Solar Impulse : l'avion solaire a réussi son tour du monde



Solar Impulse 2 s'est posé le 26 juillet 2016 à Abu Dhabi, aux Emirats, là où il avait décollé pour son tour du monde en mars 2015. L'avion solaire a donc bouclé les 40 000 km de son tour du monde, et cela sans une goutte de carburant. Une première.





Les deux pilotes Bertrand Piccard et André Borschberg à l'arrivée de leur tour du monde.
Les deux pilotes Bertrand Piccard et André Borschberg à l'arrivée de leur tour du monde.
En mars 2015, le monde entendait souvent parler pour la première fois du projet fou de Solar Impulse, porté par deux pilotes suisses passionnés, Bertrand Piccard et André Borschberg : faire le tour du monde dans un avion propulsé exclusivement par l'énergie solaire. Et l'on voyait s'élever dans les airs cet élégant aéronef aux longues et fines ailes de 72 mètres d'envergure.

Le tour du monde devait normalement être bouclé en 5 mois, d'ici juillet 2015. Mais après la traversée du Pacifique, un exploit accompli en cinq jours et cinq nuits, les batteries de l'avion avaient été endommagées et la réparation devait durer huit mois, à Hawaï.

C'est donc seulement en avril 2016 que Solar Impulse a pu redécoller d'Hawaï vers San Francisco, puis traverser les Etats-Unis, et entamer le 20 juin sa traversée de l'océan Atlantique, de New York à Séville. Il a ensuite gagné le Caire en Egypte, puis en enfin, Abu Dhabi again.

Une vidéo Gopro du dernier vol du Solar Impulse :




Un exploit scientifique et humain

Cette réussite, malgré les embûches, est d'abord un exploit humain. Les deux pilotes ont dû se relayer d'une étape à l'autre pour prendre les commandes dans le minuscule cockpit ne pouvant accueillir qu'une personne. Ils ont, surtout, dû lutter contre la fatigue, le manque d'oxygène et de sommeil, et cela parfois plusieurs jours d'affilée pour la traversée des océans.

L'exploit est aussi technologique : Solar Impulse 2 (c'était le deuxième prototype) était équipé de 17 248 cellules photovoltaïques captant durant le jour l'énergie solaire et la stockant dans des batteries, ce qui lui permettait de se maintenir en vol à plus basse altitude durant la nuit. L'appareil, de par son faible poids, risquait cependant d'être emporté par des perturbations météorologiques, d'où les nombreux reports au moment du décollage pour cause de mauvais temps.

Pour la dernière étape elle-même, le départ avait été remis plusieurs fois dans l'attente d'une météo clémente, les ingénieurs ne souhaitant prendre aucun risque.

Quelles suites au projet ?

Et maintenant ? Les deux aventuriers Piccard et Borschberg n'ont pas annoncé de Solar Impulse 3. Il faut dire que le projet, sponsorisé par de grandes entreprises, a eu un coût considérable. "Maintenant, c'est à vous", ont lancé à l'arrivée les deux compères, invitant les associations, les citoyens et les scientifiques à oeuvrer pour déployer les énergies renouvelables.

André Borschberg, lui, a évoqué des projets industriels de drones solaires stratosphériques. Ils pourraient se maintenir à très haute altitude grâce à la technologie testée sur Solar Impulse et servir de véhicules à des satellites.

Et les avions de passagers ? L'expérience Solar Impulse a prouvé que pour l'instant, la capacité d'un avion solaire était très limitée. Il faudra donc attendre sans doute encore longtemps pour voir proposer des lignes régulières... Mais l'expérience accumulée va aussi être analysée et exploitée dans de nouvelles directions.

Le Solar Impulse 1 à la Cité des sciences et de l’industrie

Solar Impulse : l'avion solaire a réussi son tour du monde
Si le sujet vous intéresse, vous pouvez voir le Solar Impulse 1 à la Cité des sciences et de l'industrie à Paris où il est exposé jusqu'en mars 2017.

 Autour de lui, un aménagement muséographique présente de magnifiques images des différents vols du premier prototype, et un making-of de son arrivée spectaculaire à la Cité. Un multimédia explique l’ensemble des technologies innovantes mises en œuvre dans sa réalisation ainsi que les enjeux liés au développement de la recherche dans ces domaines. Et pour les plus jeunes, un simulateur de vol sur Kinect permet de « voler comme le Solar ! ».


Vendredi 29 Juillet 2016
la rédaction

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !