impacts, à travers toute sorte de communication, en particulier sur les réseaux sociaux, pour partager des façons concrètes et engageantes de réduire le gaspillage alimentair ;

1.5- Eviter de choisir la nourriture selon son apparence (en particulier les fruits et légumes) ;

1.6- Encourager consommateurs, producteurs et distributeurs à repenser les critères esthétiques pour lutter contre l'uniformisation de la nourriture ;

1.7- Promouvoir une alimentation de saison, locale et biologique (particulièrement pour les fruits et légumes) en raison de leurs bénéfices pour la santé et l'environnement. Ne pas se laisser influencer par la promotion des aliments industrialisés, et favoriser les produits locaux ;

1.8- Cuisiner en faisant attention à éviter le gaspillage alimentaire. Garder ce qui peut être réutilisé plus tard (tels les restes alimentaires pour animaux domestiques ou autres) ;

1.9 - Faire des listes de courses et menus quotidiens détaillés et acheter seulement ce dont on a besoin ;

1.10- Ne pas hésiter à demander un "doggy bag" dans les restaurants, et encourager les autres à le faire ;

1.11- Organiser des ateliers, notamment par une approche "pair à pair" dans les écoles primaires et maternelles pour éduquer les jeunes au gaspillage alimentaire ;

1.12- Organiser des événements pendant lesquels professeurs, parents et représentants des autorités locales cuisineront des fruits et légumes "moches" pour les autres. Les éventuels bénéfices seront reversés à des associations caritatives et des familles en situation d'insécurité alimentaire ;

1.13- Créer des jardins potagers pédagogiques (lorsque l'espace est suffisant) ;

1.14- Utiliser des outils dynamiques dans les espaces publics pour informer sur l'alimentation saine et malsaine ;

1.15- Suggérer que les écoles deviennent des centres de distribution alimentaire : par exemple les élèves apporteraient des fruits et légumes et produits à date d'expiration courte afin de les donner à des familles en situation d'insécurité alimentaire ;

1.16- Utiliser un composteur à la maison ;

1.17- Adapter nos comportements individuels pour lutter contre le gaspillage d'eau par exemple en réduisant notre consommation d'eau pour l'hygiène personnelle et le ménage, réutiliser l'eau de pluie au niveau domestique, utiliser des bouteilles en verre plutôt que des bouteilles en plastique et encourager l'utilisation de l'eau du robinet lorsque sa qualité est satisfaisante.

Demander à nos autorités locales, régionales et nationales de :

1.18- Encourager les supermarchés à réduire le prix des produits à date d'expiration courte et à donner la nourriture encore consommable plutôt que de la jeter ;

1.19- Promouvoir des programmes télévisés avec des personnalités influentes/célébrités pour mettre en valeur la nourriture saine ;
1.20- Repenser les normes de conservation et de distribution alimentaire ;

1.21- Promouvoir le glanage pour éviter que la nourriture non récoltée par les agriculteurs ne soit jetée ;

1.22- Mener une campagne de sensibilisation aux taxes sur les déchets et promouvoir les taxes incitatives ;

1.23- Autoriser les banques alimentaires et ONG à agir en tant que filtres pour aider à décider qui peut avoir accès aux surplus alimentaires ;

1.24- Promouvoir l'utilisation de l'eau du robinet et fournir des données et certificats sur sa qualité ;

1.25- Promouvoir la consommation d'eau "0km" ;

1.26- Indiquer l'empreinte "eau" des denrées alimentaires et services.

Une charte à signer et à partager

Cette charte vous touche et vous aimeriez la défendre ? Vous pouvez d'abord la signer en vous rendant sur le site http://dwof-france.strikingly.com

Vous pouvez aussi la partager et vous inspirer des engagements et conseils qui y sont donnés. Les lycéens de l'Essonne qui ont participé à sa rédaction, eux, s'en servent pour mener des actions de sensibilisation dans d'autres classes.

Téléchargez ci-dessous le texte intégral de la Charte DWOF :

 

charte_dwof.pdf Charte-DWOF.pdf  (4.51 Mo)



Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité




Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite