Mutuelles étudiantes : un rapport du Sénat dénonce un système abracadabrant


Tags : étudiant

Deux sénateurs ont rendu leur rapport sur la Sécurité sociale étudiante. Leur verdict : le système est d'une complexité "abracadabrante". Ils proposent des mesures de simplification, en attendant une grande réforme.





Les deux rapporteurs au Sénat. Photo : Sénat / Sonia Benromdhane
Les deux rapporteurs au Sénat. Photo : Sénat / Sonia Benromdhane
"J'ai mis plusieurs mois à recevoir ma carte Vitale car mon école n'avait pas transmis les papiers", "La Sécu, je n'y comprends rien !", "A la LMDE, tu fais la queue des heures pour avoir un renseignement", "Je ne comprends pas si je suis couverte par la Sécu de mes parents ou pas"... Les étudiants perdus par le système de Sécu qui leur est proposé après le bac sont légion... Et même les sénateurs ont du mal à s'y retrouver.

Pour preuve le rapport sur le fonctionnement des régimes de sécurité sociale des étudiants  rendu le 15 décembre 2012 par Catherine Procaccia (UMP) et Ronan Kerdraon (PS)  à la Commission des Affaires sociales du Sénat. Sans surprise, ils estiment que ce système très ancien - qui date de 1948 - demeure d'une complexité "abracadabrante" !

Des améliorations indispensables du système

Dans un premier temps, les rapporteurs proposent plusieurs mesures indispensables pour améliorer le système. Le rapport préconise entre autres :

- une unification de l'âge d'affiliation des étudiants quel que soit le régime des parents (entre 18 et 21 ans actuellement selon les cas) ;
- une informatisation accrue des transferts des informations entre les établissements d'études et les mutuelles étudiantes afin d'éviter délais et perte de papiers ;
- une prise en charge plus tôt dès le 1er septembre puisque les études supérieures ne débutent plus en octobre, date toujours appliquée par les mutuelles ;
- un changement de nom des deux "mutuelles", cette appellation de "mutuelle" prêtant d'autant plus à confusion  qu'elles proposent parallèlement à la sécurité sociale obligatoire, des complémentaires maladies. En effet les "mutuelle étudiantes" sont d'abord et essentiellement des organismes assurant le remboursement des frais de Sécurité sociale.
- la mise à disposition sur internet d'un réel éventail de services afin que les étudiants puissent enfin obtenir rapidement des informations sur leur dossier sans attendre une réponse qu'ils n'obtiennent pas par téléphone ou mail. Sans parler des queues interminables à faire à des heures de bureau peu adaptés à des étudiants.
 
S'agissant de la "remise  de gestion" de 52 euros octroyée par le régime général  pour compenser le coût de fonctionnement des mutuelles, les sénateurs ont constaté qu'elles étaient plus élevées que pour les autres régimes délégués et qu'une  gestion partagée avec d'autres mutuelles leur permettrait de faire des économies et de mieux se consacrer au service que les étudiants sont en droit d'attendre.

Et une grande réforme ?

Mais les sénateurs ont aussi "osé" proposer une vraie réforme du système.  Pour l'avenir, deux scénarios sont avancés :

- conserver le régime de Sécurité sociale étudiant mais le confier à un seul organisme afin d'arriver à une taille critique susceptible d'aboutir à des économies de gestion. La guéguerre entre les mutuelles à la rentrée serait réglée.
- supprimer le régime délégué et maintenir l'affiliation des étudiants au régime de leurs parents jusqu'à ce qu'ils deviennent salariés ou aient 25 ans révolus. En effet, la France est l’un des rares pays européens a avoir fait le choix de créer un système spécifique, solution qui a paru la plus pertinente à la Commission des Affaires sociales du Sénat, sous réserve d'études plus approfondies.
 
La deuxième partie du rapport se concentre sur la santé des étudiants. Ils sont dans leur très grande majorité en bonne santé. Cependant, pour éviter que certains renoncent aux soins, il est proposé la création de contrats complémentaires santé labellisés, correspondant bien à leurs besoins et que soient appliqués aux étudiants des tarifs opposables pour certaines consultations médicales.

Quant aux services universitaires de médecine préventive (SUMPSS), les deux sénateurs suggèrent d'accroître leur rôle en matière de vaccination et d'étendre à tous les étudiants (BTS, IUT, classes préparatoires) leur champ d'action. Enfin, en matière de prévention, les sénateurs considèrent que les actions menées étaient éparpillées rendant l’évaluation de leur efficacité difficile.
 

Sur le sujet, lire :
Mutuelles étudiantes : comprendre votre sécurité sociale en 5 questions
 
Voir ci-dessous le fichier pdf du rapport.
 
 

synthese_du_rapport_secu_etudiante.pdf Synthèse-du-rapport-Sécu-étudiante.pdf  (216.67 Ko)



Mardi 18 Décembre 2012
la rédaction

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !