Opticien : une formation courte pour un métier porteur




A la fois techniciens, commerçants et professionnels de santé, les opticiens doivent maîtriser des savoir-faire nombreux et diversifiés. Petit tour d’horizon d’un métier réputé porteur, qui suscite de nombreuses vocations.




Opticien : une formation courte pour un métier porteur
"Ce que j’aime le plus dans mon nouveau métier, c’est qu’il est très diversifié : il y a un côté commercial très important, bien sûr, mais aussi des aspects techniques et paramédicaux également très intéressants. Vendre des lunettes, ça n’est pas comme vendre des chaussettes…"

Comme Virginie, 20 ans, qui vient d’obtenir son BTS Opticien-lunetier au lycée Victor-Bérard de Morez (Jura), de nombreux jeunes se tournent vers cette profession. Il est vrai que le secteur a connu un véritable boom depuis quelques années et que les boutiques se sont multipliées dans toutes les villes de France.

Formation courte – seulement deux ans – le BTS opticien-lunetier peut être préparé en alternance ou en formation classique. Il est accessible au sortir du lycée. Un bac scientifique est fortement conseillé, même si des élèves ayant fait une classe préparatoire spécifique ou venant d’autres horizons tels que la filière STI génie optique ou la première année de médecine y trouvent leur place.

Une formation exigeante

Delphine Suissa, opticienne et directrice de Progress Santé
Delphine Suissa, opticienne et directrice de Progress Santé
"C'est vrai que toutes les personnes diplômées trouvent du travail très rapidement, mais la formation est exigeante, elle nécessite un réel investissement personnel", prévient Delphine Suissa, opticienne et directrice de Progress Santé, qui propose des formations dans le domaine.
Pas moins de treize matières composent ce BTS, dont une part importante de formation scientifique très pointue, de l’étude du fonctionnement de l’œil à l’apprentissage du matériel technique. L’aspect commercial n’est pas oublié avec notamment de nombreuses heures de gestion.

A l’issue de sa formation, le jeune opticien doit avoir acquis des connaissances dans tous les domaines nécessaires à son métier. Tailler et monter les verres, gérer les stocks et les commandes ou encore conseiller la clientèle : au quotidien, ce professionnel doit être polyvalent, d'autant plus que depuis 2007, il peut réaliser lui-même des examens de vue si le client dispose d’une ordonnance d’un ophtalmologiste datant de moins de trois ans.
Les qualités requises sont donc, elles aussi, très nombreuses : "Il faut notamment être manuel, très rigoureux, avoir des facilités pour les sciences et posséder le sens du commerce et du relationnel", explique Delphine Suissa.

Des possibilités variables selon les régions

Lydie, 28 ans, gérante de Lissac Opticiens à Bourg-en-Bresse.
Lydie, 28 ans, gérante de Lissac Opticiens à Bourg-en-Bresse.
Depuis quelques années, le jeune professionnel qui souhaite s’installer dans sa propre boutique doit faire face à une concurrence qui s’est beaucoup accrue. Même si le secteur reste en expansion, les diplômés ont parfois eux aussi quelques difficultés à trouver un terrain pour leur première expérience professionnelle à proximité de chez eux. "C’est devenu plus ou moins simple selon les régions", souligne Lydie, 28 ans, gérante de Lissac Opticiens à Bourg-en-Bresse (Ain), diplômée en 2000, "au moment du boom".

Certains professionnels, comme Delphine Suissa, mettent cependant en avant le nouveau souffle apporté par le fort développement d’une activité connexe, l’audioprothèse, dont les professionnels trouvent souvent leur place au côté des opticiens, dans la même boutique. "Ce sont deux métiers qui se complètent bien, explique-t-elle. Les deux diplômes peuvent d'ailleurs être cumulés."



Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?







S'abonner à la newsletter gratuite










Guides à télécharger






Un blog sur les débouchés

La plasturgie, encore une filière industrielle qui veut attirer les jeunes

Comme d'autres filières industrielles, la plasturgie souffre d'un manque d'attractivité alors que...