La campagne Handivalides débute sa tournée des campus étudiants



Mieux intégrer les étudiants handicapés dans l'enseignement supérieur... c'est le but de la campagne Handivalides, lancée le 29 janvier sur le campus parisien de Jussieu. Elle va tourner dans une quarantaine d'écoles et de facs d'ici au 15 mai 2013.






Photo : Starting-Block
Photo : Starting-Block
Saviez-vous que 80% des bacheliers handicapés ne poursuivent pas leurs études (contre 20% pour l'ensemble des bacheliers) ? Pourtant une loi française votée en 2005 stipule que les personnes handicapées doivent pouvoir accéder aux mêmes services que les autres citoyens...

En milieu étudiant, on en est encore loin. D'abord parce que les locaux et les études prennent rarement en compte les contraintes d'étudiants mal-voyants, mal-entendants ou en fauteuil. Et puis, surtout, parce le regard sur le handicap reste souvent bien lourd. Résultat : 47% des étudiants handicapés ont eu à subir des moqueries et 62% se sont trouvés en situation de malaise. Plutôt dur au pays des droits de l'homme, non ?

Lutter contre cette exclusion, c'est le but de la campagne Handivalides, initiée par l'association étudiante Starting-Block depuis déjà onze ans.

Une journée de sensibilisation sur les campus

La campagne Handivalides débute sa tournée des campus étudiants
En 2013, jusqu'au 15 mai, la campagne va donc tourner sur une quarantaine de campus français (universités ou grandes écoles). Sur chaque lieu, les animateurs de Starting-Block (handicapés et valides) proposent une journée de sensibilisation au handicap destinée à toucher les étudiants mais aussi les enseignants, les responsables des cursus ou les responsables d'associations étudiantes.

Le programme mêle les débats, les témoignages d'étudiants handicapés à des mises en situation concrètes et ludiques : la visite du campus en fauteuil (histoire de repérer ce qui cloche), la participation à un  jeu de reconnaissance tactile conçu par un jeune déficient visuel, des rencontres avec des responsables d'entreprises.

La campagne 2013 voulant mettre l'accent sur l'accessibilité, les associations étudiantes vont recevoir un kit comportant toutes les informations pour les aider à accueillir des étudiants handicapés.


Quand le handicap rentre au programme des cours

Autre thème fort en 2013, l'introduction d'enseignements sur le handicap dans les cursus. "Ainsi, en pharmacie, nous nous sommes rendu compte lors de la journée Handivalides de 2012 que la prise en charge pratique des personnes handicapées, leurs pathologies, leur quotidien n'étaient pas abordés dans nos cours", témoigne Doris, étudiante en master1 de pharmacie à l'université Joseph Fourier de Grenoble. Depuis, la vice-doyenne de l'université a accepté d'en discuter.

De même, depuis la campagne Handivalides 2012, l'ESC Clermont a intégré la thématique du handicap à ses modules. Le BDE de l'ESC Montpellier, lui, a rendu accessible une soirée étudiante. Et une association étudiante de l'école d'ingénieur agronome Lasalle Beauvais a ouvert des activités équestres à un public handicapé.

Nul doute que la tournée 2013 sur les campus sera elle aussi fructueuse. La première, le 29 janvier, sur le campus de Jussieu, a permis de faire le point et d'évoquer aussi un autre volet important : l'importance d'agir en amont des études supérieures pour aider les collégiens et lycéens handicapés à bâtir un projet d'orientation.

Marie-Amélie Le Fur, la marraine 2013

La campagne Handivalides débute sa tournée des campus étudiants
Belle mission que cette campagne Handivalides qui a été lancée à Jussieu sous l'oeil ravi de Marie-Amélie Le Fur, 24 ans, marraine de la campagne Handivalides 2013.

Si vous avez suivi les jeux paralympiques de Londres, alors vous avez sans doute été frappés par le sourire de Marie-Amélie, triple médaillée après déjà deux médailles d'argent aux jeux de Pékin.

Victime d'un grave accident de scooter à 16 ans, amputée sous le genou gauche, Marie-Amélie a repris le sport 4 mois seulement après son opération avant de revenir à la compétition. Elle a obtenu en parallèle un master de STAPS et travaille depuis lors à EDF. "Je veux montrer aux jeunes qu'avec un handicap, on peut continuer à avoir des loisirs, faire du sport, voir ses amis, faire des projets... bref, avoir une vie normale !". Et comme dit la campagne Handivalides, être étudiant avant d'être handicapé.

Lire aussi :
Handi-Friends : les meilleures actions pour intégrer les étudiants handicapés

Orianne Lopez : le sport, plus fort que le handicap


Jeudi 31 Janvier 2013
la rédaction

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !