Les techniques de mémorisation pour retenir ses cours sans souffrir



Mémoriser ses cours est l'étape numéro un pour réussir ses études. Mais toutes les stratégies ne se valent pas. Un étudiant vous fait découvrir des techniques de mémorisation efficaces pour retenir ses cours sans souffrir.




Les techniques de mémorisation pour retenir ses cours sans souffrir
Vous n'arrivez pas à retenir ce que racontent vos professeurs ? Ou alors, vous parvenez à apprendre vos cours mais au prix de longues et pénibles heures d'efforts ? Peut-être ne savez-vous pas exactement comment fonctionne la mémoire.

Le cerveau est un organe complexe, mais qui vous permet de garder en mémoire ce que vous considérez comme important. Ou plutôt, ce qu'il considère comme important. Malheureusement, vos cours n'en font peut-être pas partie.

C'est en comprenant comment votre cerveau fait le tri entre ce qu'il oublie et ce qu'il conserve que vous allez découvrir le fonctionnement des techniques de mémorisation.

Les techniques de mémorisation pour retenir ses cours sans souffrir
Un étudiant blogueur 

L'auteur de cet article est étudiant en fac d'histoire. Il utilise lui-même ces techniques de mémorisation pour apprendre ses cours plus rapidement et a tenu un certain temps un blog (hélas aujourd'hui fermé) pour partager ses astuces.

Son objectif à travers cet article est en tout cas de vous aider à étudier moins mais mieux !

Comment le cerveau apprend

Les techniques de mémorisation pour retenir ses cours sans souffrir
- Le cerveau retient s'il peut faire des liens

Le cerveau juge qu'une information est importante s'il la revoit souvent et s'il la relie à un souvenir que vous possédez déjà. C'est le problème des cours trop théoriques : si vous ne pouvez pas rattacher ce que vous apprenez à une réalité concrète, votre cerveau aura des difficultés à mémoriser ces informations.

Par exemple, si je vous dis de retenir "Iéna 1806", cela ne veut probablement rien dire pour vous : vous allez l'oublier d'ici quelques minutes, quelques heures au mieux. Si je vous explique que Napoléon Bonaparte a remporté une grande victoire à Iéna en 1806, lui permettant de s'emparer de l'actuelle Allemagne, cette date "Iéna 1806" va s'insérer dans un ensemble de connaissances que vous possédez déjà (Napoléon, Allemagne...) et vous la retiendrez beaucoup plus facilement. Parce que vous avez lié, associé, une information nouvelle avec une information déjà connue.

Un peu plus bas, vous allez découvrir comment créer des associations artificielles pour mémoriser n'importe quel type d'information.


- Le cerveau retient mieux ce qui est fort en émotion

Le cerveau juge également que les informations chargées en émotions sont importantes. C'est pour cela que vous vous souvenez beaucoup mieux de votre série préférée que d'un cours de métaphysique.
De plus, vos souvenirs chargés en émotions sont conservés plus durablement que les autres : si vous essayez de vous rappeler de votre enfance, vous vous souviendrez de vos fêtes d'anniversaire. Pas de ce que vous mangiez à la cantine de l'école primaire. On peut donc se servir de cette particularité pour mémoriser des informations totalement "froides" rencontrées en cours.

​La technique des associations

La technique des associations reprend les deux grands points évoqués ci-dessus :

- vous mémorisez une donnée froide et ennuyeuse en l'associant à une autre chargée en émotion.
- Et vous réussissez ce tour de force en inventant une image mentale, en visualisant une information. Attention, je parle "d’image" mentale, mais en réalité vous allez utiliser plusieurs sens afin de la rendre plus vivante.

Illustrons tout de suite cette technique avec un exemple. Imaginons que vous apprenez l’espagnol. Vous désirez mémoriser le mot « "éxito", mais vous oubliez toujours qu’il signifie "succès". En plus, il vous fait penser au mot anglais "exit", qui désigne la sortie, et cela vous embrouille. Avec la technique des associations, nous allons justement utiliser cette ressemblance en créant notre image mentale. Par exemple, vous pouvez imaginer que lorsque vous sortez du métro/bus/train, une foule innombrable vous applaudit en produisant un bruit énorme (ce qui vous étonne beaucoup).

Vous venez d’associer le mot éxito (symbolisé par votre sortie de train) à sa signification, le succès (la foule qui vous applaudit) en créant une association artificielle et en la chargeant en émotion (car votre image mentale a quelque chose d’absurde : pourquoi tous ces gens vous applaudissent-ils ? Qu’importe, cela vous fait plaisir). En plus, cette scène est multi-sensorielle : vous faites appel à la vue mais également à l’ouïe.

- Bien sûr, vous mémorisez mieux les informations si vous créez vos propres associations. Par exemple, essayez de créer une association entre le verbe anglais "jeopardize" et sa signification française "mettre en danger". Ça y est, vous avez trouvé ? Bien joué !

Si vous manquez d’inventivité, voici mon association : j'imagine une personne qui visite un zoo et qui est presque tombée dans la cage des léopards (l’orthographe ressemble à jeopardize), ce qui la met en danger.

Vous venez d’apprendre les bases de la technique des associations, qui est redoutablement efficace pour mémoriser du vocabulaire étranger… Et toutes sortes de données.
Les techniques de mémorisation pour retenir ses cours sans souffrir

Mémorisez des informations complexes

On peut également se servir de la technique des associations pour mémoriser des informations compliquées, et donc difficiles à retenir. Je vais vous donner un exemple tiré de mon expérience en fac d’histoire.

Le concile de Constance, convoqué par l'empereur Sigismond, se déroula à Constance (logique) de 1414 à 1418. Il affirma la supériorité du concile sur le pape. (Je fais quelques raccourcis historiques par souci de simplicité)

Si vous n’étudiez pas l’histoire, il est probable que cet événement vous soit totalement inconnu. Qu'importe ! Vous allez quand même pouvoir le mémoriser.

- Mais commençons doucement : il faut déjà que vous appreniez ce qu’est un concile. Il s’agit d’une assemblée d’évêques réunis en un même lieu pour débattre sur une ou des questions importantes. Pour retenir cette définition, vous pouvez imaginer des évêques (portant leurs habits religieux) installés sur les cils d’un œil géant, et discutant entre eux de façon animée.

- Maintenant, vous n’avez plus qu’à associer chaque information portant sur ce concile à une image, et à faire interagir toutes ces images. Constance est le nom d’une ville et d’un (très joli) lac allemand, qui peut servir d’image pour "Constance".

- Phonétiquement, Sigismond peut se transformer en "Ci-git ce mont" : l’image que je forme pour cet empereur est donc celle d’un tombeau au sommet d’un mont.

- Quant aux dates, il s’agit de celles de la Première Guerre mondiale : 14-18.

- En mixant toutes ces images ensemble, j’obtiens un œil géant portant des évêques sur ses cils qui veut écraser un pape (le concile est supérieur au pape). Celui-ci s’enfuit en traversant le lac de Constance et va se réfugier derrière un tombeau, sur un mont (Sigismond). C’est pour cela que l’œil géant pilonne sa position, provoque un déluge d’obus (14-18).

Et voilà, le tour est joué ! Je tiens à préciser deux choses. D’une part, il s’agit d’une information compliquée à mémoriser (elle comporte des dates et des concepts que vous ne connaissiez pas forcément). Pourtant, vous avez réussi.

D’autre part, vous avec peut-être mis autant de temps à la mémoriser grâce à la technique des associations que si vous l’aviez apprise par cœur. C’est normal car vous venez juste de découvrir cette technique et vous n’avez pas encore l’habitude de l’utiliser.

Pourtant, vous allez vous souvenir de cette histoire durablement. Bien plus longtemps que si vous vous étiez contenté de répéter la phrase "Concile de Constance (1414-1418), Empereur Sigismond : affirma supériorité concile sur pape" une dizaine de fois. Car vous avez associé cette information à d’autres dans une scène absurde, délirante, dont vous vous souviendrez longtemps.

Au contraire, le bourrage de crâne consistant à répéter votre cours encore et encore ne donne que des informations froides et ennuyeuses à votre cerveau… Qui les oublie presque aussitôt.


Autres astuces mnémotechniques

Les techniques de mémorisation pour retenir ses cours sans souffrir
Il existe d’autres techniques de mémorisation, qui reprennent ou viennent compléter cette technique des associations. Elles reprennent toutes la base de la mémorisation : lier des données que vous voulez apprendre à d’autres déjà en mémoire.

C’est le cas de la technique des acronymes. L’exemple le plus connu est celui des trois philosophes. Connaissez-vous le nom des trois plus grands philosophes grecs de l’Antiquité ? Et leur ordre chronologique ? Pour vous en souvenir, pensez à la SPA. La Société Protectrice des Animaux va vous aider à garder en mémoire les noms et l’ordre chronologique de Socrate, Platon et Aristote (dont les initiales forment ce sigle).

En dehors des astuces mnémotechniques, plusieurs habitudes peuvent aussi grandement améliorer votre capacité de mémorisation. Avoir une bonne hygiène de vie est bien sûr primordial pour entretenir sa mémoire – même si vous pouvez vous permettre des excès de temps à autres.

Prenez également l’habitude d’utiliser la méthode des répétitions espacées. Les psychologues se sont rendu compte qu’il était bien plus efficace de réviser peu mais plusieurs fois, plutôt qu’énormément mais la veille de l’examen. Ils ont même trouvé la manière optimale pour planifier les séances de révisions, pour que vous reteniez le plus possible vos cours avant de devoir les réviser de nouveau.
 
J’espère que ces informations vous aideront à mémoriser plus facilement vos cours, et également à pimenter un peu vos révisions (souvent trop ennuyantes).

Clément Poupard

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par MAMADOU DIALLO le 28/01/2017 01:53
Merci pour les informations.J'en' ai bessoin

2.Posté par Edith le 02/02/2017 13:23
Merci de toutes ces informations qui sont pertinentes et pratiques - je vais les partager

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger









S'abonner à la newsletter gratuite