La grève des IUT s'étend


Dans les IUT, depuis la rentrée 2008, on s'inquiète des conséquences de la loi sur l'autonomie des universités sur le plan financier. Etudiants, enseignants et directeurs d'IUT craignent une baisse des moyens. Plusieurs IUT sont en grève depuis fin novembre.





La grève des IUT s'étend
Le torchon brûle entre les Instituts universitaires de technologie (IUT) et le ministère de l'Enseignement supérieur. Motif : la loi qui réforme l'université votée en 2007 et qui redéfinit de grands pôles d'enseignement modifie le financement des IUT. Jusque-là, ils recevaient directement leur budget du ministère. Après la mise en place de la loi qui rend les universités plus autonomes (ou loi LRU), les IUT seront financés par les universités elles-mêmes. Et ils ont bien peur de pas y retrouver leur compte.

En effet, jusque-là, les IUT étaient plus ''riches'' que les facs : ils disposaient de plus d'argent par étudiant, car ils bénéficient du reversement de la taxe d'apprentissage et des recettes de la formation continue. Cela leur permettait d'offrir un encadrement de qualité à des petits groupes d'étudiants, avec des intervenants du monde professionnel. Les universités ne vont-elles pas être tentées de "manger au ratelier" des IUT, ce qui voudrait dire pour eux moins de crédits ? C'est la crainte des étudiants mais aussi des directeurs d'IUT et des enseignants qui ont tous manifesté fin novembre 2008 lors d'une journée d'action.

Les directeurs d'IUT de villes moyennes redoutent même la disparition de leur établissement, comme Yves Delmas, directeur de l'IUT de Reims-Châlons-Charleville, "car l'IUT ne sera jamais dans les priorités des politiques des grands centres universitaires".

Le mouvement de grève touche les IUT de Toulouse, Reims, Belfort...

Plusieurs IUT sont donc en grève ou manifestent leur inquiétude par diverses actions depuis novembre 2008 et le mouvement semble s'étendre début décembre. Après des mouvements à Reims, Belfort-Montbéliard, Nice, Lyon, Troyes, Lannion, Orsay, L'IUT de Toulouse (univesité Paul Sabatier) s'est mis en grève le 4 décembre.

Partout, étudiants ou dirigeants des IUT réclament des engagements concrets inscrits dans la loi et les lignes budgétaires, qui assureraient la pérennité du financement des IUT. "Il faut que des règles claires soient établies, indique le directeur de l'IUT de Reims, Yves Delmas, dans le journal l'Union. La ministre avait demandé aux présidents d'université de nous affecter les mêmes moyens que l'année dernière. C'est donc le cas pour nous. Sauf que l'on a ouvert un département de plus et que l'on a 1,6 % d'étudiants en plus… Et on nous a fait un prélèvement supplémentaire pour aider au financement de l'université. "

Le ministère de l'Enseignement supérieur assure que les IUT auront des ''garanties''

Le 4 décembre, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, a assuré que les IUT bénéficieront de garanties, d’une "charte de bonne conduite" et de "contrats d’objectifs et de moyens". Mais ses interlocuteurs des IUT veulent des éléments plus concrets.

Un prochaine réunion de concertation a lieu le 9 décembre 2008.

A l'heure où les universités inscrivent "la professionnalisation" dans leurs mission, il faut espérer que l'avenir des IUT, véritable succès du modèle francais d'enseignement supérieur, ne soit pas compromis.


Vendredi 5 Décembre 2008

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par HUSSON le 05/12/2008 20:34
Depuis 40 ans les IUT forment des jeunes en deux ans (de nombreux boursiers) à une insertion quasi immédiate dans la vie active, le diplôme étant très apprécié des chefs d'entreprises. Les programmes nationaux du DUT sont rénovés en permanence avec l'avis des professionnels. Depuis 2000 ils ont mis en place, avec grand succès également tant auprès des jeunes que des entreprises, des licences professionnelles (bac + 3) nouveau diplôme porté pour plus de 70% des cas par les IUT (les licences professionnelles portées par les facultés recrutent bon nombre de diplômés de DUT et de BTS). Pour les spécialités industrielles nécessitant du gros matériel toujours plus cher (informatisation) ou de nouvelles technologies, ils ont cherché des crédits supplémentaires (i) auprèsde leurs entreprises partenaires (ii) en créant des cursus ou des modules de formation continue, (iii) en mettant en place des formations par alternance (apprentissage). Toutes ces actions nécessitent d'y consacrer beaucoup de temps et d'énergie, quelquefois au détriment des avancements de carrière des enseignants. Il est clair que si les IUT ne peuvent plus conserver en totalité les crédits qu'ils obtiennent de par leur travail, celà conduira à une démotivation des enseignants qui essaient contre vents et marées d'aller de l'avant depuis 40 ans et celà conduira à ne plus pouvoir renouveler les appareils de TP ou ne plus pouvoir acquérir des nouvelles technologies. Le diplôme perdra de sa valeur auprès des professionnels et ne sera plus le même d'un IUT à l'autre en fonction de leur situation dans leur université. A terme, plus de diplôme national, un émiettement et un appauvrissement des contenus.

2.Posté par iutengreve le 12/03/2009 21:31
Pour suivre l'actualité des IUT, consulter:

http://www.iutengreve.org

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !