Qu'est-ce qu'une vie réussie ?



Réussir sa vie, chacun porte ce désir au fond de soi... Mais c'est quoi réussir sa vie ? Quatre grands témoins contemporains répondent : un alpiniste célèbre, une psychologue, un grand acteur et un philosophe. Leur réponse à travers leur témoignage, leurs écrits ou simplement leur vie.




Lionel Daudet, alpiniste : ''c'est que je peux mourir demain''

Dod : "il me suffit de lever les yeux et de voir la skyline pour être heureux".
Dod : "il me suffit de lever les yeux et de voir la skyline pour être heureux".
"C'est quoi une vie réussie ? se demande Dod… Pour moi, c'est que je peux mourir demain, j’ai le sentiment que les choses sont accomplies".
Sa licence de physique en poche, Lionel Daudet, dit Dod, s'est entièrement consacré à sa passion : la montagne. Il conquiert en solitaire de nombreux sommets sur les cinq continents. Adepte des parois difficiles et discrètes, celui qui est  l'un des plus grands alpinistes français, la quarantaine, explique : "Chaque alpiniste devrait se poser la question de ce qui le pousse à grimper. Le sommet ? Juste un sommet physique ? Pour moi, c’est un voyage à la cime… La joie sans cause que j’éprouve en montagne rebondit dans le quotidien, en bas. Cette sérénité, ce plein, déborde quand tu rentres."

"Je contemple la luminosité des roches gelées, précise-t-il aussi dans les pages de son livre La Montagne intérieure (Grasset 2004), et j'entrevois un brin de sublime, verdoyant comme une herbe. Ressentir le rugueux de la montagne. Et dans la réunion des sens, là et partout, cet état de fait, désespérément simple : aimer la vie. Et après ? Vivre. Vivre et aimer vivre".
Il aime et pratique le solo, "ce miroir limpide qui t’amène à une transparence de toi-même". En 2005, il a les pieds gelés. Amputé de 8 orteils, il s’adapte et poursuit sa route; mais il comprend qu’il lui faut changer : "Tout d’un coup, j’ai su que c’était fini. J’avais des sponsors, le tapis rouge, les médias, mais la sérénité n’était plus là. Je ne me sentais plus à ma place, déphasé…".

En 2010, Dod installe son camp de base au pays des Ecrins, près de Briançon : "ici, précise-t-il, il me suffit de lever les yeux et de voir la skyline (ligne de crêtes des montagnes) pour être heureux. C’est une région où l’on apprécie autant la qualité de la lumière que la solidité et la chaleur du lien social entre les habitants".

Le Dodtour : un an au fil de la France
Le Dodtour : un an au fil de la France
En août 2011, il s'est  lancé dans un exploit sportif aussi bien qu’humaniste : le "Dodtour" ou Un an au fil de la France. Dod a longé, sans aucun moyen motorisé, les frontières de l’Hexagone en alternant alpinisme, marche, cyclisme, kayak, parapente. Ce nouveau défi est pour lui "une rencontre avec les hommes et les forêts… une composante du bonheur", assure-t-il. Et d'ajouter : "les frontières, si elles séparent parfois, sont des traits d’union entre les pays : elles relient avant tout !"

Ce périple un peu fou d'une durée de 11 000 heures d'efforts, avec plus de 1000 sommets à gravir dont certaines arêtes jamais explorées et 6500 kms à parcourir incluant la traversée des Pyrénées en plein hiver, a pris fin en 2012. Dod précise qu'il lui a fallu s’adapter et rebondir tous les jours. Mais il n'a jamais "triché", ni avec ceux qui croyaient en lui, ni avec lui-même : "il n'a jamais lâché la crête!"

La sempiternelle question vient aux lèvres : "pourquoi tout ça ?"
"Parce que c'est le reflet d'une vie "vivante", assure-t-il. On a besoin de vivre ses rêves. Faire des sacrifices, ajoute-il, fait aussi partie de la beauté des projets et de ma quête du bonheur au milieu des difficultés. Inutile d’aller chercher au bout de la planète ce qui est près de nous !"

Bernadette Lemoine, psychologue : ''transmettre le meilleur''

Qu'est-ce qu'une vie réussie ?
"Quelle réussite désirons-nous ?", précise Bernadette Lemoine, psychologue et auteur du "Secret de la vraie réussite". "Nous jugeons souvent de la réussite selon des valeurs fausses. L'argent, toutes sortes de richesses, le savoir, le pouvoir, la gloire, pour ne citer que celles-là, nous éblouissent, nous séduisent ; elles paraissent intéressantes, désirables, à notre portée, mais elles sont éphémères et aussi inconsistantes que des mirages. Nous voulons les posséder mais c’est nous qui nous faisons posséder et en devenons prisonniers : notre cœur devient sourd, l’aveuglement nous rend incapable de nous intéresser aux autres (sauf s’ils peuvent nous être utiles), c’est l’enfermement… Est-ce qu’on peut appeler cela une vie réussie ?", ajoute-t-elle.

"Désirer réussir, oui bien sûr, c’est essentiel, précise-t-elle, et nous ne pouvons que nous réjouir d’avoir un tel désir ! Mais si nous faisons de la réussite un but, il y a quelque chose qui ne va pas… Mais il y a un autre choix à faire pour réussir une vie, assure-t-elle, et le voici : faire ce que je peux et de mon mieux, de tout le mieux dont je suis capable, à chaque instant. J’irai ainsi d’un mieux à un autre mieux. C’est la spirale du progrès, qui n'est pas celle d'une réussite sans âme et desséchante, précise-t-elle, mais celle qui mène à la véritable réussite de notre vie".

Et d'ajouter : "quand je fais de mon mieux, j’agis dans la confiance, la détente, le respect de ma personne et de mon entourage. Et, quel que soit le résultat de l’action entreprise, je peux être en paix avec moi-même. Oui, cherchons d’abord à transmettre le meilleur de nous-mêmes et c’est alors que notre vie, même jalonnée d’échecs, sera réussie !"

Michaël Lonsdale, comédien : ''aller au bout de la joie d’être humain''

Michaël Lonsdale joue Frère Luc dans ''Des hommes et des dieux''.
Michaël Lonsdale joue Frère Luc dans ''Des hommes et des dieux''.
"Réussir ma vie", explique Michaël Lonsdale, connu pour ses nombreux rôles au cinéma, "c'est principalement trouver un certain bonheur. Et ce bonheur, pour moi, c'est aller au bout de la joie d’être un être humain et de pouvoir vivre intérieurement les choses qu’une certaine personne, qui s'appelle Jésus, nous a apporté pour guider nos vies dans l’équilibre, la beauté, le don...
Je me suis penché sur ce qu’il a dit : "aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés… Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime… Soyez simples comme des petits enfants sinon vous ne pourrez pas entrer dans le Royaume…", toutes sortes de phrases comme celles-là que je me suis mis à méditer… Pour moi, à présent, c’est un modèle de vie absolue dans lequel j’ai entièrement confiance puisque ce que nous a dit un jour cet homme est, sans conteste, une vérité.

Je crois aussi, oui, que pour dire que sa vie est réussie, il faut se sentir profondément en paix. Et cette paix provient justement d’une certaine confiance qu’on peut apprendre de cet homme appelé Jésus qui nous propose quelque chose que jamais personne d'autre n’a proposé. Car c’est vrai que si on adhère à cette vision de l'Homme qu’il nous présente, c’est toute une aventure merveilleuse qui commence, nos yeux s’illuminent, notre cœur s'ouvre, le bonheur nous rejoint…
Mais si on est tombé dans des jalousies, des déceptions parce qu’on n’a pas réussi ceci ou cela, des rancœurs… le cœur est blessé… alors là, évidemment, notre vie entière s'en ressent et il plus difficile de réussir une vie… Mais ce n’est jamais impossible car on peut toujours se remettre en question ! 

Oui, je crois que réussir sa vie, c'est être dans la lumière que nous apporte cet homme qui a dit vraiment tout ce qui fallait pour être heureux !"

Luc Ferry, philosophe : ''Réinvestir le présent''

Luc Ferry. Image Wikimedia
Luc Ferry. Image Wikimedia
Une vie réussie ? Ce serait, pour Luc Ferry, philosophe, ancien ministre de la Jeunesse, de l'Education Nationale et de la Recherche, d'arriver à ré-enchanter notre monde, de pouvoir "réinvestir l’idéal grec de l’instant éternel, explique-t-il dans son livre Qu’est-ce qu’une vie réussie ?, réinvestir ce présent qui, par sa singularité - justement parce qu'on le tient pour irremplaçable et qu’on en mesure l’épaisseur au lieu de l’annuler au nom de ce qui le précède ou le suit - s’émancipe des nostalgies comme des espérances, du passé comme de l’avenir".

Pour lui, "si l'arrachement au particulier et l’ouverture à l’universel forment une expérience particulière, si ce double processus tout à la fois singularise nos propres vies et nous donne accès à la singularité des autres, il nous offre, en même temps que le moyen d’élargir la pensée, celui de la mettre en contact avec des moments uniques, des moments de grâce, irremplaçables parce que eux-mêmes singuliers". Dans son livre, le philosophe se pose donc la question : "A quoi sert de vieillir ? A cela et rien d’autre. A élargir la vue, aimer le singulier et vivre parfois l’abolition du temps que nous donne sa présence".

Qu'est-ce qu'une vie réussie ?
Alors, conclut-il dans son livre, pour moi, "qu'est-ce qu’une vie réussie ? Peut-être, tout simplement, une vie qui accroche aux yeux des hommes quelque chose de cette grandeur et de cette lumière dont parle Victor Hugo dans son poème sur Booz :
"Le vieillard qui revient vers la source première,
Entre aux jours éternels et sort des jours changeants :
Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
Mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière
".

Sur le même sujet :
Psycho : Faut-il réussir à tout prix ? avec Bernadette Lemoine.
Comment rebondir après un échec ?
Le testament de l'abbé Pierre : une vie réussie

Samedi 8 Juin 2013

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité






Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite