Les métiers du cuir : dextérité, luxe et création



La filière française de la maroquinerie reste portée par le succès mondial des grandes marques de luxe et continue à recruter des jeunes. Quelques écoles forment à ces métiers artisanaux qui conjuguent le goût du beau et de la création "made in France".




Camille est apprentie chez Hermès. Ici au salon de l'éducation 2016. Photo : reussirmavie.net
Camille est apprentie chez Hermès. Ici au salon de l'éducation 2016. Photo : reussirmavie.net
En terminale bac pro maroquinerie, Camille dit avoir toujours aimé la mode et l'artisanat. C'est en faisant un mini-stage en 3ème aux Ateliers Grégoire à Paris qu'elle a choisir le cuir. Sans regret : "J'ai tout de suite accroché. J'aime le toucher de la matière et le fait de pouvoir agir sur la forme et le modèle des sacs"...

Elodie, elle, aimait le cuir, "les beaux sacs, les porte-cartes classe et le travail manuel". Après la troisième, elle a commencé à manier l'aiguille et la machine et à préparer un CAP maroquinerie.

Toutes les deux se sont retrouvées aux Ateliers Grégoire, le cursus maroquinerie de La Fabrique, une école de la chambre de commerce et d'industrie de Paris préparant à plusieurs métiers de la mode et de la décoration.

Des débouchés dans la maroquinerie de luxe : Chanel, Hermès, Vuitton...

Les métiers du cuir : dextérité, luxe et création
"La filière cuir est portée par le succès mondial des grandes marques de maroquinerie française de luxe, confirme Béatrice Rousseau, directrice administrative du Conseil national du cuir. Les grandes maisons comme Vuitton, Hermès, Chanel tiennent à garder un savoir-faire français et recherchent une main d'oeuvre qualifiée pour produire un travail extrêmement minutieux".

Les métiers les plus recherchés ? Ceux de coupeur et de piqueur, auxquels préparent le CAP et le bac pro Maroquinerie.

Pour trouver leurs "petites mains", les recruteurs viennent dans les écoles comme La Fabrique chercher leurs apprentis. Ainsi Camille a-t-elle eu la grande chance d'être recrutée par Hermès : "Je voulais vraiment aller dans cette entreprise ; pendant notre année de seconde, j'ai passé plusieurs tests et entretiens de motivation".

Des tests très sélectifs car le fabricant recherche non seulement des personnes qualifiées pour réaliser son célèbre point Sellier à la main, mais aussi motivées par Hermès, son nom et son histoire.

Camille effectue donc ses deux dernières années de lycée en apprentissage, deux semaines chez Hermès, deux semaines à  l'école : "J'apprends à fabriquer les sacs Kelly et Birkin qui sont des modèles emblématiques de la marque, les plus compliqués à réaliser..."

Qualité à avoir : minutie, goût du beau et de la mode

Les métiers du cuir : dextérité, luxe et création
"Pour réussir il faut avoir le goût du beau, être très minutieux, aimer la mode et avoir la passion du cuir, avoir envie de travailler ce matériau, dit une enseignante en maroquinerie du lycée Turquetil, autre établissement parisien à préparer aux métiers du cuir.

"Moi j'aime la patience qu'il faut avoir pour réaliser un objet, dit Elodie, et aussi le fait de rester sur la même pièce jusqu'au bout : on ne travaille pas à la chaîne, on a le plaisir de voir le résultat, c'est un travail profond".

Autre atout des métiers du cuir, le matériau se prête à la création d'objets, d'accessoires de mode ou de vêtements de tout style. "Un certain nombre de nos anciens élèves ont créé leur propre marque, ouvert leur boutique, et certains nous prennent des apprentis", dit M. Legeard des Ateliers Grégoire. Ainsi les créations de Serge Amoruso ou de Valérie Valentine, créatrice d'accessoires de mode en cuir.

Le maroquinier Serge Amoruso raconte son parcours :

Y a-t-il des débouchés pour tous ? oui, jusqu'à présent, répondent les professionnels de la filière. Certes, nombre de PME ont fermé. Mais les grandes marques de luxe portent le secteur. En Ile-de-France, le site d'Hermès à Pantin ne cesse de s'étendre. "Des sous-traitants cherchent aussi de la main d'oeuvre qualifiée en province, il ne faut pas avoir peur de sortir de la région parisienne", conseille l'enseignante du lycée Turquetil.

Des débouchés aussi dans des bureaux d'études pour dessiner des modèles

Les diplômés d'un bac pro peuvent aussi poursuivre des études vers un BTS métiers de la mode. C'est justement le projet de Camille, apprentie chez Hermès, qui se verrait bien évoluer vers un métier de prototypiste en matériaux souples. "Au départ, je rêvais bien sûr d'un CDI chez Hermès, mais à l'école, j'ai eu l'occasion de dessiner des sacs pour un défilé de mode, et j'ai trouvé cela passionnant."

Du coup, elle se verrait bien travailler dans un bureau d'études pour mettre au point des gabarits de sacs, un débouché réel pour les bacheliers professionnels et les BTS formés non seulement à l'exécution mais aussi à la mise au point des modèles. "Même les industriels ont besoin de partir de prototypes pour fabriquer leurs modèles", explique Thierry Manzini, responsable communication de La Fabrique.

Aussi quelques débouchés dans la chaussure, la ganterie

En dehors de la sellerie-maroquinerie, moteur de la filière, le travail du cuir offre aussi quelques autres débouchés dans des "métiers de niche" :

Les métiers du cuir : dextérité, luxe et création
- Bottier : si l'industrie de la  chaussure française a été décimée, restent quelque marques de luxe comme Méphisto ou Weston, et des bureaux d'études où l'on peut créer des patrons et des prises de mesures. Formations : bac pro métiers du cuir option chaussures ou CAP cordonnier bottier

- Cordonnier réparateur : le métier a une dimension commerciale et exige des qualités humaines et relationnelles en plus de l'habileté manuelle. Formations : CAP chaussure, CAP cordonnerie multiservice, CAP cordonnier bottier, BM Cordonnier réparateur

- Podo-orthésiste : voilà un métier quasi inconnu ! Il y a pourtant des débouchés car le métier échappe aux délocalisations. Il consiste à fabriquer des appareillages orthopédiques type chaussure et semelles sur mesure. Formations : CAP podo-orthésiste, diplôme de technicien podo-orthésiste, BTS Podo-orthésiste.

- Gantier : Il découpe le cuir, le coud et le décore pour fabriquer des gants. La concurrence est forte et les débouchés limités. Pour se former (et trouver du travail), il est conseillé de suivre un cursus en maroquinerie puis de multiplier les stages auprès des professionnels pour se spécialiser dans la ganterie.

- la bagagerie technique : certains fabricants travaillent pour Decathlon ou l'Armée française. Les Compagnons du devoir ont d'ailleurs créé à Pantin un Pôle d'excellence des matériaux souples pour favoriser l'innovation et la création de nouveaux produits.

Des formations à tout niveau

Même si le CAP et le bac pro sont des diplômes incontournables pour travailler dans la fabrication d'objets en cuir, on peut aussi poursuivre des études au-delà du bac. Cela peut permettre d'élargir ses compétences et ses possibilités d'évolution dans le milieu de la mode.

Les diplômes pour poursuivre des études après un bac (toutes séries) :
- le BTS Métiers de la mode (options : Chaussures et maroquinerie, ou vêtement), le BTS Design mode Textile & Environnement (niveau bac+2)
- la licence professionnelle Design de mode (bac+3)
Après un bac professionnel métiers du cuir :
- la mention complémentaire (bac+1)
- la Formation complémentaire d'initiative locale "Cuir Maroquinerie et sellerie de luxe" permet de concevoir et de réaliser des modèles, du dessin au prototype. ((bac+1)

Des adultes peuvent aussi se former et les Compagnons du devoir offrent des formations sur les métier du cuir.

Laura, elle, a fait toute la filière de formation : un BEP (aujourd'hui supprimé) puis le bac pro Métiers de la mode au lycée d'Alembert à Paris et actuellement le BTS Métiers de la mode option Chaussures et maroquinerie. Elle envisage même de poursuivre par une licence professionnelle car elle veut accumuler les compétences pour pouvoir un jour créer sa marque. "Je pense commencer dans une maison, puis me lancer avec mes modèles". Sacs, accessoires, vêtements... elle veut se garder tout ouvert dans un secteur professionnel, les métiers de la mode où la concurrence est rude. D'où l'intérêt d'acquérir une belle habileté sur une matière, le cuir, où l'on peut faire la différence.

L'TTECH, une école d'ingénieurs pour le cuir

Les métiers du cuir : dextérité, luxe et création
Et puis, comme toutes les industries, celle du cuir a aussi ses commerciaux, ses acheteurs, ses techniciens supérieurs et ses ingénieurs, notamment pour veiller sur les procédés de fabrication et la qualité.

Une école d'ingénieurs chimistes, l'ITECH, forme à toutes les techniques cuirs et peaux. Diplômée de l'ITECH, Sandrine Chauvin est ainsi responsable qualité chez Tanneries Roux. Son job ? Contrôler que les peaux fabriquées n'aient aucun défaut et mettre en place toutes les analyses et corrections nécessaires. "Il faut être méticuleux, ordonné et bien sûr savoir communiquer et savoir manager les équipes", explique-t-elle. Ce qui lui plaît le plus : "Le produit est très beau, c'est une grande satisfaction de voir nos peaux sur de magnifiques sacs pour les plus grands noms de la mode".

Pour en savoir plus :
- www.lafabrique-ecole.fr/
- http://lemondeducuir.org/
- trouver une formation ou une école pour les métiers du cuir
Lundi 21 Mars 2016

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par quentin le 04/11/2015 20:29
Bonjour je souhaiterais entamé une reconversion dans l'artisanat du cuir, intéressé aussi bien par la maroquinerie que la cordonnerie, Quelles sont les formations pour adultes possibles dans le domaine du cuir ?

Cordialement

2.Posté par Tournesac le 22/02/2016 12:30
bonjour,

Je suis le meme cas que le commentaire du dessus.
j'aimerai apprendre a travailler le cuir. Et la maroquinerie m'interresse aussi beaucoup!
Quelle sont les formation possible?

3.Posté par Marie le 07/04/2016 07:32
Le lycée Turquetil à Paris dispense des formations pour adultes via le Greta ou la Mairie de Paris pour la maroquinerie.
il me semble que le lycée d'Alembert lui propose des cours du soir en cordonnerie.
Après on arrive à trouver des ateliers privés qui proposent des cours ou des stages.
Il ne faut pas hésiter à aller voir des professionnels car ils peuvent être intéressés pour former des novices. Hermes n'embauchent pas forcément des gens qualifiés, ils jugent d'abord sur le savoir-être !

Bonne continuation dans les métiers du cuir !

4.Posté par Convention collective maroquinerie le 03/05/2016 11:42
C'est aussi un secteur où le chiffre d'affaires reste stable, porteur de croissance et d'emploi. C'est aussi un secteur qui possède sa propre convention collective.

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?






Un blog sur l'actu des débouchés

La plasturgie, encore une filière industrielle qui veut attirer les jeunes

Comme d'autres filières industrielles, la plasturgie souffre d'un manque d'attractivité alors que...

Métiers du paysage : de beaux horizons pour les recrutements

Les entreprises du paysage recrutent et cherchent à attirer des jeunes sur des métiers qui vont de...

Le ministère de la justice recrute 500 greffiers sur concours

Le ministère de la Justice a lancé les inscriptions au concours 2017 de greffier pour lequel près...