Service civique : le volontariat gagnant




Créé en 2010, le service civique permet aux jeunes de 16 à 25 ans d'allier expérience professionnelle et engagement citoyen. Solidarité, travail d’équipe, don de soi, et si le prochain volontaire, c’était vous ? Mode d'emploi avant de se lancer.



Affiche sur le service civique.
Affiche sur le service civique.
"Je voulais donner de mon temps, me rendre utile, et prendre du temps pour réfléchir", explique Hugo, 23 ans. Comme des milliers d'autres jeunes depuis 2010, il s'est porté volontaire pour faire un "service civique" : une expérience professionnelle de six à douze mois au sein d’une association ou d’une collectivité territoriale.

Le service civique est ouvert à tous les 16-25 ans de nationalité française ou européenne, ou aux jeunes vivant en France depuis au moins un an et... aucun diplôme n'est exigé. Aux côtés des bénévoles et des salariés de la structure d’accueil, il s'agit tout simplement de travailler pour cette "mission d’intérêt général". A  la clé, un double enjeu : rendre service à l'association et à la société, et permettre à un jeune d'enrichir son expérience et son projet.

Une expérience à la carte

Association d'aide aux devoirs dans un quartier sensible, petite commune voulant restaurer ses espaces verts, épicerie solidaire dans un village... Le choix de structures partenaires est large, dans neuf grandes thématiques, de la culture à l’éducation, de l'environnement à la solidarité.

Et les missions sont aussi très variées : pour l'environnement par exemple, le volontaire a le choix entre l’éducation au développement durable, la valorisation d’espaces naturels ou la protection des espèces sur le terrain. Un vaste programme ! "Le plus important pour nous est que le jeune trouve la mission qui lui corresponde", souligne Jean-Benoît Dujol, directeur de l’Agence du service civique.
Service civique : le volontariat gagnant

La formule a su séduire en majorité les filles, qui représentent 57% des volontaires, et beaucoup de jeunes des régions rurales. Pourtant, des missions sont proposées sur tout le territoire français et même à l’étranger. "L'international est très demandé par les jeunes", confirme Jean-Benoît Dujol. Après le tremblement de terre à Haïti en janvier 2010, des jeunes sont ainsi partis pour aider à reconstruire.

Un dispositif encadré et bien rodé

Pour accueillir des volontaires, les organismes doivent recevoir un agrément officiel. Chaque service civique est encadré par un contrat fixant les activités du volontaire, son lieu de travail et ses horaires. Pour l’accompagner durant son expérience, un tuteur est désigné.  Il assurera sa préparation, sa formation et la réalisation de ses objectifs.
 
Pour qu’une mission soit validée, le service civique doit avoir duré au moins six mois. Quelques semaines avant sa fin, vous recevez une attestation officielle et un document qui décrit les activités effectuées et les connaissances acquises. Enfin, l’organisme s’engage une fois la mission terminée à effectuer avec vous un bilan et à vous épauler pour votre orientation future. Plus de 90% des anciens volontaires ont une opinion très positive ou positive de leur expérience, et près de 89% serait prêts à la recommander.

Un vrai plus pour votre CV ?

Animer des ateliers clown-théâtre. Image : service-civique.gouv.fr
Animer des ateliers clown-théâtre. Image : service-civique.gouv.fr
59% des volontaires ayant tenté l’expérience ont un niveau de formation inférieur ou équivalent au bac. "Pour les jeunes très peu ou pas qualifiés, cette expérience permet de construire leur projet professionnel sur le long terme", explique Dominique Naudon, conseiller à la Mission locale de Paris. Ce volontariat permet alors de découvrir ou confirmer une vocation.

Simon, 20 ans, a ainsi décidé de suivre une formation d'éducateur spécialisé suite à son service civique pour l'association Clownenroute, qui propose des ateliers "clown-théâtre" à  des personnes handicapées. "Je ne savais plus très bien où j'en étais, je me cherchais. Le service civique m'a permis de réfléchir à ce qui était important pour moi".

Pour les étudiants diplômés (bac, BTS) ou en cursus universitaires plus longs, "le service civique peut permettre de mettre en pratique ses connaissances, et  de rompre avec le milieu académique classique" affirme Dominique Naudon. D'autant plus que certaines missions en temps partiel sont compatibles avec un emploi du temps d’étudiant.

Dans une association de protection des animaux.
Dans une association de protection des animaux.
"Pour moi le service civique a été une passerelle entre mes études et une expérience professionnelle", témoigne Cindy, 23 ans. Après sa licence en biologie des organismes, des populations et des écosystèmes, elle a effectué son service civique pour l'association bretonne "Volée de piaf", qui soigne les oiseaux victimes de la pollution. "C'est un peu la mission que j'attendais, j'ai pu travailler quotidiennement au contact d'animaux ; c'est une expérience unique !".

Des expériences qui seront toujours un "plus" sur le CV, surtout si elles témoignent de votre motivation pour un secteur ou un type d'activité.

Bémol sur la rémunération

Seul bémol du service civique, sa rémunération : une indemnité de 559 euros par mois, prise en  charge par l'Etat et la structure d’accueil.  Pour les boursiers, un complément de 103 euros mensuel est envisageable selon le profil. "Beaucoup de jeunes renoncent à cause des faibles ressources perçues", confirme Dominique Naudon. Quand on ne vit plus chez ses parents, le revenu versé paye à peine un loyer à Paris par exemple. Néanmoins, vous pouvez disposer de garanties en matière de couverture sociale, de certaines réductions grâce à la carte du service civique, et valider des trimestres pour la retraite.
 
Tenté par le volontariat ? Les offres de missions sont disponibles sur le site www.service-civique.gouv.fr A vous maintenant de trouver celle qui fera de votre service civique une expérience marquante pour votre avenir.

Lire aussi :
\\"Le service civique, ça permet d'élargir son horizon\\" (témoignages vidéo)
Service civique : du nouveau pour l'engagement des jeunes
S'investir dans un service volontaire européen

Vendredi 7 Juin 2013
Jeanne Lavenant

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par Centre d'appel le 31/07/2012 17:03
histoire de conforter je dirais en se basant sur mon vécu que c'est ce don de soi qui est surtout bénéfique, voire salutaire pour la personne :)
Manon

Jobs et stages | Réussir son CV | Chercher un emploi | Réussir son entretien d'embauche




Découvrez la première plateforme d'emploi aide soignante et recrutement infirmier