Robert Schuman, homme de réconciliation, "père de l'Europe"



L'Europe ? On connaît... mais que sait-on exactement sur Robert Schuman, considéré comme un des "pères de l'Europe" ? C'est pourtant lui qui par son discours historique du 9 mai 1950 a mis en marche la réconciliation entre les peuples en Europe. Et lui aussi qui a ouvert une voie politique vers une coopération féconde et pacifique. Les bases de la construction européenne.




Robert Schuman, homme de réconciliation, "père de l'Europe"
Il y a des personnalités qui demeurent dans la mémoire des hommes parce qu’ils ont agi sur le destin de l’humanité. On se souvient avec effroi de certains noms qui ont introduit misère, mort et drames. A l'inverse, d'autres rayonnent toujours comme des phares car ils ont conduit à plus de liberté, de solidarité, de partage, d'union et de paix...

Robert Schuman est de ceux-là. Par sa ténacité et son courage, il a su faire évoluer les mentalités, permis l'ouverture de nouveaux horizons et orienté nos regards vers un bel avenir à inventer et à construire...

"L'Europe ne devra pas rester une entreprise économique ; il lui faut une âme, un idéal humain"
 
"Les frontières qui nous séparent aujourd'hui, expliquait-il, ne doivent pas être une barrière entre des peuples, entre des hommes qui, en fin de compte, n'ont jamais été eux-mêmes à l'origine des conflits ; en se faisant depuis plus de vingt ans le champion d’une Europe unie, la France a toujours eu pour objet essentiel de servir la paix. L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre. L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait."

Et il précisera avec véhémence : "Cet ensemble (L’Europe) ne pourra et ne devra pas rester une entreprise économique et technique ; il lui faut une âme, la conscience de ses responsabilités présentes et futures, une volonté politique au service d’un même idéal humain."

Une jeunesse balottée et multiculturelle

Jean-Baptiste Nicolas Robert Schuman est né le 29 juin 1886 au Luxembourg. Son père est lorrain et français mais, après la défaite de la guerre de 1870, la Lorraine ayant été annexée par l’Allemagne, il devient allemand. Sa mère, luxembourgeoise, devint aussi allemande par son mariage. Robert naît donc allemand mais sa langue familiale est le luxembourgeois, la langue nationale du Grand-Duché.

Il va à l’école au Luxembourg où il apprend le français puisque sa seconde langue obligatoire est l’allemand. Il doit repasser ses examens de fin d'études en Allemagne car ses diplômes luxembourgeois ne sont pas reconnus. Puis il fait des études de droit et ouvre un cabinet d’avocat à Metz, ville alors encore allemande.

"Un de ces hommes de la frontière"

Parallèlement à ses études, il s'investit à la Conférence Olivaint, dont il demeurera un fidèle compagnon de route. La première activité de cette Conférence, fondée à l’origine par les jésuites, est l’organisation de conférences hebdomadaires avec des personnalités marquantes du monde politique et de la société civile.

Homme de deux cultures, lorrain de toujours et français de cœur, "il était, dit-il, un de ces hommes de la frontière où le sang se mélange et les caractères nationaux se confondent". Il s'est défini lui-même comme un "catholique mosellan" et s'inscrit politiquement dans la tradition du catholicisme social rhénan.

Sa traversée des deux guerres "fratricides"

Bien que réformé pour raisons médicales, il est incorporé lors de la première guerre mondiale comme simple soldat et affecté en 1915 à l'administration territoriale de Moselle. En 1918, il devient membre du conseil municipal de Metz.

A la fin de la guerre, l’Alsace-Lorraine est réintégrée à l'État français et Robert Schuman est devenu citoyen français. On fait appel à sa compétence de juriste et à sa parfaite connaissance des problèmes de cette région pour aider à sa réintégration dans la communauté nationale. Il entre au Parlement français comme député de la Moselle où il siègera dans diverses commissions jusqu’en 1940.

La seconde guerre mondiale éclate en 1939 et Robert Schuman est nommé sous-secrétaire d’État aux Réfugiés. Après la grande offensive allemande de mai 1940, il estime qu’il "faut mettre bas les armes" et vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Mais la Moselle est annexée par le reich nazi et Robert Schuman, réfugié sur ses terres lorraines, est arrêté par la Gestapo et mis au secret dans la prison de Metz puis transféré en Allemagne en 1941.

Il réussit à s'évader des prisons allemandes et rejoint la zone libre
 
Âgé de cinquante-six ans, il réussit à s'évader, franchit la ligne de démarcation et rejoint la zone libre après avoir passé plusieurs jours à l’abbaye de Ligugé et à la Trappe de Notre-Dame des neiges en Ardèche.
À l'issue de la guerre, en raison de son vote en 1940, il est frappé d’une peine d’indignité nationale et privé de ses droits civiques. Mais il les récupère en septembre 1945 et retrouve son siège de député de la Moselle.

Un homme d’Etat intègre

Il ne trouvera son destin d'homme d’État qu'en 1946, à 59 ans, en devenant rapidement un des principaux leaders politiques de la IVème République.
En ces temps d'inflation, de pénurie et de marché noir, il est le ministre des finances austère, économe et soucieux de justice sociale, dont la France a alors besoin. Mais ses qualités vont se déployer pleinement lorsqu'il devient président du Conseil des ministres en 1947. Il doit faire face à des grèves insurrectionnelles orchestrées par le parti communiste et qui auraient pu aboutir en France à un nouveau "coup de Prague". Sans sa fermeté, la France aurait pu un matin se réveiller en "démocratie populaire".

En ces jours dramatiques, où la violence des attaques lancées contre lui l'ont blessé, mais sans l'ébranler (le leader communiste le traitait de "Boche"), le courage et le calme de Robert Schuman ont sans doute sauvé la démocratie en faisant respecter la loi républicaine, garantie des libertés de tous.

En 1948, il devient ministre des Affaires étrangères et sera un des grands négociateurs de tous les traités majeurs de la fin de la Seconde guerre mondiale.
Il gardera cette haute fonction jusqu'en décembre 1952, remarquable continuité dans un gouvernement particulièrement instable. Il doit faire face là encore à une situation difficile. La menace soviétique le conduit à négocier et à signer rapidement (en 1949) le pacte Atlantique, nécessaire pour garantir la sécurité de l'Europe.

Son but : organiser "une coopération féconde et pacifique"

L'aggravation de la tension Est-Ouest incitait les États-Unis et la Grande-Bretagne à faire de la restauration et du relèvement de l'Allemagne un impératif urgent. On arrivait ainsi à une croisée des chemins. Que faire avec l'Allemagne ? Une réunion décisive des ministres des Affaires étrangères américain, britannique et français, devait avoir lieu sur le problème allemand et le secrétaire d’État américain a proposé que l'initiative vienne de la France, leader incontesté de l'Europe.

"Homme de la frontière", comme il se nommait lui-même, Robert Schuman avait beaucoup médité sur le problème allemand. Il était arrivé à la conclusion qu'il ne pouvait avoir de solution qu'européenne ; qu'il fallait inventer une politique nouvelle à l'égard de l'Allemagne ; qu’il fallait créer au lieu de subir et ne surtout pas répéter les erreurs commises en 1918 par l'imposition au vaincu de contraintes humiliantes qui l'incitent à préparer sa revanche. Il réalisa que la mise en commun des "productions de base" rendrait la guerre impossible entre des pays longtemps opposés par des divisions sanglantes.

"Sauvegarder et promouvoir les idéaux et les principes qui sont notre patrimoine commun"

Le 9 mai 1950, cinq ans presque jour pour jour après la capitulation du 3ème Reich, il propose à l'Allemagne, dans une déclaration restée historique, de participer, sur un pied d'égalité, à une "Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier" (CECA). L'accord du chancelier allemand, Konrad Adenauer, fut immédiat et enthousiaste. Il dira plus tard que c'était son rêve d'il y a 25 ans.
D'entrée de jeu il affirmait : "le rassemblement des Nations européennes exige que l'opposition séculaire de la France et de l'Allemagne soit éliminée". C'était le premier pas de la réconciliation mais ce qui fut surtout  remarquable c’est que, dans une Europe en ruine, on ait alors proposé comme premier objectif aux européens "de sauvegarder et promouvoir les idéaux et les principes" qui sont leur patrimoine commun.

Le temps de la construction européenne : "une chance nouvelle"

On sait que ce projet novateur a été rédigé par Jean Monnet, agent influent au service des Alliés durant la Seconde guerre mondiale et l’un des artisans de la planification française au moment de la reconstruction. Mais il convient de souligner que c’est Robert Schuman qui en a assumé toute la responsabilité politique. Il concrétise cette initiative en proposant, dans sa déclaration du 9 mai 1950, de placer la production franco-allemande du charbon et de l’acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d’Europe. C'est lui qui l'a fait approuver par le gouvernement présidé par Georges Bidault, c'est lui qui l'a défendue avec beaucoup de courage face à l'opposition des sidérurgistes et aux attaques des communistes...

Jusqu'à la fin de sa vie, il se fait le pèlerin de l'Europe

Le traité créant la CECA en 1951 réunira six pays : la France, l'Allemagne, l'Italie et les trois pays du Benelux. C’était l'acte de naissance de la communauté européenne. La CECA a été une réussite économique et politique, mais elle a surtout été un laboratoire au sein duquel ont été expérimentées les nouvelles méthodes concrètes de l'unification européenne par la création d'une solidarité de fait, ouvrant la voie à de nouvelles avancées. La méthode communautaire, par la voie de l'intégration économique, aboutira en 1957 au traité de Rome instituant la Communauté Économique Européenne, puis le marché unique et la monnaie unique.

Jusqu'à la fin de sa vie politique, Robert Schuman se fait le pèlerin de l'Europe. Il devient président du Mouvement européen de 1955 à 1961 et, de 1958 à 1960, le premier Président du Parlement européen, lequel lui décerne, à la fin de son mandat, le titre de "Père de l'Europe".
C'est ainsi que tous les ans, le 9 mai, date anniversaire du fameux discours de Robert Schuman, on célèbre le "jour de l’Europe" pour commémorer ce qui constitue, selon Jacques Delors, "le geste le plus important de ces dernières décennies".

Servir le mieux possible le bien commun, comme un "apôtre laïc"

Robert Schuman, homme de réconciliation, "père de l'Europe"
Rien ne  prédestinait Robert Schuman à une carrière politique. Dépourvu d'éloquence et de brillant, modeste, effacé, désintéressé, parfaitement honnête, toujours fidèle à ses profondes convictions, "sa véritable vocation, notait Jacques Fauvet, eut été celle d'un contemplatif... et il a été dix fois ministre."
A la mort de sa mère il avait même songé à entrer dans les ordres. Mais il a finalement choisi de s'engager dans la cité. La politique consistait pour lui à servir le mieux possible le bien commun, comme un "apôtre laïc".

Jacques de Bourbon Busset, qui fut longtemps son plus proche collaborateur, a pu dire de lui qu'il était "un réaliste mystique". Ce qui n'excluait pas l'habileté dans l'action, ni la recherche de compromis ne touchant pas à l'essentiel.

L'exemple de Robert Schuman montre que la politique n'est pas si foncièrement impure qu'un honnête homme ne puisse y réussir sans se renier, qu'un chrétien ne puisse s'y engager sans perdre son âme, qu’un homme ne puisse s’y plonger sans devenir un loup pour l’homme.

"Rien de durable ne s'accomplit dans la facilité"

Robert Schuman se retire de la politique en 1962. Il retrouve sa maison de Scy-Chazelles, près de Metz, où il passe les derniers temps de sa vie à la préparation d'un livre testament "Pour l'Europe". Il suit de près l'actualité politique et européenne, même s'il prend la décision de ne pas intervenir publiquement.
"Nous ne pouvons nous dissimuler, disait-il, que l'intégration de l'Europe est une œuvre immense et ardue et que jamais encore on a tentée". Mais c'est par des paroles d'espoir que s'achève son livre : "l'Europe ne se fera pas en un jour, ni sans heurts. Rien de durable ne s'accomplit dans la facilité. Pourtant déjà elle est en marche. Au delà des institutions et répondant à une aspiration profonde des peuples, l'idée européenne, l'esprit de solidarité communautaire, ont pris racine".
Fondée sur les bases communes de notre civilisation, elle sera, ajoutait-il, "la force contre laquelle se briseront tous les obstacles".

Robert Schuman s'éteint à soixante-dix-sept ans le 4 septembre 1963. Après des obsèques solennelles en la cathédrale de Metz, son corps est inhumé au cimetière communal. En 1966, sa dépouille est transférée dans la petite église fortifiée en face de sa maison qui appartient aujourd'hui au Conseil général de la Moselle.

Un réconciliateur visionnaire : vers une Europe nouvelle, prospère et indépendante

Robert Schuman, homme de réconciliation, "père de l'Europe"
En 1942 pendant sa détention, prévoyant déjà la défaite de l'Allemagne nazie, Robert Schuman faisait déjà part à un ami, venu lui rendre visite, de ses réflexions sur l'après-guerre :
"La force ne peut durablement triompher du Droit. Une fois le national-socialisme vaincu, il faudra imaginer des formes nouvelles pour unir l'Europe car, dans le passé, certains l'avaient tenté par la force. Sans une réconciliation sincère et définitive entre Français et Allemands, une Europe pacifique n'est pas pensable. Assez de guerres civiles ! Nos populations des frontières sont bien placées pour le savoir. Les frontières qui nous séparent aujourd'hui ne doivent pas être une barrière entre des peuples, entre des hommes qui, en fin de compte, n'ont jamais été eux-mêmes à l'origine des conflits. Il faut en finir avec la notion d'ennemi héréditaire et proposer à nos peuples de former une communauté qui sera le fondement, un jour, d'une patrie européenne."
 
Voici un texte écrit en 1963, sorte de testament spirituel du "père de l’Europe" ?
 
"Nous devons faire l'Europe non seulement dans l'intérêt des peuples libres, mais aussi pour pouvoir y recueillir les peuples de l'Est qui, délivrés des sujétions qu'ils ont subies jusqu'à présent, nous demanderaient leur adhésion et notre appui moral. Depuis de longues années nous avons douloureusement ressenti la ligne de démarcation idéologique qui coupe l'Europe en deux. Elle a été imposée par la violence. Puisse-t-elle s'effacer dans la liberté !
Nous considérons comme partie intégrante de l'Europe vivante tous ceux qui ont le désir de nous rejoindre dans une communauté reconstituée. Nous rendons hommage à leur courage et à leur fidélité, comme à leurs souffrances et à leurs sacrifices.
Nous leur devons l'exemple d'une Europe unie et fraternelle.
Chaque pas que nous faisons dans ce sens constituera pour eux une chance nouvelle. Ils auront besoin de nous dans l'immense tâche de réadaptation qu'ils auront à accomplir."

Un exemple et une leçon

Au lendemain de sa mort, les hommages sont venus de toute l'Europe et en France de tous les courants politiques se réclamant de la démocratie.
A sa mémoire, nombre de distinctions de valeur célèbrent son nom : le Parlement européen a créé un Prix Robert Schuman pour l'Europe, l’université de Bonn, où il a été étudiant en droit, décerne une médaille et un Prix Robert Schuman, la Fondation Robert-Schuman à Bruxelles organise des colloques européens et internationaux et décerne un prix à son nom et la Fondation Alfred Toepfer décerne chaque année un Prix Robert Schuman pour l'Unité Européenne ; enfin, les villes de Luxembourg, Trèves, Metz et Sarrebruck ont instauré en 1991 le plus important prix d'art de la Grande Région, le Prix d'art Robert Schuman.

Et aujourd'hui ? L'Europe est un mot à la mode, cité sans cesse à tort et à travers, en bien ou en mal, cause de tous les maux ou bien en avenir politique incontournable, mais que reste-t-il de la grande vision de Robert Schuman, énoncée en 1963 : "La communauté européenne doit créer l'ambiance pour une compréhension mutuelle, dans le respect des particularités de chacun ; elle sera la base solide d'une coopération féconde et pacifique. Ainsi s'édifiera une Europe nouvelle, prospère et indépendante - Notre devoir est d'être prêts" ?

Robert Schuman nous laisse un exemple et une leçon. La politique réclame une action fondée sur une pensée, sur une éthique, sur un idéal.
"Robert Schuman a réussi à concilier, dans une synthèse difficile, le réalisme, l'audace et une vision à long terme, le spirituel et le profane, l'éthique de la conviction et l'éthique de la responsabilité", nous dit jacques Mallet. Et d'ajouter comme "vœu pieux" : puisse cet exemple inspirer d'autres hommes d’État en ce 21ème siècle, même si les valeurs de l'humanisme d'inspiration chrétienne, qui sont à l’origine des valeurs de l’Europe, paraissent gravement menacées....

Samedi 24 Mai 2014


Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité





Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite